Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Gaz naturel : vers un marché plus libre

Gilane Magdi, Mardi, 30 avril 2019

Plusieurs entreprises publiques et privées ont récemment obtenu des licences de l’Autorité régulatrice des activités liées au gaz naturel (GasReg), qui leur permettent d’opérer sans intermédiaire sur le marché. Un grand pas qui rapproche l’Egypte de son objectif de devenir un hub régional. Dossier.

Gaz naturel : vers un marché plus libre
L'Egypte possède une très bonne infrastructure en gaz naturel. (Photo : Reuters)

La holding égyptienne du gaz naturel (EGAS) a lancé récemment un appel d’offres pour la vente de 4 cargaisons de gaz naturel liquéfié pendant le mois de mai. EGAS fait partie de la liste des entreprises qui ont obtenu des licences de l’Autorité régulatrice des activités liées au gaz naturel (GasReg). « Nous avons accordé 33 licences à 16 entreprises opérant en Egypte dans le domaine du gaz. Ces licences incluent 4 activités principales : l’expédition, le transport, la distribution et la fourniture de gaz naturel », indique le directeur exécutif de GasReg, l’ingénieur Karem Mahmoud, en ajoutant que la liste des entreprises comprend de grandes entités publiques et privées, telles la holding publique EGAS et la société égyptienne de gaz naturel GASCO (voir tableau).

« Avec la présence de GasReg, aucune entité ne peut exercer des activités sur le marché du gaz naturel sans détenir l’autorisation de l’Autorité. Nous avons bien examiné les demandes des entreprises et nous avons trouvé que certaines doivent moderniser certains aspects administratifs et techniques internes pour répondre aux critères internationaux du commerce du gaz naturel. C’est pourquoi nous leur avons accordé les licences avec un délai d’un an à 5 ans pour adapter leurs conditions aux critères imposés », indique Mahmoud. Les entreprises qui ont obtenu plus d’une licence sont tenues de séparer les activités au niveau administratif et financier. Mahmoud donne l’exemple de GASCO qui a obtenu 3 licences (transport, distribution et fourniture). « Cette entité doit avoir un compte séparé pour chaque activité. C’est pourquoi nous nous sommes mis d’accord avec l’administration de l’entreprise sur l’élaboration d’un plan de travail qui sera mis en place dans 6 mois, suivi d’un plan d’application pour séparer les trois activités », explique-t-il. Au niveau technique, certaines entreprises doivent moderniser leurs infrastructures pour avoir une unité de mesure thermique de gaz naturel en vue de déterminer le prix réel de ce bien stratégique.

GasReg est la seule autorité publique responsable de l’organisation des activités sur le marché du gaz naturel en Egypte. Conformément la loi relative à la régulation du marché du gaz naturel, ratifiée par le président Abdel-Fattah Al-Sissi en août 2017, cet organisme a été formé en février 2018 sous la présidence du ministre du Pétrole, Tarek El-Molla. GasReg est chargée de plusieurs tâches, telles que surveiller les acteurs évoluant sur le marché du gaz, octroyer des licences et mettre en place les règles nécessaires à la fixation des tarifs d’utilisation des réseaux de gaz. « L’objectif est de préparer l’infrastructure des entreprises à l’activité du marché du gaz naturel, ce qui ouvre la voie à l’Egypte pour devenir un hub dans la région de la Méditerranée », souligne Karem Mahmoud.

Pour organiser le marché, GasReg a octroyé des licences de différentes durées, renouvelables annuellement à certaines conditions. La licence relative au transport est valide 10 ans, alors que celle relative à la fourniture dure 5 ans seulement. « Chaque année, nous allons vérifier le mode d’application de chaque entreprise pour nous assurer qu’elles respectent nos conditions avant de renouveler la licence », note le directeur exécutif de l’Autorité régulatrice.

Une très bonne infrastructure

Les entités qui ont obtenu des licences vont exercer les quatre activités principales à condition de se mettre à niveau pour respecter les critères nécessaires à l’échange du gaz au niveau mondial. Selon le site de GasReg, l’Autorité a fixé les tarifs de chacune des quatre activités comme suit : l’expédition à 0,031 cent pour chaque million d’unités thermiques britanniques (mutb), le transport à 0,057 cent/mutb, la distribution à 0,023 cent/mutb et, enfin, la fourniture à 0,008/mutb. « Nous avons fixé chaque tarif en nous basant sur le coût réel opérationnel de la société et le rendement sur l’investissement. Par exemple, le tarif du transport est calculé en se basant sur le coût réel du transport au sein des entreprises, tout en prenant en considération le rendement sur l’investissement », explique une source au sein de l’Autorité ayant requis l’anonymat, ajoutant que les tarifs seront revus annuellement pour prendre en compte la hausse annuelle des coûts opérationnels et qu’ils seront publiés sur le site de GasReg pour respecter les critères de transparence.

L’Egypte possède une très bonne infrastructure et des moyens logistiques importants. Sa position géographique lui permet d’exporter directement le gaz naturel vers les pays européens de la Méditerranée. De plus, elle possède 2 grandes usines de liquéfaction du gaz. La première, à Edco, sur la Côte-Nord, possède 2 unités de liquéfaction d’une capacité de production quotidienne de 1,35 milliard de pieds cubes. La seconde usine, située à Damiette, possède une seule unité de liquéfaction d’une capacité de production de 750 millions de pieds cubes/jour. L’Egypte dispose en outre d’une usine de traitement du gaz et d’un gazoduc mis en place grâce à un financement européen pour le transport du gaz vers l’Europe.

Il s’agit d’une première phase en vue de la libéralisation du marché de gaz naturel en Egypte. En effet, GasReg étudie actuellement, avec une maison de consultation internationale, les modèles de libéralisation du marché en vue de mettre une configuration finale sur le mode d’application. L’équipe de travail a effectué des visites auprès de grands pays européens comme l’Italie, la Grande-Bretagne et la France pour profiter de leurs expériences dans le domaine de la libéralisation du commerce du gaz. « Ces pays ont mis 20 ans pour mettre en place le commerce libre du gaz naturel. Nous allons commencer au point où les autres ont terminé », explique Karem Mahmoud. Pour sa part, Ahmad Quandil, directeur du programme d’énergie au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram, indique que GasReg doit accélérer le pas pour finir les études concernant la libéralisation du marché du gaz naturel. « Aujourd’hui, le pays presse le pas pour libérer les prix de l’essence (celui d’octane 95 et 92) en juillet prochain et rêve de devenir un hub en matière de gaz naturel dans la région. Donc il ne faut pas perdre du temps à faire des études », conclut-il.

Les 16 entreprises ayant obtenu les licences de GasReg

Nom de l’entreprise Type de licence

EGAS Expédition et fourniture

GASCO Transport, distribution et fourniture

City Gas Distribution et fourniture

Wadi Al Nile Gas Distribution et fourniture

Repco Gas Distribution et fourniture

Egypt Gas Distribution et fourniture

Town Gas Distribution et fourniture

Fayum Gas Distribution et fourniture

Natgas Distribution et fourniture

Nubaria Gas Distribution et fourniture

Maya Gas Distribution et fourniture

Overseas Gas Distribution et fourniture

Sinai Gas Distribution et fourniture

Reigas Distribution et fourniture

Cairo gas Distribution et fourniture

Source : Autorité régulatrice des activités liées au gaz naturel (GasReg)

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique