Mardi, 23 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Plan pour réduire les coupures d’électricité

Marwa Hussein , Jeudi, 10 août 2023

Le gouvernement a pris plusieurs mesures afin d’atténuer les coupures du courant électrique provoquées par une hausse de la consommation, en raison de la canicule.

Plan pour réduire les coupures d’électricité
Le gouvernement a repris ses importations de mazout pour approvisionner les centrales électriques.

Pour alléger les conséquences des coupures du courant électrique, le gouvernement égyptien a partagé un calendrier des coupures prévues dans chaque zone afin que les citoyens soient préparés à l’avance. Selon ce calendrier disponible sur des sites Internet, les coupures ne doivent pas durer plus d’une heure pendant la journée pour chaque zone, et disparaissent entre minuit et midi. Le gouvernement a également mis en service une hotline pour recevoir les plaintes des citoyens en cas de coupures excessives.

Les coupures d’électricité devraient se poursuivre au moins jusqu’à la fin du mois d’août, tant que la canicule d’été persiste, sinon jusqu’à la mi-septembre, selon des déclarations officielles. « Le pays appliquera les procédures annoncées en août et nous espérons qu’en septembre, parallèlement à la baisse attendue des températures, la situation commencera à se normaliser », a déclaré le premier ministre, Moustapha Madbouli, en ajoutant que les coupures de courant quotidiennes d’une ou deux heures se poursuivront tant que la température sera supérieure à 35°C. Nader Saad, porte-parole du Conseil des ministres, a révélé dans des déclarations à deux émissions télévisées que le mauvais scénario serait que les coupures persisteraient jusqu’à la moitié du mois prochain. « Alors que les températures ont été aussi élevées auparavant, nous avons vu le mercure se maintenir à ce niveau élevé pendant seulement trois jours en juillet de l’année dernière », a-t-il déclaré, ajoutant que cela a mis à rude épreuve notre capacité à fournir suffisamment de gaz et de mazout pour couvrir la demande élevée. « La consommation des ménages est bien plus élevée que l’année passée, surtout à cause des climatiseurs », assure Mohab Hallouda, professeur au département de génie électrique à l’Université du Caire, expliquant que le nombre de climatiseurs est en hausse continue vu que l’Egypte est loin de ce qu’on appelle la saturation en climatiseurs, contrairement à d’autres appareils électroniques comme les réfrigérateurs.

Des capacités de production plus que suffisantes

Les coupures de courant interviennent au moment où l’Egypte avait considérablement augmenté ses capacités de générer de l’électricité au cours des dernières années au point de couvrir les besoins locaux, en plus de pouvoir exporter de l’électricité à divers pays comme la Jordanie et la Libye. Des projets similaires sont en phase de création avec le Soudan et la Grèce, en plus d’un projet d’interconnexion électrique avec l’Arabie saoudite, visant à échanger de l’électricité aux heures différentes de consommation dans chaque pays. En effet, au cours des huit dernières années, l’Egypte a réussi à élargir de 31 000 mégawatts sa production d’électricité, portant la capacité totale à 59 900 mégawatts. Ce qui a fait que sa capacité de génération d’électricité a dépassé la consommation locale maximale de 25 %. « L’Egypte possède des capacités de génération suffisante, le problème peut être au niveau de la distribution de l’électricité, mais le gouvernement travaille sur ce plan », explique Hallouda, soulignant que l’augmentation des capacités visait, en plus de l’exportation d’électricité, à subvenir aux besoins de l’industrie en général et de la nouvelle zone économique du Canal de Suez en particulier, mais « la consommation des ménages reste plus élevée que les besoins de l’industrie », relève-t-il.

Le problème ne réside pas dans le développement des capacités de production de l’électricité, mais plutôt dans les stocks des combustibles, le gaz naturel et le mazout, nécessaires pour alimenter les centrales électriques. En l’été 2022, le gouvernement a adopté un plan de rationalisation du gaz naturel dans les centrales électriques en vue de libérer une partie de la production vers l’exportation, génératrice des devises, ce qui a nécessité de remplacer le gaz naturel par le mazout dans la production de l’électricité. Mais la canicule a forcé le gouvernement à suspendre les exportations du gaz naturel liquéfié jusqu’au mois d’octobre prochain. Des rumeurs disent qu’une baisse de la production du champ gazier Zohr, le plus grand du pays, est la raison derrière la pénurie du gaz naturel, ce que le gouvernement a nié.

Reprise des importations de mazout

Le gouvernement déploie des efforts pour accroître la production du gaz, ainsi que pour importer des quantités suffisantes de gaz naturel et de mazout afin d’éviter la répétition du problème à l’avenir. Début août, la première cargaison de mazout importée, de 35 000 tonnes, est arrivée au pays. Cette cargaison est la première des importations de pétrole lourd prévues par le gouvernement afin d’augmenter la capacité de production de l’électricité pour répondre à la demande croissante. Le premier ministre a déclaré la semaine dernière que le gouvernement dépenserait 250 à 300 millions de dollars d’ici fin août pour importer du mazout.

Le gouvernement avait cessé d’importer du pétrole lourd en mars en pensant pouvoir compter sur la production locale pendant l’été. La décision de reprendre les importations de mazout a été annoncée par le premier ministre fin juillet, en plus de trois autres mesures visant à réduire les coupures de courant. Il s’agit d’instaurer le télétravail le dimanche pour les fonctionnaires qui ne sont pas en contact direct avec les clients, de rationnaliser l’usage de l’électricité dans les bâtiments gouvernementaux et de mettre en place un comité de crise pour suivre le dossier au quotidien. Les hôpitaux et autres installations stratégiques, ainsi que les zones côtières, notamment la Côte-Nord et la mer Rouge, sont exclus des coupures d’électricité pour éviter un impact négatif sur l’industrie du tourisme.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique