Mardi, 25 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Investir en Egypte: Un léger mieux

Gilane Magdi, Mardi, 04 novembre 2014

Le climat des affaires en Egypte a progressé d’une seule place dans le rapport de Doing Business 2015 de la Banque mondiale. Et cela grâce à une réforme de protection des investisseurs minoritaires en Bourse.

L’Egypte a gagné une seule place en matière de facilité à mener des affaires dans le rapport de « Doing Business 2015 », publié le 28 octobre par le groupe de la Banque mondiale. Elle se place au 112e rang mondial, sur un total de 189 économies, alors qu’elle était placée au 113e rang dans le rapport 2014. « Alors que l’instabilité demeure au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, plusieurs économies de la région ont fait des efforts notables pour améliorer l’environnement des affaires », a déclaré Rita Ramalho, auteure principale du rapport Doing Business, dans le communiqué de presse publié le lendemain de la publication du rapport sur le site électronique de la banque. Doing Business 2015 classe l’Egypte (112) avant l’Algérie (154) et la Libye (188), et après les Emirates unis (22), Oman (66) et le Maroc (71) (voir graphique).

Le rapport 2015, intitulé Going Beyond Efficiency (au-delà de l’efficience), couvre 10 indicateurs économiques. Cette année, il s’appuie sur de nouvelles données et une nouvelle méthodologie dans 3 domaines: le règlement de l’insolvabilité, la protection des investisseurs minoritaires et l’obtention de prêts. La performance de l’Egypte a baissé dans 6 des 10 indicateurs pris en compte par le rapport pour évaluer le climat des affaires dans 189 Etats du monde, alors qu’elle a progressé de 18 places dans un seul indicateur, celui de la protection des investisseurs minoritaires, pour passer à la 135e place en 2015 contre 153 en 2014. « La République arabe d’Egypte a renforcé la protection des investisseurs minoritaires en Bourse en introduisant des exigences supplémentaires pour l’approbation des transactions et leur divulgation », clarifie le rapport. Le classement de l’Egypte a par ailleurs baissé dans les domaines de la création d’entreprises (de 67e à 73e), l’obtention de l’électricité (de 102e à 106e), l’obtention de crédits (de 67e à 71e), le paiement des impôts (de 141e à 149e).

Samir Al-Gamal, conseiller du ministre du Commerce et de l’Industrie, a décrit ces indicateurs comme étant choquants. « Le changement de la méthodologie sur laquelle s’appuie le rapport a entraîné le recul de l’Egypte dans ces indicateurs », note-t-il .

Les pays de la région en progression

Progression chart
« Doing Business 2015 : au-delà de l’efficience » constate que 11 pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont engagé des réformes dans au moins un domaine mesuré par le rapport en 2013/2014 : l’Algérie, l’Egypte, le Maroc, la Tunisie, les Emirats arabes unis. Ces derniers sont le pays qui a le plus amélioré son environnement des affaires dans la région et dans de multiples domaines, tels que l’efficacité administrative du registre foncier, l’accès à l’information sur le crédit et la protection des investisseurs minoritaires.
Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique