Mardi, 21 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Secteur bancaire : Le coup de pouce de la BCE

Jeudi, 20 janvier 2022

Un nouveau mécanisme a été annoncé pour la première fois par la BCE pour offrir les liquidités d’urgence aux banques en cas de besoin. Explications.

Dans la p riode   venir, les banques vont augmenter les cr dits aux PME. (Photo : Reuters)
Dans la p riode venir, les banques vont augmenter les cr dits aux PME. (Photo : Reuters)

La semaine dernière, la Banque Centrale d’Egypte (BCE) a surpris le marché en annonçant la mise en place d’un nouveau mécanisme pour offrir les liquidités d’urgence aux banques en cas de besoin. La banque a précisé dans un communiqué de presse publié en ligne les conditions nécessaires de fournir ces fonds aux banques. « Ces liquidités ne devront être utilisées ni dans le financement des dividendes, ni dans l’achat des titres financiers. Elle sera octroyée par la BCE en dernier recours en cas d’incapacité de la banque à s’en procurer sur le marché interbancaire », selon le communiqué, précisant ainsi que les liquidités seront disponibles à court terme et devront être remboursables de la part des banques dans un délai maximum de 6 mois. Le taux d’emprunt est supérieur à celui du marché en vue d’inciter les banques à utiliser les liquidités temporairement. Dès l’annonce, de nombreuses interrogations ont été soulevées sur les causes de la mise en application de ce nouveau mécanisme en ce timing précis et sur l’éventualité d’une crise de liquidités au sein des banques dans la période à venir. Le vicegouverneur de la BCE, Gamal Negm, a nié ces craintes en assurant que la mise en application de ce mécanisme est une procédure proactive. « Les ratios de liquidités des banques égyptiennes sont actuellement les plus élevées de la région », assuret- il, en expliquant que la mise en application du nouveau mécanisme vient conformément à la loi 194 de 2020 sur la Banque Centrale et aux ratios de liquidités de Bâle III (un ensemble de règles dicté par le G20 en 2010 qui se concentre sur la solvabilité des banques). « L’une des dispositions de la loi prévoyait un système de liquidités d’urgence que la Banque Centrale pourrait accorder aux banques à forte solvabilité. Les liquidités d’urgence des banques centrales sont l’un des outils disponibles par lesquels les banques peuvent être soutenues pour faire face à la crise de liquidités à court terme », a-t-il souligné à la chaîne Al-Arabiya, en ajoutant que selon les exigences de Bâle III, il existe deux ratios de liquidités à respecter : le ratio de liquidités à court terme (qui a pour objectif de veiller à ce que les banques disposent d’actifs liquides, tels les titres financiers de haute qualité pouvant être liquidés facilement et immédiatement) et celui à long terme (qui couvre la période d’un an).

Prévisions à la hausse des crédits bancaires

Le fait de répondre aux exigences de la loi sur les banques n’est pas la seule justification. Abanob Magdy, analyste du secteur bancaire au sein de la banque d’investissement Beltone Financial, a déclaré à l’Hebdo que la mise en application de ce mécanisme est une procédure proactive pour éviter toute crise probable de liquidités, suite à l’expansion prévue dans l’octroi des crédits au cours de la prochaine période. « Au cours des trois dernières années, la BCE n’a cessé de prendre des mesures proactives visant à renforcer la solidité financière des banques. Aujourd’hui, il n’y a pas de pressions sur les liquidités au sein des banques, car le ratio des crédits/dépôts est de 34 % seulement en Egypte, contre 70 et 80 % dans les autres pays du monde. Nous prévoyons la hausse de ce ratio pour atteindre 54-55 % au cours des cinq prochaines années. Donc, une augmentation du ratio signifierait sans doute une pression probable sur les liquidités au sein de certaines banques dans la période à venir », prévoit-il, en ajoutant que les banques égyptiennes possèdent une position financière très forte, que ce soit au niveau de la croissance des dépôts bancaire ou à celui de la réalisation de profits. Selon le rapport mensuel de la BCE, le montant des dépôts non gouvernementaux a augmenté de 12,5 % au cours des neufs premiers mois de l’année pour atteindre 4 253 milliards de L.E. en septembre 2021, contre 3 772 milliards de L.E. au début de l’année.  La banque d’investissement Prime Holding a indiqué dans sa note publiée le mois dernier la bonne position financière des banques égyptiennes, en prévoyant la hausse des crédits accordés par le secteur bancaire d’ici 2025 de 16 %. Cette hausse provient de trois sortes de crédits : les crédits publics à la lumière des mégaprojets du gouvernement, les crédits accordés aux Petites et Moyennes Entreprises (PME), puisque les banques seront tenues d’allouer 25 % de leur portefeuille total de crédits aux PME (contre 20 % auparavant) et, enfin, ceux accordés au secteur privé .

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique