Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Un nouveau produit bancaire plus rentable

Gilane Magdi , Mercredi, 06 avril 2022

L’émission de certificats de dépôt d’un rendement de 18 % par des banques publiques a eu un grand succès. Toutefois, les coûts d’emprunt sont devenus plus chers.

Un nouveau produit bancaire plus rentable
Les clients des deux banques publiques ont afflué en grand nombre pour acheter le nouveau certificat.

Les nouveaux certificats de dépôt émis par la Banque nationale d’Egypte (NBE) et la banque Misr ont connu un engouement populaire depuis leur émission il y a plus de deux semaines. Les clients des deux banques ont afflué en grand nombre ou se sont précipités sur leurs sites électroniques pour acquérir les nouveaux certificats offrant le taux d’intérêt annuel le plus élevé sur le marché, soit 18 % contre 11 % auparavant. « 800 000 familles ont bénéficié des rendements mensuels élevés à travers leurs investissements dans les nouveaux certificats », a déclaré le vice-président de la NBE, Yéhia Aboul-Fotouh, à l’agence de presse officielle MENA, ajoutant que les achats des Egyptiens ont atteint 235 milliards de livres après 11 jours de leur émission. Selon lui, la banque permettait aussi aux expatriés dans les pays du Golfe et aux Arabes d’acheter ces certificats d’un an d’échéance.

Les deux banques publiques ont émis ce nouveau produit bancaire le 21 mars, à la suite à la décision de la Banque Centrale d’Egypte (BCE) d’augmenter les taux d’intérêt bancaires sur les dépôts et les crédits de 1 %. La décision avait pour objectif de contrer l’inflation galopante. Les taux d’intérêt sur les dépôts et les prêts ont atteint 9,25 % et 10,25 % respectivement. Le taux de change de la livre face au dollar a augmenté de 10 % le jour même.

Dès le lancement de ce nouveau certificat, les clients des deux banques publiques et des autres banques ont accouru pour les acheter. Certains d’entre eux ont préféré liquider leurs dépôts qui leur offraient des intérêts très modestes (11 %) par rapport au nouveau certificat, quelles que soient les pertes assumées. C’est l’exemple de Maha Ahmad, cliente à la NBE, qui a raconté à l’Hebdo qu’elle avait passé deux heures et demie sur son compte électronique de la banque pour calculer les pertes encourues par la liquidation de ses certificats. « Par exemple, en cas de la rupture du certificat de 20 000 L.E. dont la date d’échéance n’est pas encore due, je le récupérais à 18 700 L.E. seulement après avoir escompté les intérêts versés par la banque », note-t-elle, en ajoutant que le montant total de ses pertes s’élève à 40 000 L.E. « Mais cette somme sera récupérée au cours des deux premiers mois par les rendements du nouveau certificat de 18 %, et je vais profiter des intérêts élevés le reste de l’année », dit-elle.

Hausse des intérêts sur les crédits

Au moment où les deux banques publiques ont réussi à collecter de grandes sommes d’argent dans une courte durée, les autres banques étaient incapables d’émettre des produits similaires à ceux de la banque Misr et la NBE. L’Hebdo a fait un tour dans une dizaine de banques publiques et privées qui ont augmenté les intérêts sur toutes sortes de crédits sans augmenter les intérêts sur les dépôts. « La banque a augmenté les intérêts sur les crédits personnels pour les fonctionnaires gouvernementaux de 1 % selon le montant du crédit et la date de remboursement qui varie de 6 mois à 12 ans », a noté une banquière au service des clients à la Banque du Caire, ajoutant qu’elle a conseillé à ses clients d’emprunter l’équivalent de 90 % de la valeur de leurs dépôts au lieu de les liquider afin d’acheter le nouveau certificat de la banque Misr et la NBE. « Ma banque offre des certificats de dépôt à taux d’intérêt mensuel de 10,25 % et trimestriel de 10,50 %. Donc, il est profitable de contracter des crédits à 12 % pour les utiliser dans l’achat du nouveau certificat de la NBE afin de gagner la différence entre les deux taux intérêt et en même temps garder les dépôts au sein des deux banques », relève-t-elle, en ajoutant que sa banque étudie l’émission d’un nouveau certificat de dépôt d’un taux d’intérêt de 16 % remboursable sur 3 ans.

Pour sa part, Abanob Magdy, analyste du secteur bancaire au sein de la banque d’investissement Beltone Financial, explique que les autres banques sont incapables d’émettre des produits similaires à celui du certificat de dépôt à 18 %. « Les banques seront négativement impactées par le lancement de ce nouveau produit de certificat de dépôt à intérêt trop élevé. De même, la hausse des coûts d’emprunt sur la monnaie nationale et sur le dollar pourrait limiter la capacité des débiteurs à rembourser leurs dettes bancaires, ce qui aura des répercussions sur les profits des banques au cours de la prochaine période », prévient-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique