Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Priorité aux énergies renouvelables

Gilane Magdi , Lundi, 12 juin 2023

Le ministre de l’Electricité et des Energies renouvelables a évoqué, dans une rencontre à l’Organisme national de la presse, la stratégie du secteur pour augmenter la production et l’investissement dans les énergies renouvelables et l’hydrogène vert.

Priorité aux énergies renouvelables
Le ministre de l’Electricité, Mohamad Chaker, et les responsables de l’Organisme de la presse lors de la rencontre.

« Les réalisations du secteur de l’électricité au cours des dernières années et les plans futurs basés sur l’augmentation de la production et l’attraction des investissements nationaux et étrangers ». Ce sont les thèmes évoqués par le ministre de l’Electricité et des Energies renouvelables Mohamad Chaker, lors d’une rencontre organisée le 11 juin par l’Organisme national de la presse, dirigé par Abdel Sadek El Shorbagui. Cet événement a réuni les rédacteurs en chef des journaux nationaux et les responsables du ministère de l’Electricité.

Le ministre a présenté la stratégie du secteur pour la production de l’énergie renouvelable et de l'hydrogène vert, soulignant que l'Egypte est attrayante pour les investissements, en particulier dans les projets d'énergies nouvelles et renouvelables. « Le secteur vise à réduire le pourcentage de dépendance au carburant utilisé pour produire de l'électricité à environ 30 % d'ici 2030. Le ministère prévoit le faire en élargissant les projets d'énergie renouvelable et d'hydrogène vert, afin de fournir à l'Etat du carburant destiné à l’exportation », a déclaré le ministre de l’Electricité, Mohamad Chaker, en expliquant que le combustible utilisé pour produire de l'électricité a diminué d'environ 20 % au cours des dernières années, passant actuellement à 117 kg par kw/h contre 214 kg en 2014. « C’est le résultat de l'augmentation de l'efficacité des anciennes centrales et de la création de nouvelles stations aux normes les plus élevées, dont les plus importantes sont les trois centrales géantes de Siemens à Béni-Soueif, Borollos et la Nouvelle Capitale administrative°», renchérit le ministre, prévoyant l’augmentation des taux de production de l'énergie renouvelable en Egypte en 2025 à 14,4 % pour le vent, à 21,7 % pour les cellules solaires, à 4,3 % pour les concentrateurs solaires et à 2 % pour l'eau.

Pour atteindre ces chiffres, le ministre a présenté les projets actuels et futurs de production d’énergie renouvelable. Selon lui, une zone de 26 000 km2 a été allouée à l'ouest d'Assouan, à l'ouest de Sohag et au Nil occidental pour établir des centrales de production d'électricité à partir des sources renouvelables du soleil et du vent avec des capacités allant jusqu'à 130 000 mégawatts, en coopération avec le secteur privé. De même, il a déclaré qu'il y avait 6 projets d'énergie renouvelable en cours de construction, représentant des investissements étrangers directs d'une valeur de 4,4 milliards de dollars, pour générer 2 500 mégawatts. « Il est prévu que les capacités totales installées d'énergie renouvelable atteindront environ 10 000 mégawatts d'ici 2025 », prévoit le ministre.

Chaker a souligné qu'avant la fin de l'année, un certain nombre d'accords et de protocoles d'accord, qui ont été signés lors de la conférence sur le climat tenue en novembre dernier à Charm Al-Cheikh, dans le domaine des énergies renouvelables, commenceront à être mis en œuvre.


Le ministre de l’Electricité a souligné que les prix des énergies renouvelables en Egypte sont les plus bas au monde.

Lors de la rencontre, le ministre a confirmé aussi que les projets d'énergie renouvelable, qu'ils soient solaires ou éoliens, n'ont pas été affectés par la crise mondiale du dollar. « Les investisseurs dans ce domaine mettent le coût d'investissement en dollar et non en monnaie locale », renchérit-il, en estimant que les prix du kw/h de l'énergie solaire et éolienne en Egypte sont les plus bas au monde. Il a expliqué que cet état est la conséquence des mesures prises par le gouvernement pour stimuler l'investissement dans ce domaine. « Le prix d'un kw/h de soleil est de 2 centimes de dollar, et celui du vent est de 2,4 centimes de dollar », a précisé le ministre.

Avantage relatif pour l’hydrogène vert

Au moment où le pays vise à augmenter la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité, il met l'accent sur la production d’hydrogène vert. Dans ce cadre, Chaker a confirmé que le secteur tient à renforcer la coopération avec les partenaires mondiaux pour la mise en application de projets pilotes de production de l’hydrogène vert, considérés comme une première phase dans l’expansion de l’utilisation de cette énergie nouvelle. Il a souligné que l'Egypte dispose de grandes capacités lui permettant de produire de l'hydrogène vert le moins cher au monde, expliquant que l'augmentation de l'hydrogène produit localement contribuera à renforcer la sécurité énergétique en Egypte et à réduire ses importations de pétrole.

Le ministre a noté que les règles d'attribution aux investisseurs de terrains destinés à la production d'hydrogène vert sont en cours de finalisation. « Les projets de production de l’hydrogène vert sont considérés comme une mine d'or pour l'Egypte qui sera l'un des premiers pays produisant cette énergie nouvelle au cours des 10 prochaines années. 23 protocoles d'accord ont été signés avec des entreprises internationales pour produire de l'hydrogène vert, avec des investissements dépassant 83 milliards de dollars et une capacité totale de plus de 101 gigawatts. Ces projets créeront environ 44 000 emplois directs°», prévoit Chaker.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique