Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Economie >

Forum: Un nouvel élan au mouvement altermondialiste

Stéphanie Wenger - Tunis (Tunisie), Lundi, 01 avril 2013

Tunis a accueilli le célèbre Forum social mondial. Justice sociale et modèle économique alternatif ont pris une coloration particulière dans la région des Printemps arabes, en pleine transition démocratique.

Manifestation
Les défis qu'affrontent l'Egypte et la Tunisie sont les thèmes-clés de la manifestation altermondialiste. (Photo: Reuters)

Organisé pour la première fois dans un pays arabe, le Forum social mondial s’est achevé samedi dernier à Tunis, par une marche des participants pour la Palestine à l’occasion de la Journée de la Terre. Créé en 2001 à Porto Alegre au Brésil, ce forum a vu l’édition 2013, baptisée Forum de la dignité, réunir 30 000 personnes de 125 pays et pas moins de 4 500 organisations. Le choix de la capitale tunisienne, lieu de naissance de la première révolution des Printemps arabes, n’avait pas été fait au hasard et a permis d’ « exprimer la solidarité du monde entier avec le peuple tunisien dans son combat pour la liberté », a souligné Gustave Massiah, économiste et membre du comité qui préside au sommet altermondialiste. Tunis a pendant plusieurs jours vibré aux accents du monde entier. L’ambiance enthousiaste ressentie dans la capitale tunisienne a tranché avec les semaines difficiles qui ont suivi l’assassinat du leader de gauche Chokri Belaid, début février, présent d’ailleurs dans de nombreux hommages et discussions. Dans le campus universitaire d’A-Manar, lieu entièrement dédié à la manifestation, une atmosphère festive abritait les stands de milliers d’organisations. Plus de 1 000 ateliers de travail et d’échanges ont eu lieu. Des centaines de bénévoles, en grande majorité tunisiens, s’étaient mobilisés pour l’occasion.

Une autre Tunisie est possible

« Le Forum social mondial est avant tout un espace de débat, et des débats ont eu lieu, estime Tarek Ben Hiba, président de la Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives et membre du comité d’organisation. Cela va laisser des traces ». Pour la Tunisie d’abord, estime-t-il, la myriade d’associations présentes a permis des échanges entre « les régions et entre laïcs et islamistes, cela montre qu’une autre Tunisie est possible au-delà des tensions de ces derniers mois ». Malgré quelques accrochages entre participants hostiles ou favorables au régime syrien ou entre Marocains, Sahraouis et Algériens, la leçon est, selon lui, applicable à l’ensemble du monde arabe. « Les transitions démocratiques ne sont pas terminées, les démocrates sont en difficulté, et la situation en Syrie devient folle, mais ce forum a prouvé que nous pouvons et devons vivre avec nos différences : nous n’avons pas le choix », estime le militant qui tient à rester vigilant.

Crise mondiale

Autre enjeu de taille pour ce forum qui estime qu’ « un autre monde est possible », la crise économique mondiale qui frappe encore plus durement les pays comme la Tunisie et l’Egypte. Les économies nationales de ces Etats en transition démocratique sont en souffrance et les défis qui les traversent sont depuis longtemps des thèmes-clés de la manifestation altermondialiste. Pour Isabelle Bourboulon d’Attac (voir ci-contre), « avec la crise, nos demandes sur la régulation de la finance internationale, l’audit des dettes de différents pays, la taxation des transactions financières, nos critiques du rôle du FMI ou de la Banque mondiale sont plus que jamais d’actualité ». Elle se réjouit d’ailleurs des travaux du Forum des économistes, pendant ces quelques jours, qui devrait donner lieu à un espace d’échange qui se poursuivra au-delà du FSM. Des réflexions qui se poursuivront plus loin que Tunis aussi, puisque début juin un altersummit aura lieu à Athènes autour de la crise de l’Union européenne et de ses remèdes d’austérité contestés.

FSM de Tunis, les moments-clés

24 mars : Ouverture du Forum mondial des médias libres.

26 mars 2013 : Ouverture officielle, une assemblée des femmes réunissant des milliers de participants du monde entier ouvre les travaux du forum.

Dans l’après-midi, des milliers de participants et d’organisations défilent dans Tunis. Des concerts closent cette première journée.

27, 28, 29 mars : Activités des associations. Réflexions, débats, ateliers, conférences.

30 mars : Mise en commun des propositions. Clôture du forum : à l’occasion de la Journée de la terre, 5 000 personnes marchent pour la Palestine.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique