Mardi, 27 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Les banques reprennent le contrôle de change en devises

Gilane Magdi , Jeudi, 19 octobre 2023

La Banque Centrale d’Egypte (BCE) a interdit l’usage des cartes à débit immédiat à l’étranger, afin de limiter la pénurie du billet vert et lutter contre le marché noir des devises.

Les banques reprennent le contrôle de change en devises
Les clients des banques doivent désormais détenir des comptes en dollar ou des cartes de crédit pour effectuer leurs transactions à l’étranger. (Photo : Al-Ahram)

Ahmad fahmi a été incapable de payer la facture d’hôtel pendant son séjour en Arabie saoudite par sa carte à débit immédiat. « J’ai appelé ma femme en Egypte pour vérifier la cause et elle m’a dit qu’elle avait reçu un message de sa banque indiquant que les transactions en devises étrangères ne sont plus disponibles à travers les cartes à débit immédiat émises sur les comptes en livre égyptienne. J’ai dû reporter mon retour en Egypte en vue de trouver un autre moyen de paiement », raconte-t-il à l’Hebdo, ajoutant qu’il ne possède ni un compte bancaire en dollar, ni une carte de crédit. « Les banques devaient nous donner un délai avant la mise en application de ce type de décisions », souligne-t-il. Plusieurs banques ont interdit ces derniers jours l’usage à l’étranger des cartes à débit immédiat pour le retrait d’espèces et les achats, afin de limiter la pénurie des devises étrangères. La liste des banques qui ont pris cette décision, à partir du 9 octobre, comprend la Banque Nationale d’Egypte (NBE), Commercial International Bank (CIB), HSBC, Arab African International, Crédit Agricole Egypt, Arab Bank et Ahly United. « C’est une décision souveraine prise par la BCE et qui sera appliquée sur toutes les banques opérantes en Egypte en vue de freiner la pénurie des devises étrangères », a noté à l’Hebdo Mona Habib, du département de service à la clientèle au sein de la banque NBE.

La décision intervient à un moment de recul des réserves du pays et des banques en devises étrangères, alors que les commerçants du billet vert sur le marché noir continuent d’amasser des dollars par les cartes bancaires à l’étranger. D’après les rapports de la BCE, les réserves nettes en devises sont tombées l’année dernière à leur plus bas niveau depuis 2017, avant de se stabiliser ces derniers mois à 34,9 milliards de dollars en septembre. En même temps, le déficit des avoirs extérieurs des banques commerciales — marquant la différence entre les avoirs et les obligations en devises — a augmenté dès le début de l’année pour atteindre 462 milliards de L.E. en avril contre 395 milliards de L.E. en janvier.

Hany Amer, analyste du secteur bancaire au sein de la société de courtage Arab African Securities, a estimé que cette décision est « bonne » pour mettre fin à l’utilisation abusive des cartes et contrôler l’échange du billet vert à l’étranger. « La décision vise à lutter contre une certaine catégorie de clients qui exploitent des cartes à débit immédiat en monnaie locale et les utilisent pour des achats ou des retraits d’espèces en dollar à l’étranger. Grâce à cette décision, les banques pourront contrôler les échanges sur le marché de devises », explique-t-il, ajoutant que l’arrêt de l’usage des cartes à débit immédiat pose cependant des problèmes à certains secteurs qui utilisent ces cartes pour effectuer leurs transactions financières.

Les alternatives

En vertu de la décision, les utilisateurs des cartes à débit immédiat ont perdu la possibilité d’acheter des produits à l’étranger, ainsi que le paiement d’abonnements à des plateformes telles que YouTube et iCloud, ou encore des jeux PlayStation. La chose la plus importante pour beaucoup est l’incapacité de faire une publicité sponsorisée sur les réseaux sociaux, un moyen prisé par les commerçants.

Depuis la mise en oeuvre de la décision, les personnes affectées sont à la recherche de solutions alternatives, notamment à travers l’ouverture d’un compte bancaire en dollar ou l’obtention d’une carte de crédit moyennant des frais supplémentaires par rapport aux cartes à débit immédiat. Une carte de crédit est un mini-prêt que la banque met à la disposition des clients pour des achats électroniques ou des retraits d’espèces aux distributeurs automatiques en Egypte ou à l’étranger. « Les banques autorisent leurs clients à utiliser leurs cartes de crédit pour effectuer des achats en dehors de l’Egypte en échange d’une commission de gestion des devises de 10 % de la valeur totale de la transaction », note Mona Habib.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique