Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Egypte : Ensemble pour un environnement propre

Manar Attiya, Mardi, 25 septembre 2018

Dans le cadre de la Journée mondiale de nettoyage, le 15 septembre, environ 1 000 opérations de propreté ont eu lieu dans les quatre coins du pays. L’objectif étant tant de nettoyer les rues que d’inciter les citoyens aux questions environnementales. Reportage.

Ensemble pour un environnement propre
Let’s Do It World, une campagne organisée pour inciter les citoyens du monde entier à ramasser les ordures entassées dans les rues. (Photo : Moustapha Emeira)

« Faisons-le à travers le monde » (Let’s Do It World), tel est le slogan de la campagne organisée par l’ONG Chabab Betheb Masr (des jeunes qui aiment l’Egypte), en collaboration avec l’UNEP (Organisation des Nations-Unies pour l’environnement) et d’autres ONG. Pour la première fois, une initiative de nettoyage des rues vient d’être lancée en Egypte. Elle fait partie d’une campagne internationale qui a lieu dans les quatre coins du monde.

En Egypte, environ 1 000 opérations de nettoyage des rues et ramassage des ordures ont été organisées le 15 septembre par des bénévoles des deux sexes dont l’âge varie entre 18 et 25 ans. D’autres journées sont organisées jusqu’à la fin du mois. Ces jeunes ont participé à des opérations de nettoyage à travers tous les gouvernorats. L’objectif de cette collecte de détritus est de préserver l’environnement, la qualité de vie et le respect des piétons.

« Quand les habitants des villes et des différents quartiers ont pris connaissance de cette initiative, ils n’ont pas hésité à y contribuer », déclare avec enthousiasme Dr Al-Douchi Mahdi, le conseiller scientifique de l’ONG Chabab Betheb Masr. Et la question dépasse un seul jour de ramassage d’ordures. Cette campagne a pour but d’inciter les habitants à préserver la propreté des rues. « Tout le monde doit mettre la main à la pâte pour donner une meilleure image du quartier. Il faut que les gens prennent conscience que les rues ne sont pas une décharge ! », commente Ali Abdel-Rahman, président du Scoutisme marine qui participe également à cette campagne. La sensibilisation passe aussi par d’autres moyens.

20 millions de bénévoles dans 156 pays

En fait, c’est d’Estonie qu’est partie cette initiative qui a conquis le monde. En 2008, Rainer Nolvak, un entrepreneur estonien, et son ami Ahti Heinla, l’un des programmeurs de Skype, ont lancé la campagne Let’s Do It ! (faisons-le) pour nettoyer le maximum d’endroits dans ce pays en une seule journée tout en essayant de changer les mentalités et les mauvaises habitudes des citoyens. Ils ont créé avec Google Maps un logiciel de géolocalisation qui permet aux gens de prendre en photo les ordures et les indiquer sur une carte consultable sur le site Internet de cette campagne. Ils ont réussi à convaincre près de 50 000 personnes, soit 4 % de la population estonienne. Depuis, l’opération est renouvelée tous les ans et a pris de l’envergure.

Sur le plan planétaire, cette année, l’objectif a été de rassembler le maximum de personnes, soit 20 millions de bénévoles à travers le monde, en faisant plus de 100 000 opérations de nettoyage collectif dans 156 pays. Citoyens, entreprises, associations, écoles et collectivités se sont mobilisés pour agir tous ensemble en ce 15 septembre, « Journée mondiale du nettoyage ». Les opérations sont programmées à des dates différentes (entre le 24 mars et le 25 septembre), car il n’est pas possible de faire coïncider les calendriers de chaque pays. En Egypte, l’opération se poursuit jusqu’à la fin du mois et se répétera tous les ans.

Nettoyage et sensibilisation

Ensemble pour un environnement propre
Le réel objectif n’est pas seulement de ramasser des déchets, mais bien de sensibiliser les petits comme les grands, afin de limiter le problème à la source. (Photo : Moustapha Emeira)

En Egypte, plusieurs activistes dans le domaine de la protection de l’environnement ont profité de cette journée pour agir. L’équipe Flator (ONG pour la protection de l’environnement) a décidé de nettoyer les rues à Sakakini dans le quartier de Daher. A Maadi, les habitants du quartier ont apprécié la présence de l’ambassadeur d’Estonie qui a participé à la campagne. Quant aux membres de Scoutisme maritime, ils ont débarrassé les rues d’Ismaïliya des ordures avec l’aide de leur chef, Ali Abdel-Rahman. Ecoliers et étudiants étaient aussi présents. Et à Hurghada, un grand nombre d’habitants et même de touristes ont participé au nettoyage de la plage Felfela.

« Je suis fière de participer à une telle initiative qui pourrait mettre en valeur notre quartier. On a de jolies rues et de beaux jardins publics, l’idéal pour faire une balade en famille, surtout pour ceux qui ne sont pas membres dans un club sportif et aiment faire de la marche à pied », note en souriant Moustapha Saad, un jeune homme de 17 ans, très enthousiaste. Moustapha a fait un long trajet de la ville du 6 Octobre pour se rendre à Madinet Nasr et participer à cette journée exceptionnelle et nettoyer Al-Hadiqa Al-Dawliya, un jardin public où malheureusement la propreté fait défaut.

A Alexandrie, au bord de la mer, les Alexandrins partent à la chasse aux déchets avec leurs enfants, armés d’un sceau, d’un sac poubelle et de gants. Certains parents conseillent à leurs enfants de laisser de côté les seringues et les objets tranchants, ainsi que les couches-culottes, afin d’éviter tout risque d’infection. Tandis que d’autres recommandent à leurs bambins de ne cueillir que les déchets plastiques : bouteilles, sacs, bouchons … plus simples à ramasser. En même temps, les volontaires des différentes ONG tentent de sensibiliser les habitants et les estivants en leur demandant de ne pas laisser de détritus sur le sable, car tout finit dans la mer, ce qui cause de sérieux dégâts à la faune marine.

« Le réel objectif n’est pas de ramasser des déchets sur les plages, mais surtout de sensibiliser les petits comme les grands et limiter le problème à la source, et ce, en informant et en engageant un réel travail de prise de conscience des citoyens égyptiens », affirme Ahmad Fathi, chef de l’association Chabab Betheb Masr. Il poursuit : « Même si l’initiative est une goutte d’eau dans cette mer de déchets, il est important de se rappeler que chaque geste compte. Le principe est simple : Jetez vos déchets dans la poubelle la plus proche, et si vous n’en trouvez pas, glissez-les dans un sachet plastique pour vous en débarrasser à la maison ».

Selon les estimations de la Banque mondiale, la production mondiale de déchets représente entre 3 400 et 4 000 milliards de tonnes par an, soit de 80 à 126 tonnes de déchets générés chaque seconde. Chaque jour, l’activité humaine produit environ plus de 10 milliards de kilos de déchets. Un habitant d’une grande ville du tiers-monde produit en moyenne entre 150 à 200 kg/an, alors qu’un Américain en produit 700 kg, là où un Européen pourrait produire 600 kg de déchets par an.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique