Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Israël : Netanyahu, à droite toute

Maha Al-Cherbini avec agences, Mardi, 09 décembre 2014

Le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a fait exploser la coalition au pouvoir, provoquant des législatives anticipées le 17 mars 2015, dans l'espoir de former un nouveau gouvernement plus à droite.

Israel
Bibi réussira-t-il son pari politique  ? (Photo : Reuters)

Un coup de théâtre largement prévi­sible. Une manoeuvre planifiée d’avance. Telles sont les deux appellations qui s’appliquent le mieux aux dernières évolutions survenues sur la scène politique israélienne, entraînant des légis­latives anticipées le 17 mars 2015. Sans aucune surprise, le premier ministre, Benyamin Netanyahu, a limogé deux ministres centristes opposés à sa politique Yaïr Lapid (Finances) et Tzipi Livni (Justice), les accusant d’avoir ourdi un « putsch » contre lui, convoquant des élec­tions anticipées. Une façon de précipiter la crise ou de faire noyer un bateau qui chavire depuis les résultats des élections de 2013. En fait, le résultat des dernières législatives étaient déce­vant pour Bibi et son parti (le Likoud) qui n’a reçu que 18 sièges à la Knesset (120), de quoi obliger le premier ministre à faire une coalition « difficile » avec des centristes souvent opposés aux projets du Likoud. Selon les analystes, Netanyahu a provoqué ce séisme politique d’une façon « préméditée », dans l’espoir de former un gouvernement plus à droite qui l’aide à gouverner en toute liberté. « Dans l’état actuel des choses et avec ce gouvernement, il m’est impossible de gouverner», s’est justifié le premier ministre.

Fustigeant ce geste « irresponsable » de la part du premier ministre, tous les ministres du parti centriste ont démissionné, dont les ministres de la Santé, de l’Education, des Affaires sociales et le ministre des Sciences. « La révocation des ministres est un acte de lâcheté de quelqu’un qui perd tout contrôle. Nous regrettons que le premier ministre ait choisi d’agir de façon irresponsable », a regret­té le parti centriste Yesh Atid, dirigé par Yaïr Lapid.

Vers une coalition plus à droite ?

Si le premier ministre a convoqué des élec­tions anticipées, c’est parce que tous les son­dages lui assurent un quatrième mandat à la tête du gouvernement. Le pari ne semble donc avoir aucun risque pour un Netanyahu qui va désor­mais demander l’appui de la droite. Selon les politologues, Bibi pourrait se forger une coali­tion gouvernementale beaucoup moins turbu­lente que l’actuelle, en s’élargissant à sa droite, du côté des ultra-nationalistes et des formations religieuses. « Les partis de droite ont la majo­rité selon les sondages, ce qui signifie qu’il y a de grandes chances que M. Netanyahu conserve son poste », estiment les experts. Pour former sa prochaine majorité, M. Netanyahu a entamé ses négociations avec les partis ultra-orthodoxes, relégués dans l’opposition alors qu’il les consi­dère comme des « alliés naturels du Likoud ». Il entend aussi s’unir avec deux partis de la droite dure, Israël Beiteinou du chef de la Diplomatie Avigdor Lieberman, et le Foyer Juif, de Naftali Bennett, ministre de l’Economie, favorables à une colonisation touts azimuts dans les terri­toires palestiniens. Israël Beitenou est, en fait, le premier allié stratégique de Netanyahu lors des dernières élections. Selon les récents son­dages, le Likoud arriverait en tête des pro­chaines législatives avec de 22 à 24 sièges contre 18 (sur 120) actuellement. Le Foyer Juif devrait connaître la plus forte progression en passant de 12 à 16-17 sièges. Israël Beiteinou est stable avec 10-12 mandats contre 13, alors que Yesh Atid, le parti de Yaïr Lapid, et HaTnuha, la formation de Tzipi Livni, subissent une forte baisse en passant de 25 sièges à 14-15.

D’après les experts, une coalition gouverne­mentale plus à droite serait de très mauvais augure pour les négociations de paix israélo-palestiniennes. Déjà, le processus de paix est au point mort depuis 2000, malgré des tentatives américaines de le ressusciter. « Le gouverne­ment que Netanyahu nous propose est un vrai cauchemar qu’il promet aux Israéliens », s’in­quiète le quotidien Yediot Aharonot.

Pour ne pas plonger dans le pessimisme, on doit se rappeler que rien n’est sûr dans le jeu de la politique israélienne. En Israël, la formation des coalitions n’est pas si facile et la coalition de Bibi avec la droite n’est pas un fait acquis. Preuve: lors des législatives passées, Netanyahu n’a pas pu former un gouvernement avec ses alliés préférés à savoir, la droite et les ultrana­tionalistes. Peut-être, ce scénario se répéterait-il la fois prochaine. Déjà, le bloc de centre-gauche semble déterminé à s’unir afin d’empêcher Netanyahu d’obtenir un quatrième mandat et remettre les négociations avec les Palestiniens en tête des priorités. Cette semaine, ce bloc a entamé des pourparlers sur la création d’une « alternative à Netanyahu ». A la lumière de ce bras de fer, Netanyahu va-t-il réussir son pari risqué ou sacrifiera-t-il le tout pour le tout ?

Le projet de l’Etat juif à l’origine de la crise

Ce qui se passe ces jours-ci en Israël n’est qu’un bras de fer entre les hommes forts du pays, MM. Netanyahu, chef du Likoud (droite), et Lapid, chef de Yesh Atid, (centre-droit ), ayant tous les deux une vision complètement dif­férente de la paix avec les Palestiniens. La crise a com­mencé quand Netanyahu a demandé aux centristes d’ar­rêter leurs critiques sur la colonisation israélienne à Jérusalem-Est annexée et de soutenir le projet de loi sur l’Etat « juif ». Des revendica­tions rejetées par les deux ministres centristes limogés, Livni et Lapid, qui se sentaient déjà mal au sein du gouverne­ment depuis la rupture des négociations de paix avec les Palestiniens en avril dernier. Ces deux ministres s’oppo­saient souvent à la ligne dure adoptée par Bibi sur les négociations de paix car elle ne fait qu’accentuer l’isole­ment d’Israël et aggraver la guerre avec les Palestiniens. D’après les experts, c’est surtout cette loi sur le ren­forcement du caractère juif d’Israël qui a fait tomber la coalition au pouvoir car elle a rencontré l’opposition viru­lente de Lapid et Livni, qui ont promis de s’opposer à son adoption à la Knesset. De quoi pousser Netanyahu à précipiter la crise.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique