Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Economie en bref

Mardi, 30 mai 2017

Egypte

Banque mondiale

Une délégation de la Banque Mondiale (BM) effectuera une visite en Egypte la première semaine du mois de juin. D’après un communiqué publié par le site de la Bourse égyptienne, l’objectif est de renforcer la coopération entre la BM et Le Caire et de promouvoir le rôle du secteur privé. La ministre de l’Investissement et de la Coopération internationale, Sahar Nasr, a par ailleurs affirmé avoir étudié les procédures nécessaires pour l'obtention de la troisième tranche, évaluée à 3 milliards de dollars, du crédit alloué par la banque. L’Egypte avait reçu les deux premières tranches de ce crédit évaluées à 2 milliards de dollars.

Pétrole

Opep

L’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et les pays producteurs non membres du cartel mené par la Russie ont décidé, à l’issue d’une réunion tenue jeudi 25 mai, de prolonger de neuf mois, soit jusqu’à la fin mars 2018, l’accord sur la réduction de la production en vigueur depuis le début de l’année. L’Opep a convenu de maintenir ses propres coupes à 1,2 million de b/j environ, a précisé le ministre koweïtien de Pétrole, Essam Al-Marzouq. Les producteurs non membres de l’Opep réduiront, eux, leur propre production de quelque 600 000 b/j. La prochaine réunion ministérielle entre délégués de l’Opep et des autres pays producteurs non membres de l’Opep est prévue le 30 novembre prochain.

Koweït

Notation

L’agence de notation financière Moody’s a maintenu son évaluation des obligations nationales en monnaie nationale et en devises à Aa2, mais a changé son évaluation de l’économie de négative à stable. Lors de son rapport publié cette semaine, Moody’s a noté que le changement de sa vision est une indication positive quant à la capacité du gouvernement koweïtien d’exécuter le programme de réforme économique et financier. Sans oublier la bonne situation financière grâce aux réserves pétrolières. L’agence prévoit que le Koweït va garder sa position au cours des prochaines années malgré la lenteur des réformes par rapport à ses voisins.

Afrique

Secteur informel

Le commerce transfrontalier informel (dont les transactions n’obéissent pas à la législation locale sur les taxes) représente entre 20 % et 70 % des emplois en Afrique subsaharienne. C’est ce qu’a indiqué un rapport de la FAO intitulé « Formalisation du commerce informel en Afrique », publié le 25 mai. Selon ce rapport, près de la moitié du commerce transfrontalier intra-africain est considérée comme informel. Le régulariser pourrait stimuler la prospérité. L’étude de la FAO offre des directives politiques afin d’associer les échanges commerciaux transfrontaliers aux Objectifs du développement durable. Ces directives comprennent notamment la simplification des démarches administratives et du régime fiscal, le développement de partenariats avec les médias pour l’organisation de débats publics avec des participants issus du secteur de l’économie informelle.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique