Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Economie en bref

Mardi, 16 janvier 2018

Egypte

Notation

L’agence de notation Standard&Poor’s a gardé la même notation accordée à l’économie égyptienne à B et B-. L’Institution internationale reste positive, notant qu’il est probable de revoir cette notation à la hausse l’année prochaine, si l’Egypte poursuit la mise en place du programme de réforme économique. L’agence prévoit un taux de croissance du PIB de 4,3% en 2018 et de 4,5% en 2019 et 2020. Elle prévoit aussi le recul du taux d’inflation, pour atteindre 20% en 2018 puis 13% en 2019.

Inflation

Le taux d’inflation poursuit la tendance à la baisse: 22,3% en décembre contre 26,7% le mois précédent. D’après l’Organisme central pour la mobilisation et le recensement (Capmas), ce recul est justifié par la baisse des prix de la viande et du poulet de 1,6%, de celui des légumes de 0,5% et de celui du poisson de 1,1%.

Fer à béton

Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Tareq Qabil, a inauguré, le 13 janvier, une usine de fer à béton dans la ville du 6 Octobre, dotée d’une capacité de production annuelle de 240000 tonnes. Un chiffre qui sera doublé avec l’instauration de la deuxième ligne de production dans les prochains mois. Selon le communiqué de presse du ministère, le coût d’investissement de cette usine est de 500 millions de L.E., outre les 250 millions de L.E. qui seront injectés pour créer la deuxième ligne. Le ministre a aussi déclaré que la consommation locale du fer à béton a atteint 7,2 millions de tonnes en 2017, alors que la production est de 7 millions de tonnes seulement.

Banque mondiale

Croissance

La Banque Mondiale (BM) prévoit un taux de croissance mondiale de 3,1% en 2018. Dans son rapport sur les perspectives économiques de 2018, publié la semaine dernière, le taux de croissance s’accéléra à 4,5% dans l’ensemble des pays émergents et en développement grâce à la reprise de l’activité économique dans les pays exportateurs de produits de base. Le rapport a conclu que les conditions de financement à l’échelle mondiale restent propices et ont alimenté une demande solide pour les actifs des pays émergents et en développement, ainsi que des apports continus de capitaux à ces économies, soulignant que les perspectives à court terme pour les économies émergentes et en développement sont solides. Quant aux pays développés, la BM note que la croissance fléchira légèrement en 2018 pour s’établir à 2,2%, à mesure que les banques centrales éliminent leurs dispositifs d’après-crise et que la tendance à la hausse des investissements s’infléchit.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique