Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

La Bourse reprend son souffle

Gilane Magdi, Mardi, 26 juin 2018

Les indices boursiers ont connu une forte chute au cours des 6 dernières semaines, due à différents facteurs. La situation devrait se stabiliser avec la prochaine cotation en Bourse des entreprises gouvernementales.

La Bourse reprend son souffle
La cotation des entreprises publiques en Bourse va aiguiser l’appétit des investisseurs. (Photo : Khaled Al-Fiqi)

La Bourse égyptienne a commencé à reprendre son souffle ces jours-ci, et ce, après avoir passé par 6 semaines de chute de ses indices vedettes. L’indice EGX 30 (rassemblant les 30 actions les plus actives de la Bourse) a ainsi terminé, la semaine dernière, sur une hausse de 1,25% pour clôturer jeudi 21 juin sur 16345 points, et dimanche 24 juin sur 16395 points (+0,3%) points. A partir de la fin du mois d’avril, la Bourse avait vécu des jours difficiles, le rouge ayant été la couleur dominante sur ses écrans. Les indices affichaient des chutes quotidiennes accompagnées d’un état de confusion régnant sur les échanges des investisseurs nationaux qui liquidaient leurs titres financiers.

En un mois et demi, l’indice EGX 30 a plongé de 13,3% pour atteindre 15908 points le 6 juin, soit son plus bas niveau depuis janvier 2016. L’indice EGX 50 a, lui, subi le même recul pour clôturer sur 2659 points le même jour, ce qui représente une chute de 13% durant la même période.

Cette forte chute des indices boursiers a soulevé des interrogations quant à ses causes réelles, car elle intervient à un moment où les indicateurs économiques sont très optimistes. Si certains analystes et experts boursiers interprètent cette baisse comme un mouvement de correction normal, causé par les ventes des investisseurs nationaux dans le but de réaliser des gains, la rapidité de la chute constitue un vrai problème. « Au cours des 4 premiers mois de l’année, la Bourse a affiché d’importantes hausses quotidiennes au niveau des indices boursiers, qui ont augmenté de 20% durant cette période. Par exemple, l’indice EGX 30 adépassé les 18363 points le 26 avril, avant de plonger dans le rouge ce dernier mois. Il est donc normal de passer par ce mouvement de correction pendant lequel les investisseurs peinent à vendre leurs titres financiers pour réaliser des profits », explique Radwa Al-Sweifi, responsable du département des recherches auprès de la maison de courtage Pharos Securities.

Elle ajoute que les investisseurs nationaux ont accentué la vente de leurs titres financiers principalement dans 3 secteurs. L’immobilier vient à la tête des secteurs les plus touchés par cette vague de vente. « Les ventes des sociétés immobilières ont été faibles dernièrement, ce qui a affecté la performance du secteur », explique Al-Sweifi. Le secteur des télécommunications vient en seconde place, suivi de celui des banques, et ce, malgré la réalisation de bonnes performances.

L’inflation inquiète

En plus de la phase de correction que traverse la Bourse, les investisseurs s’inquiètent des répercussions de la réduction des subventions à l’énergie. « Les particuliers sont vraiment inquiets des répercussions de la réduction des subventions sur les résultats des entreprises et sur la hausse des chiffres relatifs à l’inflation. Il est prévu que ces derniers afficheront une forte hausse pendant les mois de juillet et d’août », indique Mohamad Maher, directeur de la maison de courtage Prime Securities.

Conformément au programme de réforme économique égyptien conclu avec le Fonds Monétaire International (FMI) sur une durée de 3 ans contre un crédit de 12 milliards de dollars, l’Egypte doit poursuivre la réduction des subventions à l’énergie pour vendre les produits pétroliers à leur prix réel à partir de l’année prochaine.

Les inquiétudes des investisseurs ne restent pas sans impact sur les échanges à la Bourse. D’après les chiffres de Pharos Securities, les investisseurs locaux et les institutions ont investi, pendant le mois de mai, des montants nets de 492 millions et de 405 millions de L.E. respectivement. Au mois de juin, les locaux et les institutions ont effectué, pendant la première semaine, des achats nets de 109 millions et de 71 millions de L.E. respectivement. Quant aux investisseurs étrangers, ils ont réalisé, pendant le mois de mai, des achats nets d’une valeur de 433 millions de L.E. « Il est profitable pour les étrangers d’accentuer l’achat de titres financiers au moment du recul de la Bourse, accompagné par la hausse des cours du dollar. Cela permet de réaliser de grands gains en cas de montée, en vendant les titres financiers à des prix plus élevés », explique Maher.

Ce dernier prévoit la fin de la phase de correction et le retour de la stabilité à la Bourse égyptienne avec le début du Programme de cotation en Bourse (IPO) des entreprises publiques, qui doit commencer à la fin de ce mois, d’après les déclarations gouvernementales. « Le ministère du Secteur public des affaires va émettre 4% du capital de la société de tabac gouvernemental Eastern Company après la fête du Petit Baïram », avait déclaré Khaled Badawi, ministre du Secteur public des affaires, ajoutant que le ministère a obtenu les approbations nécessaires des assemblées générales des entreprises. Cette cotation aura pour effet d’aiguiser l’appétit des investisseurs nationaux et étrangers, ce qui devrait entraîner la reprise des échanges quotidiens à la Bourse à leurs niveaux normaux.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique