Mardi, 16 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

30 actions dans un titre : Les ETF lancés en Bourse

Dahlia Réda, Mardi, 20 janvier 2015

Lancés la semaine dernières, les Exchange Traded Fund regroupent toutes les sociétés de l’indice EGX 30. Ces nouveaux produits à bas risque pourraient attirer une nouvelle catégorie d’investisseurs vers la Bourse du Caire.

Bourse

Les certificats ETF viennent d’être lancés à la Bourse du Caire. Le 14 janvier dernier, ce nouveau produit appelé Exchange Trade Fund, a été introduit en Bourse après l’aval de l’Autorité de supervision financière (EFSA).

Les ETF réunissent dans un seul titre toutes les actions de l’indice EGX 30, qui englobe une diversité de sociétés représentant presque tous les domaines.

C’est la banque d’investissements Beltone Financials qui, à travers divers montages financiers, a pu lancer les ETF. Selon le communiqué de la Bourse du Caire, 1 million de certificats ont été créées pour une valeur nominale de 10 L.E. par certificat, soit 10 millions de L.E. au total. Chaque certificat contient une part de chaque titre de l’indice EGX 30.

L’un des plus importants avantages des ETF est leur risque limité. Ils suivent au plus près l’évolution de l’indice EGX 30 et ne sont donc que peu soumis aux aléas de l’une ou de l’autre sociétés faisant partie de l’indice.

C’est ce que précise Hicham Tewfik, directeur d’Al-Arabeya Online. Pour lui, ce nouveau produit financier permet de bénéficier d’un titre à faible risque, puisqu’il représente tous les actions d’EGX 30. « Il évitera aux investisseurs les fortes fluctuations des actions, puisque la chute des cours de quelques actions dans l’indice sera compensée par la hausse des autres ».

Obligation de rachat
Par ailleurs, comme l’indique, Aliaa Gomaa, directrice de la gestion du Fonds auprès de Beltone Asset Management, la nouvelle société de Beltone Financials, ces certificats trouveront toujours un acheteur, Beltone Financials jouant le rôle de market maker. Ce rôle oblige Beltone à racheter tous les certificats qui ne trouvent pas de preneur. Un investisseur a donc la possibilité, à tout moment, de vendre ses certificats, même si aucune demande ne se manifeste. « Si l’offre et la demande se croisent, cela ne causera pas de problème. Mais si les détenteurs souhaitant vendre ne trouvent pas d’acheteur, le market maker devra leur racheter leur certificats », explique la directrice.

Un avantage incontestable pour Mohsen Adel, directeur général de la banque d’investissement Pioneers : « Le marché avait vraiment besoin d’un market maker. Un tel acteur donne confiance, notamment aux investisseurs étrangers qui sont ainsi sûrs de pouvoir revendre leurs certificats à tout moment ».

Selon lui, les ETF « attireront une nouvelle catégorie d’investisseurs vers le marché égyptien. Ce produit à bas risque va probablement intéresser les grands fonds d’investissements internationaux ».

En effet, comme le confirme Mohamad Al-Ebrachi, analyste financier auprès de CI Capital, les fonds d’investissement étrangers « préfèrent suivre l’indice EGX 30 dans sa globalité, plutôt que de mettre leurs équipes de recherche sur chaque société de la Bourse du Caire. Sans rentrer dans les spécificités de chaque société, ils ont accès à un titre peu risqué et relativement facile à suivre ».

Dernier avantage des ETF : l’exemption de taxe. Alors qu’un porteur de telle ou telle action d’une société d’EGX 30 doit payer des taxes sur ses dividendes, les détenteurs des ETF en sont exemptés. « Les dividendes que les ETF procurent à leurs détenteurs sont exemptées des taxes généralement imposées sur les plus-values boursières », confirme la directrice du fond auprès de Beltone.

Pour l’heure, les ETF semblent bien commencer leur vie. Rimon Nabil, analyste financier auprès de City Trade Brockerage, évalue positivement leurs performance lors des deux premiers jours, les 14 et 15 janvier. Le 18, ils ont connu un léger recul, mais demeuraient dans le vert. « De toute manière, il est trop tôt pour mesurer la performance de ce genre de produits. Il faut au moins 60 jours pour savoir comment les courtiers et les investisseurs réagissent ».

Si les premiers 6 mois sont positifs, Beltone Financials lancera, en juin prochain, davantage de certificats.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique