Dimanche, 03 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

PERSPECTIVES 2023 : Boom des secteurs non pétroliers

Marwa Hussein , Mercredi, 21 décembre 2022

Les investissements directs étrangers ont marqué une hausse considérable l’année passée. Une tendance qui devrait se poursuivre en 2023.

Boom des secteurs non pétroliers
Les IDE dans les secteurs non pétroliers ont augmenté de 5,2 milliards de dollars. (Photo : Reuters)

Les Investissements Directs Etrangers (IDE) nets en Egypte ont augmenté de 71,4% pour atteindre 8,9 milliards de dollars pendant l’année fiscale 2021-2022, contre 5,2 milliards l’année précédente. Et ce, malgré la guerre en Ukraine et ses répercussions économiques. En fait, au premier trimestre 2022, celui qui a précédé la guerre, les IDE nets en Egypte ont augmenté de 183% pour atteindre 4,1 milliards de dollars, contre 1,4 milliard de dollars au cours de la même période de 2021, selon la Banque Centrale d’Egypte (BCE). Cette dernière a précisé que les IDE nets dans les secteurs non pétroliers ont augmenté de 5,2 milliards de dollars, pour enregistrer une entrée nette de 11,6 milliards de dollars (dont 7,2 milliards ont été enregistrés en janvier-juin). Cependant, les IDE nets dans le secteur pétrolier ont témoigné des sorties, ce qui explique la baisse du chiffre total des IDE à 8,9 milliards. Le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit que les IDE en Egypte enregistrent 11,7 milliards de dollars en 2022-2023 et 14,9 et 26,5 milliards de dollars en 2023-2024 et 2024-2025 respectivement.

En général, la position de l’Egypte en dollars s’est améliorée grâce aux IDE et aux exportations. Celles-ci ont augmenté de plus de 53% au cours de l’exercice fiscal qui s’est terminé en juin 2022 pour atteindre 43,9 milliards de dollars: les IDE ont atteint 9 milliards de dollars sur la même période, alors que les revenus du tourisme ont bondi de 121% pour atteindre 10,7 milliards de dollars. Mais ils ont été perturbés par la sortie de plus de 20 milliards de dollars d’investissements étrangers dans les titres gouvernementaux, suite au déclenchement de la guerre russo-ukrainienne en février dernier. Selon la Banque Centrale, les investissements de portefeuille en Egypte sont passés d’une entrée nette de 18,7 milliards de dollars à une sortie nette de 21,0 milliards de dollars. Ce changement s’est produit principalement au cours de la période janvier-mars 2022, qui a enregistré des sorties nettes de 14,8 milliards de dollars; l’affaire reflétait les inquiétudes des investisseurs concernant le conflit ukrainien, ainsi que les politiques monétaires restrictives adoptées par la Réserve fédérale, entraînant des sorties de capitaux spéculatifs des marchés émergents, souligne un rapport de la Banque Centrale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique