Dimanche, 21 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

De bonnes notes pour l’économie égyptienne

Gilane Magdi, Mardi, 26 mars 2019

L'agence de notation Fitch Eipica a relevé la note de l’Egypte de B à B+, tout en la félicitant des progrès réalisés dans le cadre du programme de réforme économique.

L’agence de notation internationale Fitch Eipica a relevé la note de l’Egypte de B à B+. « Le pays progresse dans son programme de réforme économique », note l’agence dans son rapport publié le 21 mars sur son site électronique. L’institution internationale a félicité la réussite du gouvernement égyptien à établir son programme de réforme fiscale et économique pour garantir la stabilité économique du pays. Le rapport a mis en exergue les progrès réalisés à plusieurs niveaux. Pour ce qui est de l’inflation, il a félicité la politique de la Banque Centrale d’Egypte (BCE), qui a entraîné un recul du taux d’inflation de 30% en 2017 à 14% en 2018. « Nous prévoyons le recul de ce chiffre à 12% en 2019 et à 10% en 2020», indique le rapport de l’agence.

Au niveau du déficit budgétaire, Fitch prévoit le recul du déficit à 8,6% pendant l’année financière qui se terminera en juin 2019. Elle prévoit aussi une baisse des dépenses sur les salaires et les programmes sociaux de 1,1% en 2019. Cette notation est la 5e revue positive publiée par les institutions de notation internationales depuis l’application du programme de réforme économique de l’Egypte en 2016.

Dans son rapport, l’agence a aussi noté le recul du déficit du compte courant de 3,5% en 2017 à 2,5% en 2018. « Ce recul est dû à la hausse des revenus provenant du secteur du tourisme, à la hausse des exportations non pétrolières et à l’augmentation de la production de gaz, entraînant l’arrêt des importations de ce bien stratégique », note le rapport, tout en prévoyant le recul du déficit du compte courant à 2,3% en 2019-2020.

Accroître la confiance des investisseurs

Le ministre des Finances, Mohamad Maeit, a déclaré que la nouvelle notation de l’agence montrait que les institutions internationales ont conscience des progrès réalisés par l’Egypte, et que cela a des impacts positifs sur le climat d’investissement en Egypte. « Cela contribuera certainement à accroître la confiance dans l’économie égyptienne, à attirer davantage d’investissements étrangers et à réduire les coûts de financement », a indiqué Maeit dans un communiqué de presse publié après la publication du rapport de l’agence internationale.

Fitch a par ailleurs déclaré que la monnaie locale était faible, mais qu’elle n’avait pas beaucoup fluctué pendant la période de sortie des titres par les investisseurs étrangers, qui a duré de mi-avril jusqu’à fin décembre 2018, où la livre égyptienne avait perdu 1,7% par rapport au dollar. Mais l’investissement étranger a été plus fort en 2019, ce qui a permis à la monnaie locale de regagner 3 % à la mi-mars par rapport au billet vert. Selon le site de la BCE, le prix d’achat du dollar était de 17,24 L.E. et le prix de vente de 17,34 L.E. dimanche 24 mars. Fitch prévoit que le service de la dette extérieure de l’Egypte sera en moyenne d’environ 10 milliards de dollars en 2019-2020, ce qui représente environ 12% des recettes extérieures actuelles du pays.

Malgré ces bonnes nouvelles, les défis persistent. Le rapport cite ainsi certains problèmes auxquels le gouvernement égyptien est toujours confronté, notamment la poursuite des réformes visant à réduire la dette publique et à augmenter les réserves étrangères.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique