Samedi, 20 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Economie en bref

Lundi, 16 septembre 2013

Egypte

Euromoney

La direction d’Euromoney a décidé de remettre sa conférence annuelle au mois de novembre prochain en raison des turbulences politiques. Cette conférence, prévue les 24 et 25 septembre, n’a pas attiré la clientèle escomptée. La conférence Euromoney se tient régulièrement tous les ans depuis une dizaine d’années en Egypte pour discuter des opportunités d’investissement en Egypte. Elle accueille des centaines d’hommes d’affaires égyptiens et étrangers qui viennent échanger les idées et guetter les opportunités de partenariat. En 2011, après la révolution du 25 janvier, l’institution internationale avait décidé d’annuler sa conférence. Par contre, une autre conférence « Money and Finance », organisée par l’entreprise Al-Mal GTM, aura lieu du 30 septembre au 1er octobre. Plus grand événement économique depuis la révolution du 25 janvier, la conférence discutera des politiques économiques et financières du gouvernement au cours de la période transitoire. Entre autres, les réserves en devises étrangères, la dette et l’investissement gouvernemental au cours de la prochaine période.

Inflation

Le taux annuel d’inflation a chuté pour atteindre en août 0,7 % sur le niveau mensuel, et 10,9 % sur le niveau annuel, selon le Capmas. Cette chute, selon Aliaa Mamdouh, économiste auprès de la banque d’investissement CI Capital, est normale, vu la fin du mois du Ramadan et la chute des dépenses du citoyen égyptien. Elle s’attend à quelques baisses successives jusqu’à la fin de l’année puis à un redressement début 2014. Elle estime que le taux d’inflation moyen a été de 9,2 % au cours de la première moitié de 2013/2014, alors qu’elle prévoit une inflation moyenne à 12,4 % au cours de la deuxième moitié de l’année fiscale. « L’économie devrait se redresser début 2014 avec le retour de la stabilité politique. Les investissements reviendront et cela donnera un élan au marché », affirme Aliaa Mamdouh. Le gouvernement a annoncé qu’il visait un taux de croissance de 3 %, et un déficit budgétaire à 10 %, au cours de l’année fiscale en cours. 22,3 milliards de dollars seront consacrés au programme de relance économique, selon le gouvernement.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique