Lundi, 27 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Santé >

Santé en bref

Dimanche, 20 juin 2021

Syndromes post-Covid-19
25% des malades concer­nés

Près d’un quart des personnes ayant contracté le Covid-19 font face, un mois après ou plus, à des problèmes de santé qu’ils n’avaient pas expérimen­tés avant leur infection, selon une vaste étude récemment publiée ayant analysé les don­nées médicales de près de 2 millions d’Américains touchés par le virus. Les données de quelque 1,96 million de per­sonnes diagnostiquées posi­tives au Covid-19 entre février et décembre 2020 ont été exa­minées. « Même si de nom­breux patients guérissent du Covid-19 en l’espace de quelques semaines, certains présentent des symptômes per­sistants ou nouveaux plus de quatre semaines après avoir été diagnostiqués », décrit l’étude. Les deux principaux problèmes expérimentés étaient des douleurs (névralgie, dou­leurs musculaires...) pour 5% des personnes, et des difficultés à respirer dans 3,5% des cas. Ils étaient suivis d’une hyperli­pidémie (concentration de lipides dans le sang) ou hyper­tension, d’une indisposition ou une grande fatigue, d’anxiété, puis de problèmes intestinaux. Dans le détail, un peu plus de 23% des personnes infectées sont allées se faire soigner, un mois ou plus après leur conta­mination, pour au moins l’un des soucis de santé analysés. Les cas de Covid-19 les plus graves avaient plus de chance d’entraîner de tels problèmes : près de 50% des personnes hospitalisées à cause du virus ont expérimenté au moins l’un de ces soucis de santé, contre 27% des cas de Covid-19 symptomatiques, mais aussi, de façon notable, quasiment 19 % des cas asymptomatiques.

Vaccination anti-Covid-19
L’Afrique à la traîne

Plus de 2 milliards de doses de vaccins anti-Covid-19 ont été administrées dans le monde, six mois après le début des premières campagnes de vacci­nation de masse en décembre 2020, selon un comptage réali­sé jeudi 17 juin par l’AFP. Au moins 2109696022 doses ont été injectées dans 215 pays ou territoires, selon ce bilan réali­sé à partir de sources offi­cielles. A ce sujet, un respon­sable de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déploré que l’Afrique restait une source d’inquiétude, bien qu’elle ne représente qu’envi­ron 5% des nouvelles infec­tions et 2% des décès au niveau mondial. « C’est une trajec­toire qui est vraiment très pré­occupante », a commenté le responsable des urgences sani­taires à l’OMS, Mike Ryan, soulignant l’inégalité d’accès aux vaccins en dépit d’une aug­mentation des cas en Namibie, en Sierra Leone, au Liberia et au Rwanda. « La dure réalité est qu’à une époque de mul­tiples variants, (...) nous avons privé de vastes pans de la population vulnérable d’Afrique de la protection des vaccins ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique