Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Les fonctionnaires ne seront pas augmentés

Névine Kamel, Mardi, 30 juillet 2013

D'après ses déclarations récentes, Ahmad Galal, nouveau ministre des Finances, n'autorisera pas la hausse des salaires des fonctionnaires, révisera les taxes sur la consommation et ne reprendra pas immédiatement les négociations avec le FMI.

les fonctionnaires
Le ministre des Finances, Ahmad Galal.

Lors de la présentation de son programme la semaine dernière, Ahmad Galal, nouveau ministre des Finances, est revenu sur les promesses de ses homologues du gouvernement en matière de hausse de salaire. Les ressources de l’Etat sont limitées, a-t-il fait savoir, par conséquent, il n’est pas certain que les fonctionnaires voient leurs revenus augmenter. « Les promesses des différents ministres à propos de la hausse des rémunérations de leurs agents ne représentent que des points de vue personnels, a-t-il déclaré. Nous allons négocier pour voir si nous l’approuverons ».

Plusieurs ministres du nouveau cabinet, tels le ministre de la Main-d’oeuvre et celle de la Santé, ont promis après leur nomination d’appliquer un salaire maximum correspondant à 35 fois le salaire minimum. « Si le salaire maximum dépasse les limites, cela risque de freiner la production. De toute façon, nos ressources ne permettent pas de réaliser ces promesses », a tranché Ahmad Galal.

Si le nouveau ministre se réclame de la justice sociale, il en a une conception personnelle. Selon lui, l’application de salaires minimum et maximum n’est pas le bon moyen pour la réaliser. « La justice sociale est un concept plus large, a-t-il indiqué. Il s’agit d’améliorer les services de santé, l’enseignement, etc. et d’appliquer des politiques économiques capables de la réaliser ». Le ministre des Finances a annoncé que le gouvernement consacrerait 2,5 milliards de L.E. à la prime sociale annuelle des fonctionnaires dans le budget 2013-2014, qui sera versée rétroactivement en août.

Malgré la baisse des ressources financières du gouvernement, Ahmad Galal a annoncé que le gouvernement pourrait réviser les taxes sur la consommation annoncées par l’ex-président Morsi, et corrigées à maintes reprises en raison du tollé qu’elles avaient suscité. En décembre dernier, l’ancienne équipe au pouvoir avait décidé d’imposer des taxes sur la consommation d’une longue liste des produits, réduite finalement à 6 produits (fer, ciment, cigarettes, alcool, boissons gazeuses et services de télécommunications). « Le gouvernement n’a pas encore précisé sa position finale vis-à-vis de ces amendements », a-t-il précisé.

Ahmad Galal n’a pas annoncé de reprise des négociations au sujet du prêt du Fonds Monétaire International (FMI), qui fait la une des journaux depuis un an en raison de l’incapacité à parvenir à un accord. Que fera le gouvernement à ce sujet ? « Les négociations avec le FMI ont pris une importance exagérée, estime-t-il. Il faut plutôt organiser et restructurer le pays de l’intérieur avant de chercher à reprendre les négociations ».

En attendant ce jour, le gouvernement se contentera pour l’instant des 12 milliards de dollars d’aides promises par certains pays du Golfe (Emirats arabes unis, Arabie saoudite et Koweït). Sur cette somme, 3 milliards seront consacrés à l’importation de produits essentiels. Le reste soutiendra les réserves en devises étrangères. 5 milliards ont ainsi rejoint les caisses de la Banque Centrale la semaine dernière.

Le nouveau ministre a confirmé la révision de deux lois controversées : celle sur les soukouk (obligations islamiques), qui a fait craindre une vente des actifs du gouvernement, et celle sur le Canal de Suez. Enfin, Ahmad Galal a confirmé son intention de conserver les cadres du Parti Liberté et justice nommés au cours de la présidence Morsi, « s’ils possèdent les compétences qui les qualifient à leur poste ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique