Lundi, 15 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Ukraine : Des législatives sur fond de guerre

Maha Al-Cherbini avec agences, Mardi, 28 octobre 2014

Boycottées par l'est séparatiste, les législatives ukrainiennes ont consacré l'orientation occidentale de l'ex-république soviétique. Un résultat qui devrait renforcer le pouvoir de Kiev sur l'est.

Ukraine : Des législatives sur fond de guerre

Avec ses nouveaux visages pro-occidentaux, le nouveau parle­ment ukrainien réussira-t-il à mettre fin au drame d’une Ukraine tiraillée entre Moscou et l’Occident ? La réponse est incertaine, car le contexte où s’est déroulé le scrutin est délicat : forte crise économique, aggravée par un conflit sanglant dans l’est sépara­tiste qui a fait 3 700 morts et 824 000 réfugiés depuis avril dernier.

Les résultats du vote étaient large­ment prévisibles : le camp pro-occi­dental, mené par le président ukrai­nien Petro Porochenko, élu en mai, et 4 autres mouvements pro-occi­dentaux, ont obtenu une majorité écrasante (70 % des voix). Le bloc Porochenko est arrivé en tête, suivi du parti Front populaire du premier ministre Arseni Iatseniouk et du mouvement Samopomitch mené par le maire de Lviv. Ces deux dernières formations sont favorables à une offensive plus musclée contre les séparatistes de l’est, de quoi s’inter­roger sur la nouvelle approche qu’adopterait Kiev, vis-à-vis d’un est rebelle, les jours à venir. Quant au principal parti pro-russe, compo­sé des ex-alliés de Viktor Ianoukovitch, il a dépassé de jus­tesse le seuil électoral fixé à 5 % des voix. Autre fait historique : le parti communiste a disparu du parlement.

A la lumière de ces résultats, les autorités ukrainiennes pourraient renforcer leur pouvoir, ramener la paix dans l’est et affirmer l’orienta­tion européenne de l’ex-république soviétique. Or, pour réaliser ces tâches, le président ukrainien doit vite s’allier avec une ou plusieurs des formations pro-occidentales pour former une « majorité constitu­tionnelle », qui lui permettrait de poursuivre le processus de paix dans l’est, et promouvoir une économie en récession. Sans tarder, des consultations marathon ont com­mencé, dimanche soir, pour former cette coalition. Le président a, déjà, reçu M. Iatseniouk, qui a assuré qu’une coalition serait formée dans les détails les plus brefs, pour que le gouvernement réalise rapidement ses réformes. Pourtant, certains experts estiment qu’il serait difficile au bloc Porochenko, de former une majorité solide et cohérente au par­lement avec 4 ou 5 partis.

Les enjeux des jours à venir sem­blent herculéens. Depuis son indé­pendance en 1991, ce pays est le terrain d’affrontements géopoli­tiques entre Occidentaux et Russes, dont les relations, de l’aveu même de Moscou, ont « touché le fond ». Le premier défi qui incombe aux nouvelles autorités serait, donc, de mettre une fin rapide au conflit san­glant qui fait rage dans l’est. Le processus de paix lancé par le prési­dent ukrainien et le cessez-le-feu, conclus le 5 septembre, n’ont pour­tant pas réussi à mettre fin aux com­bats, et les séparatistes ont même boudé le vote de dimanche. Or, selon les experts, tant que le bras de fer se poursuit entre Moscou et l’Oc­cident, l’est ukrainien resterait le théâtre de graves combats et pourrait finir par proclamer son indépen­dance et son rattachement à la Russie comme la Crimée.

Quant à l’économie, le défi n’est pas moins grave. D’ores et déjà, le parlement ukrainien aura à voter des réformes économiques radicales, afin de sauver un pays au bord de la faillite économique depuis fin 2013. La coalition que le président est censé former le plus vite possible doit être capable d’adopter les diffi­ciles mesures de rigueur, exigées par les bailleurs de fonds internationaux de l’Ukraine, le Fonds monétaire international, et Bruxelles en tête. Outre cela, le nouveau pouvoir doit résoudre d’urgence le conflit gazier avec Moscou, qui prive l’Ukraine du gaz russe, depuis juin, notamment avec l’arrivée de l’hiver. La semaine prochaine, les négociations doivent reprendre entre Moscou et Kiev, qui a déjà demandé aux Occidentaux une rallonge de 2 milliards de dol­lars, pour acheter du gaz russe. Le rapprochement affiché, lors de la rencontre à Milan la semaine der­nière, entre Porochenko et Poutine reste de l’encre sur papier. Bien plus, la situation économique en Ukraine dépendra de la possibilité pour l’Ukraine d’importer assez de gaz cet hiver pour faire tourner une industrie paralysée.

Pas rester poings liés

Reste à s’interroger sur la réaction de Moscou les jours à venir. Il va de soi que Moscou ne va pas rester poings liés, face à une Kiev qui se rapproche à grands pas de l’Europe. Vladimir Poutine serait prêt à tout faire pour empêcher l’existence à ses frontières d’une Ukraine pro-européenne, où pourraient être plan­tées des bases de l’Otan. Pour l’heure, la réaction de Moscou, et aussi celle des pro-russes de l’est ukrainien, inquiète la plupart des experts, surtout après que des tirs d’artillerie ont retenti lundi à Donetsk, marquant une reprise des combats après deux jours de calme relatif. Autre signe inquiétant : la presse russe s’est montrée lundi sceptique sur la victoire des pro-occidentaux, soulignant que la pré­sence au parlement de 5 ou 6 partis différents n’allait pas contribuer à l’harmonisation de la vie politique en Ukraine.

Aussi, il ne faut pas oublier les 5 millions des 36,5 millions d’élec­teurs qui ont boycotté le vote, et qui vivent en Crimée et dans les zones de Donbass (est) pro-russes. 27 sièges de députés sur les 450 que compte la Rada (parlement ukrai­nien) sont restés vides. Boycottant le vote, les régions de l’est et la Crimée, annexée en mars par la Russie, entendent organiser leurs propres élections présidentielles et législatives le 2 novembre. Ce qui serait synonyme d’une division imminente du pays .

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique