Mardi, 25 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Coup de pouce pour l’économie

Marwa Hussein, Mardi, 31 août 2021

L’Egypte recevra près de 2,8 milliards de dollars du Fonds monétaire international via l’allocation des Droits de Tirage Spéciaux (DTS). C’est l’allocation la plus élevée fournie par le fonds. Explications.

Coup de pouce pour l’économie
L’allocation arrive à temps pour l’Egypte, elle lui permettra d’élever ses réserves de change et de couvrir ses besoins en devises.

La part de l’Egypte dans l’allocation générale des Droits de Tirage Spéciaux (DTS), qui s’élève à environ 650 milliards de dollars, est estimée à 2,8 milliards de dollars. Il s’agit de l’allocation la plus importante de l’histoire du prêteur international, dont l’objectif est d’accroître les liquidités dans le monde, selon le Fonds Monétaire International (FMI). Kristalina Georgieva, directrice générale du FMI, a annoncé l’entrée en vigueur de cette allocation le 23 août. Les 190 pays membres du FMI bénéficieront de l’allocation générale proportionnellement à la quote-part de chaque Etat au FMI. « Cette allocation est une injection dans le bras de l’économie mondiale et, si utilisée à bon escient, sera une occasion unique de surmonter la crise actuelle sans précédent », a dit Georgieva, soulignant que la somme en question permettra de fournir des liquidités supplémentaires au système économique mondial. Elle complétera les réserves de change des différents pays et réduira leur dépendance d’une dette intérieure ou extérieure coûteuse. « Les pays peuvent utiliser l’espace ainsi créé pour soutenir leur économie et intensifier leur lutte contre la crise », a ajouté Georgieva.

L’allocation arrive à temps pour l’Egypte, elle lui permettra d’améliorer ses réserves monétaires et de couvrir ses besoins en devises. « L’Egypte a besoin de consolider ses réserves monétaires », affirme Mohamed Shadi, chercheur d’économie politique auprès du Centre égyptien de la pensée et des études stratégiques, en se référant aux prévisions sur les taux d’intérêt aux Etats-Unis. Il est prévu que la Réserve fédérale américaine augmente les taux d’intérêt sur le dollar. « La Réserve fédérale restreindra son interférence dans l’économie américaine et augmentera les taux d’intérêt dans l’objectif de contenir l’inflation, ce qui rendra les outils de la dette sur les marchés émergents moins attractifs pour les investisseurs car une grande partie de ces investisseurs favorisera les outils de la dette américaine », explique Shadi. Les réserves monétaires de l’Egypte s’élevaient à 40,609 milliards de dollars fin juillet, un chiffre satisfaisant et en hausse continue depuis le début de l’année, mais qui reste inférieur au record historique de 45,5 milliards de dollars, atteint en février 2020. La nouvelle allocation porte la valeur totale des DTS que l’Egypte a reçus jusqu’à présent du FMI à quelque 4 milliards de dollars. Le pays avait reçu 1,1 milliard de dollars en DTS en août 2009 dans le cadre d’une allocation générale de 250 milliards de dollars destinée à fournir des liquidités au système économique mondial.

L’emprunteur idéal

L’Egypte avait demandé deux prêts au FMI après la pandémie du Covid-19 en mai 2020. Le premier, de 2,7 milliards de dollars, en vertu de l’instrument de financement rapide, pour faire face aux répercussions économiques directes de la pandémie. L’Egypte a reçu cette somme le mois même. Le second prêt, de 5,2 milliards de dollars, se situe dans le cadre d’un accord de confirmation. Ce prêt est lié à un programme de réformes structurelles. Il est intervenu un an après la fin de l’accord de financement de 12 milliards de dollars, d’une durée de 3 ans, conclu entre le FMI et l’Egypte fin 2016. « Le Fonds monétaire est le meilleur prêteur car ses taux d’intérêt sont les plus bas et ses échéances sont les plus longues. En plus, tout prêt du FMI accroît la confiance de la communauté internationale dans l’économie égyptienne », analyse Mohamed Shadi. « L’Egypte est un emprunteur idéal pour le FMI, le pays représente l’expérience la plus réussie du fonds depuis longtemps », ajoute Shadi. Le FMI pense que l’économie égyptienne a été « résiliente » face à la pandémie. « L’économie égyptienne a mieux performé que prévu malgré la pandémie. Les mesures d’endiguement, soutenues par la gestion efficace de la crise par les autorités, ont contribué à atténuer les effets de la crise », a écrit le FMI dans son examen de l’accord de confirmation de 5,2 milliards de dollars en novembre 2020.

Qu’est-ce que les DTS ?

Le Fonds monétaire international définit sur son site les Droits de Tirage Spéciaux (DTS) comme étant « un avoir de réserve international créé en 1969 par le fonds pour compléter les réserves monétaires officielles de ses pays membres ». Les pays peuvent échanger leurs DTS contre des devises fortes avec d’autres membres du FMI. Cela a toujours été fait sur une base volontaire, les pays qui ont une position financière plus solide acceptant d’aider les autres en cas de besoin. Ils peuvent également utiliser leurs DTS dans une série d’opérations avec d’autres pays ou pour régler des obligations financières envers le fonds. Le DTS est l’unité de compte du FMI et d’autres organisations internationales. La valeur d’un DTS est fixée quotidiennement sur la base d’un panier de 5 grandes devises internationales : le dollar américain (42 %), l’euro (31 %), le yuan chinois (11 %), le yen japonais (8 %) et la livre sterling (8 %). Une allocation générale de DTS doit correspondre à un besoin global à long terme de compléter les réserves monétaires.

Elle doit également bénéficier d’un large appui parmi les pays membres du FMI (une allocation doit être approuvée par le Conseil des gouverneurs à une majorité de 85 % du total des voix attribuées aux pays participant au département des DTS). Une fois approuvée, l’allocation est versée aux pays membres proportionnellement à leur quote-part au FMI. Cela signifie qu’environ 275 milliards de dollars sont destinés aux pays émergents et aux pays en développement, dont 21 milliards aux pays à faible revenu. Les Etats-Unis (118 milliards de dollars) et la Chine (43 milliards de dollars) seront les principaux bénéficiaires de la nouvelle émission. Le FMI propose pourtant que « pour amplifier les bienfaits de cette allocation, il faut encourager la réaffectation volontaire d’une partie des DTS des pays affichant une position extérieure solide en faveur des pays qui en ont le plus besoin » .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique