Mardi, 23 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Santé >

Maladies tropicales négligées : L’OMS appelle à une action plus forte

Chérif Albert, Samedi, 11 février 2023

Dengue, lèpre, rage, chikungunya … les Maladies Tropicales Négligées (MTN) sévissent dans les régions où les soins de santé sont inaccessibles. L’OMS appelle à renforcer la lutte contre ces maladies dont souffrent plus de 1,6 milliard de personnes dans le monde.

Maladies tropicales négligées : L’OMS appelle à une action plus forte

« Ces maladies sont négligées parce qu’elles sont presque absentes du programme d’action sanitaire mondial », a souligné le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, à l’occasion de la Journée mondiale des Maladies Tropicales Négligées (MTN). « Peu de fonds leur sont consacrés et elles s’accompagnent d’une stigmatisation et d’une exclusion sociale », a-t-il ajouté.

Les MTN constituent un groupe de 20 affections qui sévissent principalement dans les zones tropicales, où elles touchent les communautés les plus pauvres. Ces maladies, comme la maladie de Chagas, la dengue, le chikungunya et la lèpre, sont dues à différents agents pathogènes (virus, bactéries, parasites, champignons et toxines). Leur épidémiologie est complexe et souvent liée aux conditions environnementales. Nombre d’entre elles sont transmises par des vecteurs, proviennent de réservoirs animaux et sont associées à des « cycles de vie complexes », selon l’OMS.

Tous ces facteurs rendent la lutte contre ces maladies difficile en termes de santé publique. En outre, la pandémie de Covid-19 et l’évolution dans le domaine du financement rendent difficile la lutte contre les MTN.

Malgré les difficultés de combattre ces maladies, le nombre de personnes ayant besoin d’un traitement a baissé au cours de la dernière décennie. Elles étaient encore 2,19 milliards en 2010, a indiqué l’OMS dans un nouveau rapport. En 2021, environ 1,65 milliard de personnes avaient besoin d’être traitées pour au moins une de ces MTN, soit 80 millions de moins qu’en 2020. « Dans le monde entier, des millions de personnes ont été libérées du fardeau des maladies tropicales négligées », s’est félicité le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, tout en soulignant que beaucoup restait encore à faire.

47 pays avaient éliminé au moins l’une de ces maladies à la fin de 2022, et 8 de ces pays en avaient éliminé une, rien que l’an dernier. Mais 16 pays représentent 80 % du fardeau mondial des MTN. Ils comprennent la République démocratique du Congo, l’Egypte, l’Ethiopie, l’Inde, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines et la Tanzanie.

Selon le directeur du département des MTN à l’OMS, le Dr Socé Fall, ces maladies sont délaissées par la communauté internationale car elles ne touchent pas les pays développés. En guise de comparaison, il a souligné que la lutte contre la Mpox (anciennement appelée variole du singe) n’avait commencé que lorsque la maladie avait commencé à se propager dans les pays riches l’an dernier, alors que la maladie était endémique depuis de nombreuses années dans des pays d’Afrique.

« Nous sommes loin d’avoir atteint le niveau d’investissement nécessaire pour lutter contre les MTN », a-t-il dit. Et de conclure : « Il est temps maintenant d’avoir plus d’équité. Nous devons protéger les gens où qu’ils soient, et quelle que soit leur condition sociale », a-t-il demandé.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique