Mardi, 21 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Regain de violences anti-chiites

Maha Al-Cherbini avec agences, Lundi, 26 novembre 2012

Les talibans ont perpétré une série d’attentats suicide contre la minorité chiite, faisant des dizaines de morts et de blessés à l’occasion de l’Achoura. Sur fond de violences, une réunion entre huit pays musulmans émergents s’est tenue à Islamabad.

Pakistan
Les cérémonies de l'Achoura ont été endeuillées par les talibans pakistanais.

Cible privilégiée des talibans: la fête de l’Achoura— l’une des plus importantes cérémonies chiites du monde musulman — est toujours célébrée sous haute tension
au Pakistan. L’Achoura est une cérémonien commémorant le meurtre de l’imam Hussein, petit-fils du prophète Mohamad. Lors de cette célébration, les chiites se frappent la poitrine à des dizaines de reprises, avant de parfois se lacérer le dos à coups de lames aiguisées. Comme chaque année, une grave vague d’attentats commis contre la minorité chiite a secoué le pays malgrédes mesures de sécurité très importantes : forces de l’ordre déployées devant les lieux de culte chiites, fidèles fouillés à l’entrée et réseaux de téléphonie mobile coupés dans une cinquantaine de villes pendant les jours de cérémonie. Le dernier attentat anti-chiite a eu lieu dimanche, faisant au moins trois

morts et une cinquantaine de blessés dans le nord-ouest du pays, au lendemain d’un autre attentat qui avait fait huit morts et des dizaines de blessés au passage d’une procession de la
minorité musulmane chiite. Le TTP revendique ses crimes Ces deux attentats, comme les précédents, ont été rapidement revendiqués par le Tehreek-e-Taliban
Pakistan (TTP-Mouvement des talibans du Pakistan fondé en 2007), qui vise régulièrement les forces de l’ordre pakistanaises et la minorité chiite, qui représente moins de 20 % de la population de ce pays musulman de 180 millions d’habitants, miné par la montée en puissance du fondamentalisme religieux. « Nous avons lancé les attaques
contre la communauté chiite », a déclaré dimanche Ehsanullah Ehsan, porte-parole du TTP. « Nous avons 20 à 25 kamikazes dans le pays prêts à faire sauter des bombes et commettre des opérations suicide. Le gouvernement peut faire ce qu’il veut, mais il ne peut pas stopper nos attaques ». Il s’agit des attaques les plus meurtrières contre la minorité chiite
depuis le début de l’année auPakistan. Les organisations de défense des droits de l’homme ont accusé le gouvernement pakistanais de ne pas protéger la minorité
chiite : plus de 400 chiites sont morts dans des attentats depuis le début de l’année. Ces attentats contre les chiites sont survenus au moment où le Pakistan
accueillait le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, à la tête de la première puissance chiite au monde, dans le cadre d’un sommet international réunissant des dirigeants de huit pays musulmans émergents (l’Egypte, la Turquie, l’Indonésie, la Malaisie, le Bangladesh, le Pakistan, et le Nigeria). Le D8 (Développement 8) est un forum créé en 1997 (le siège est à Istanbul) visant à renforcer la coopération économique et politique entre les huit grands pays musulmans qui regroupent au total près d’un milliard de personnes. Alors que le président iranien et le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, ont participé à la réunion, le président égyptien MohamadMorsi a annulé sa visite au Pakistan en raison des tensions qui secouent l’Egypte. Le Pakistan, pays sur la « ligne de front de la guerre contre le terrorisme », accusé de servir de sanctuaire à des groupes liés à Al-Qaëda, n’a pas l’habitude d’accueillir des sommets internationaux, mais souhaitait redorer son blason avec cette rencontre. Ce sommet était une occasion pour Islamabad de « s’imposer comme un leader dans le monde musulman », estiment les commentateurs pakistanais, dont l’ancien général à la retraite, Talat Masood. « Les pays du D8 ont saisi l’occasion d’évoquer de grands enjeux politiques. La crise entre le Hamas et Israël de même que les relations entre l’Iran et les Etats-Unis ont fait l’objet de discussions sérieuses », souligne M. Masood. Saisissant l’occasion, le président pakistanais, Asif Ali Zardari, a dénoncé les violences talibanes qui menacent son pays. « Al-Qaëda et ceux qui lui sont affiliés comme le TTP font peser une grave menace sur nos aspirations concernant notre avenir », a reconnu Zardari pendant cette première réunion internationale de ce type (au niveau de chefs d’Etat ou de gouvernement) à se dérouler en huit ans dans son pays. Le président iranien a demandé le soutien du D8 à son programme nucléaire, affirmant qu’un gazoduc entre son pays et le Pakistan serait achevé en 2014, malgré les pressions américaines sur Islamabad en vue de faire avorter ce projet. A l’issue de la réunion, les pays réunis ont adopté une charte où ils ont affirmé leur ferme engagement à se soutenir en matière politique et économique. Selon les experts, ce sommet n’est qu’une tentative de la part de ces pays émergents de s’affirmer face à l’hégémonie américaine grandissante .
Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique