Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

France-Egypte : Nouvelles perspectives économiques

Fouad Mansour, Mardi, 11 février 2020

L'Agence Business France a accueilli, lundi 10 février, à Paris un Atelier « Egypte ». Celui-ci a rassemblé des entreprises et des responsables français et égyptiens. Objectif: promouvoir la coopération économique bilatérale. Bilan.

La coopération bilatérale a été au centre des discussions.
La coopération bilatérale a été au centre des discussions. (Photo: Fouad Mansour )

Paris, De notre envoyé spécial

« L’Egypte est l’endroit où il faut être maintenant. C’est un pays de 100 mil­lions d’habitants, il a enregistré la plus forte croissance économique de toute la Méditerranée, c’est un pays avec des opportu­nités, un potentiel et des projets de développe­ment considérables ». C’est par ces mots que l’ambassadeur de France en Egypte, Stéphane Romatet, a inauguré l’Atelier « Egypte », organisé à Paris lundi 10 février par l’Agence gouvernementale Business France afin d’inci­ter les entreprises françaises à chercher davan­tage d’opportunités et de partenariats d’inves­tissement en Egypte.

« Nous sommes encore, aujourd’hui, un par­tenaire insuffisant de l’Egypte. Nous en sommes le 11e partenaire commercial. Il faut mettre notre relation économique au même niveau que notre relation politique. C’est un pays dont les besoins sont immenses. Les entreprises françaises y sont attendues », a déclaré M. Romatet. Et d’ajouter: « J’avoue que les choses en Egypte ne se font pas en 5 minutes, il faut avoir de la patience, mais c’est un marché très porteur ».

La conférence a rassemblé plus de 150 par­ticipants, dont des représentants de 100 entre­prises françaises intéressées par le marché égyptien.

Côté égyptien, le GAFI (l’Autorité égyp­tienne de l’investissement) a présenté la nou­velle législation destinée à attirer les investis­seurs potentiels. Ayman Soliman, président du fonds souverain égyptien, ainsi que le groupe Elsewedy étaient aussi présents. Objectif : discuter des opportunités de coopération entre les entreprises industrielles égyptiennes et françaises et de la relance des échanges com­merciaux entre les deux pays. « Vous êtes plus de 100 entreprises françaises à participer à cette conférence, ce qui prouve l’engouement que suscite ce grand pays de plus de 100 mil­lions d’habitants, doté d’une position géogra­phique stratégique et d’une bonne infrastruc­ture », a affirmé Christoffe Lecouffe, directeur général de Business France, qui a inauguré la rencontre.

Le groupe Elsewedy Electric a signé lors du forum un mémorandum d’entente avec Business France pour faciliter les échanges entre l’Egypte et la France et aider les entre­prises françaises à s’implanter en Egypte.

Deux grandes entreprises françaises implan­tées en Egypte, Sanofi et Loréal, ont raconté leur « success story ». La première envisage de produire au Caire 10 nouveaux médica­ments qui viennent d’être lancés en Europe, la seconde exporte plus de 80% de sa production vers le Golfe, le Liban et le Maroc, entre autres, à travers son usine égyptienne.

Les Petites et Moyennes Entreprises (PME) étaient également au coeur des discussions de cette rencontre. Car, autrefois ignorées et sous-évaluées, elles se retrouvent aujourd’hui à l’avant-plan des préoccupations. Les PME occupent un grand espace de la vision « Egypte 2030 ».

Le PDG de la PME Steam France l’a confir­mé : « Bien que l’Egypte soit un marché assez compliqué et difficile où les spécificités cultu­relles sont nombreuses, les opportunités sont là pour les entreprises françaises, y compris les PME. Nous sommes en Egypte depuis deux ans, j’avoue que c’est un pays très prometteur par son marché local. Il peut constituer une base importante pour exporter vers l’Afrique ».

Ayman Soliman, PDG du fonds souverain égyptien, a, pour sa part, jeté la lumière sur les opportunités d’investissement dans divers sec­teurs égyptiens. « L’Egypte dispose maintenant de facteurs très attrayants, notamment des indices économiques positifs, une économie diversifiée, une croissance potentielle dans de nombreux secteurs, une inflation en baisse, un marché vaste, le boom du tourisme, et la stabi­lité de la monnaie locale stable », dit-il.

Il a ajouté que l’administration du fonds a effectué des tournées promotionnelles auprès de plusieurs investisseurs arabes, européens et américains, ainsi que des investisseurs de Chine, de Nouvelle-Zélande, d’Australie et d’Asie de l’Est. L’objectif du fonds est d’at­teindre 50 milliards de dollars en 10 ans, a-t-il ajouté.

Forum franco-égyptien des affaires et de l’innovation

Le Forum France-Egypte à Paris vient aussi préparer une importante rencontre éco­nomique bilatérale en 2020: le Forum fran­co-égyptien des affaires et de l’innovation, qui se tiendra au Caire du 30 mars au 1er avril. Cette conférence, qui sera organisée par Business France et Al-Ahram Hebdo, réunira un certain nombre de responsables et d’entreprises françaises et égyptiennes.

Conçu pour consolider le dialogue écono­mique bilatéral, en particulier sur les grands enjeux que les deux pays partenaires parta­gent et sur lesquels ils souhaitent renforcer leur coopération, comme la digitalisation de l’économie, la création d’emplois qualifiés, le développement d’un système de santé effi­cace et exclusif et l’accès aux standards internationaux dans les filières agricole et agroalimentaire, le forum a pour vocation de réunir sur un même espace les acteurs écono­miques des grands groupes, des PME et les membres du gouvernement.

« Ce forum vise à renforcer le dialogue économique entre les deux pays en identi­fiant les défis qui empêchent la reprise des relations économiques et en travaillant en vue de les surmonter. Le but est aussi de créer des opportunités de partenariats bila­téraux entre les deux parties. Des entreprises françaises ont déjà exprimé leur souhait d’y assister », explique Philippe Garcia, direc­teur de Business France Egypte, lors d’une présentation du forum à Paris.

Le président Emmanuel Macron, lors de sa visite en Egypte en janvier 2019, a signé 32 accords entre des entités gouvernementales et le secteur privé.

Les échanges entre l’Egypte et la France ont augmenté de 36,2% de janvier à mai 2019, pour atteindre 1,212 milliard d’euros, contre 823,7 millions d’euros pour la période correspondante de 2018, selon les dernières statistiques égyptiennes des services com­merciaux (ECS) publiées en août 2019.

Les exportations égyptiennes vers la France ont enregistré 334,2 millions d’euros au cours des cinq premiers mois de 2019, soit une aug­mentation de 15,6% par rapport à la même période de l’an dernier, tandis que les impor­tations égyptiennes en provenance de la France ont enregistré 785,5 millions d’euros au cours des cinq premiers mois de cette année, contre 534,5 millions d’euros au cours de la période correspondante en 2018.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique