Dimanche, 21 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Hollande au Sahel pour la lutte contre le terrorisme

Sabah Sabet avec agences, Lundi, 21 juillet 2014

Sur fond de guerre contre le terrorisme, le président François Hollande a entamé cette semaine une tournée africaine où il a inspecté les préparatifs d’une nouvelle force militaire française au Sahel.

Hollande
Resserrer les liens commerciaux est un autre but de la tournée africaine de Hollande. (Photo : Reuters)

Barkhane (dune de sable en forme de croissant) est le nom de la nouvelle force militaire française qui sera prête à lutter contre le terrorisme au Sahel dès le 1er août. C’est dans ce cadre que le président François Hollande a entamé jeudi 16 juillet une tournée de trois jours en Afrique (Côte-d’Ivoire, Niger et Tchad) où il s’est entretenu avec ses partenaires africains. Après Abidjan et Niamey, le président français s’est dirigé vers N’Djamena, la capitale tchadienne où doit être basé l’état-major de Barkhane. Cette nouvelle force, dont l’état-major commandé par le général Jean-Pierre Palasset mobilisera 3000 militaires. Elle succédera à l’opération Serval lancée le 11 janvier 2013 au Mali contre les groupes extrémistes armés qui menaçaient l’intégrité du pays. Elle fusionnera également les dispositifs Epervier et Sabre déployés au Tchad et au Burkina Faso. « L’idée de cette reconfiguration des forces françaises en Afrique de l’Ouest est de permettre des interventions rapides et efficaces en cas de crise en association avec les forces africaines », avait indiqué le président Hollande jeudi à Abidjan, au premier jour de sa tournée africaine. En partenariat avec les cinq pays de la zone (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), il s’agit d’élargir à tout le Sahel l’action des forces françaises contre les mouvements djihadistes. Le Sahel désigne la bande de territoires qui borde le Sahara. il recouvre entièrement ou pour partie un grand nombre de pays: le Sénégal, la Mauritanie, le Mali, l’Algérie, le Burkina Faso, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Soudan et le Cap-Vert. En fait, le basculement du dispositif militaire au Sahel était prévu depuis plusieurs mois mais avait dû être reporté à la fin mai, en raison d’un regain de tension dans le nord du Mali. A terme, le dispositif français devrait compter 1300 militaires à N’Djamena, où sont basés les avions Rafale et Mirage français, avec des forces terrestres renforcées et un pôle renseignement: 1100 à Gao et 250 à 300 à Niamey, où sont déployés les drones de surveillance Reaper acquis par la France. Enfin, des effectifs réduits sur les points d’appui secondaires, dans le nord du Mali et du Tchad. Cette visite a pris une résonance particulière après l’annonce de la mort d’un nouveau soldat de l’armée française au Mali, le jour même de la fête nationale. C’est la première fois qu’un militaire français tombe à la suite d’une attaque suicide.

L’économie : l’autre but de la visite

Resserrer les liens commerciaux et les réseaux stratégiques est l’autre but essentiel de la tournée africaine. C’est en Côte d’Ivoire que François Hollande a entamé cette visite qui a avant tout des visées économiques. Après dix ans de crise, la Côte d’ivoire, premier producteur mondial de cacao, est en plein redémarrage, avec une croissance de 10% depuis deux ans et joue de nouveau son rôle de poumon économique de l’Afrique de l’Ouest. La France, qui compte 200 filiales d’entreprises installées, entend « être aux premières loges » de ce redémarrage, indique un diplomate à Paris. François Hollande interviendra notamment au côté de son homologue Alassane Ouattara, en clôture d’un Forum économique sur « la ville durable ». Au Niger, des discussions liées au développement ont été tenues également avec les autorités. Des conventions dans les secteurs de l’eau et de la santé devraient être signées avec l’Agence Française de Développement (AFD), à hauteur de 75 millions d’euros. Le très important accord signé fin mai entre le Niger et Areva sur l’uranium est mis sur la table des discussions.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique