Samedi, 02 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

L'Egypte, le constructeur automobile de demain

Amani Gamal El Din, Mardi, 16 février 2021

L’Etat a lancé plusieurs initiatives pour affiner sa stratégie de l’industrie automobile. Explications.

L’Egypte cherche à ce que son industrie auto­mobile soit l’un des fers de lance de sa crois­sance. Le gouvernement s’est fixé un objectif ambitieux de combler son retard face aux deux grands de la construction automobile africaine, le Maroc et l’Afrique du Sud. « Pour atteindre cet objectif, le seul choix est d’opter pour l’in­dustrialisation et la ratification au plus vite de la loi sur l’industrie automobile auprès du Conseil des députés, d’autant que les concep­teurs ont amendé toutes les entraves face à la localisation de l’industrie », explique Khaled Saad, secrétaire général de la Chambre de l’in­dustrie automobile.

En effet, des réformes au niveau des poli­tiques publiques dans ce secteur sont en train de prendre forme. « L’industrialisation palliera tous les problèmes, qu’ils soient internes ou externes, comme la valeur de la monnaie, les hausse des recettes des importations, les pro­blèmes de cargaison dont les prix se sont élevés à 80 % et autres. Aujourd’hui, nous sommes prêts pour une production de masse. En plus, nous avons l’infrastructure nécessaire, soit 250 usines pour la production des composants locaux, qui représenteront de 45 à 60 % des entrants des véhicules », ajoute Khaled Saad.

Actuellement, plusieurs initiatives ont été prises dans ce sens. La première initiative consiste à ressusciter la compagnie nationale Al-Nasr pour les automobiles en coopération avec la compagnie chinoise DFMIEC dépen­dant de la compagnie Dong Feng pour fabri­quer la première voiture électrique Al-Nasr Electric d’ici 2022. « Don Feng est l’une des 4 plus grands constructeurs d’automobiles en Chine produisant 3,5 millions de véhicules annuellement avec ses partenaires mondiaux », a déclaré le ministre du Secteur des affaires, Hesham Tawfik. Au début du projet, les com­posants locaux seront à 50 %, a déclaré Tawfik. La deuxième initiative a été également menée par le ministre du Secteur des affaires, qui a signé deux protocoles de coopération entre la compagnie égyptienne privée Bright Skies, spécialisée dans les systèmes de fonctionne­ment et de contrôle des véhicules électriques, et la Compagnie égyptienne de l’industrie automobile, ainsi qu’Al-Nasr pour la fabrica­tion des voitures, les deux dépendant de la Compagnie holding des industries métallur­giques. Le premier protocole étudie le déve­loppement d’un modèle d’autobus électrique et travaille sur tous les composants de la batterie. Le second vise à installer des centres de déve­loppement des systèmes de contrôle. La troi­sième initiative consiste à effectuer des études de faisabilité avec le ministère de la Production militaire et le président de l’Organisme arabe de l’industrialisation pour l’installation d’une usine de pneus pour toutes sortes de véhicules. Une quatrième initiative du secteur des affaires est le développement de la compagnie Misr pour l’aluminium afin de lancer le projet de production des jantes automobiles en introdui­sant une nouvelle technologie amie de l’envi­ronnement à la place de l’électricité, qui repré­sente 40 % des coûts de production, d’une capacité de 250 000 tonnes.

Finalement, une cinquième initiative, non moins importante, consiste en la conversion des voitures au gaz naturel qui réalisera un double objectif économique et environnemen­tal. Selon un rapport promulgué par le Conseil des ministres, cette initiative rationalisera 50 % des coûts de fonctionnement des carbu­rants. Le budget de l’Etat également économi­sera 3 millions de dollars au cas où 1 000 microbus seraient convertis et environ 1 mil­lion de dollars au cas où 1 000 véhicules parti­culiers seraient convertis. Sur le niveau envi­ronnemental, l’initiative contribue à un envi­ronnement propre. « L’initiative aura un impact sur le volume du marché. Dans la pre­mière année de l’initiative, l’on s’attend à ce que le volume du marché de l’automobile assi­mile 250 000 véhicules au moins et atteigne environ 500 000 dans la troisième année », conclut Abanob Magdi, analyste et responsable du secteur automobile auprès de la banque d’investissement Beltone.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique