Jeudi, 20 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Progrès russes, attentes ukrainiennes

Sabah Sabet , Jeudi, 02 mai 2024

La Russie continue de remporter des succès militaires sur le terrain. L’Ukraine, qui s’apprête à recevoir un gros paquet d’aides américaines, espère changer la donne dans les mois à venir.

Progrès russes, attentes ukrainiennes
Fière de ses succès militaires en Ukraine, l’armée russe en parade à Moscou. (Photo : AP)

En attendant que les énormes aides militaires américaines destinées à Kiev changent — comme l’espèrent les Ukrainiens et les Occidentaux — le cours des choses, la Russie continue d’enregistrer des avancées dans la guerre en Ukraine. Et les Ukrainiens admettent eux-mêmes le succès russe. Le commandant en chef de l’armée ukrainienne, Oleksandr Syrsky, a reconnu, dimanche 28 avril, que la situation sur le front s’était « détériorée », les troupes russes, supérieures en armes et en soldats, ayant remporté des « succès tactiques » dans plusieurs zones. Il a également admis que les troupes ukrainiennes s’étaient retirées de plusieurs localités et évoqué une « situation tendue » dans le sud du pays.

Cela fait plusieurs mois, depuis l’échec de sa contre-offensive l’été dernier, que l’armée ukrainienne est à la défensive et qu’elle fait face à une reprise d’initiative russe après la chute de la ville forteresse d’Avdiïvka, dans l’est, en février dernier. « Le retard des aides militaires européennes et américaines, ainsi que les désaccords entre le président ukrainien et des commandants de l’armée ont affaibli de plus en plus la situation de l’Ukraine sur le terrain à tel point que son armée n’a pu réaliser aucun progrès et s’est retirée face à l’avancée de l’armée russe », explique Dr Mona Soliman, analyste et chercheuse en sciences politiques, tout en ajoutant que depuis la fin de 2023, l’Ukraine est confrontée au chaos, tandis que la Russie a pu réaliser des progrès sur le terrain en prenant le contrôle de certains villages stratégiques de l’est de l’Ukraine, en plus des endroits qu’elle contrôlait auparavant.

Pourtant, après plusieurs mois de blocages en raison de querelles politiques à Washington, le Congrès américain a voté, le 24 avril, la reprise de l’aide militaire à l’Ukraine pour un budget de 61 milliards de dollars. Le président américain, Joe Biden, a promis cette semaine à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, que l’aide sacrifiée à l’Ukraine arriverait « rapidement ». « Avec l’approche des élections américaines, Joe Biden s’efforce pour que l’Ukraine poursuive sa guerre et réalise un succès par rapport à la Russie, ce qui lui présente une victoire », estime Mona Soliman. Les autorités ukrainiennes espèrent cependant combler le déficit d’armes et de munitions grâce à l’aide approuvée par le Congrès américain. Le chef du renseignement militaire ukrainien, Kyrylo Boudanov, avait prédit que la situation allait empirer autour de la mi-mai et du début juin, qui sera une « période difficile » pour l’Ukraine.

Un processus loin d’être rapide

Or, si le retour de l’aide américaine va permettre à l’armée ukrainienne de reprendre l’initiative face à la Russie, la préparation d’une contre-offensive sera bien plus longue, a estimé, jeudi 25 avril, une responsable militaire américaine. « Les Ukrainiens ont rationné leurs munitions depuis un moment (...), donc les Russes ont, pour résumer, repris l’initiative », a déclaré à la presse cette responsable sous couvert de l’anonymat. L’aide militaire des alliés « va permettre aux Ukrainiens de commencer à reprendre l’initiative », mais « ce ne sera pas un processus rapide », a-t-elle ajouté. La réception et la mise en place opérationnelle des nouvelles livraisons vont prendre du temps, rien que « pour défendre leurs positions », a-t-elle prévenu, disant ne s’attendre à « aucune offensive de grande ampleur dans un premier temps ». Depuis le début de la guerre en février 2022, les Etats-Unis et une dizaine de pays, en premier lieu les pays européens, mais aussi certains pays du G7 comme le Japon, versent des milliards à l’Ukraine pour la soutenir dans sa guerre contre la Russie.

Cependant, il faut signaler aussi que la crise ukrainienne n’est plus au centre des intérêts internationaux comme elle l’était il y a deux ans. « La guerre à Gaza et le bras de fer sino-américain, ainsi que les élections américaines vont dans l’intérêt de la Russie et sont préjudiciables à l’Ukraine », estime Soliman. Selon l’analyste, l’aide américaine ne va pas immédiatement changer véritablement la donne sur le terrain, mais assurera tout au plus la préservation des acquis de l’Ukraine. Cependant, dit-elle, « même si l’Occident ne veut pas entrer dans une guerre directe, il ne veut pas que l’exemple de l’Ukraine se répète ailleurs, c’est pourquoi les Occidentaux vont poursuivre leur soutien à l’Ukraine même si cela ne réalise pas de succès afin d’épuiser la Russie militairement et économiquement ». Et de conclure : « Mais à terme, il faudra inévitablement passer aux négociations pour mettre fin à la guerre ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique