Lundi, 22 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Ukraine : Le conflit s’inscrit dans la durée

Maha Salem , Mercredi, 14 février 2024

Alors que la guerre en Ukraine entrera prochainement dans sa troisième année, Kiev réclame davantage d’aides militaires occidentales et Moscou écarte totalement l’hypothèse d’une défaite.

Ukraine : Le conflit s’inscrit dans la durée

C’est ce 24 février que la guerre en Ukraine entamera sa 3e année sans que les belligérants ne parviennent à trancher le conflit. Deux années durant, l’armée russe avançait d’un pas lent face à son rival ukrainien tout en réalisant un certain nombre d’avancées. Dans le même temps, la contre-offensive ukrainienne a échoué malgré les aides militaires fournies à Kiev par l’Occident. D’où, sans doute, la nomination, jeudi 8 février, par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, d’un nouveau commandant en chef des forces ukrainiennes. Juste après cette nomination, les frappes russes ont repris, notamment dans l’est de l’Ukraine. Dans une première déclaration officielle, le nouveau commandant en chef des armées ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a promis de « perfectionner » l’armée pour gagner la guerre et a dit avoir fixé un plan « clair » pour repousser les Russes. « Seuls le changement et le perfectionnement continu des moyens et méthodes de guerre nous permettront de réussir », a-t-il écrit sur Telegram, avant de proclamer : « Ensemble vers la victoire ! ».

Et ce, alors que Volodymyr Zelensky a réclamé un plan de bataille « réaliste » pour 2024, au moment où Kiev s’inquiète de l’effritement du soutien occidental entraîné par des dissensions internes aux Etats-Unis et dans l’Union européenne.

En effet, c’est la question des aides militaires occidentales qui est aujourd’hui au coeur des préoccupations de Kiev. Moins d’une semaine avant la réunion des ministres de la Défense de l’Otan à Bruxelles, les 15 et 16 février, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a appelé les Européens à accroître leur production d’armes pour augmenter les livraisons à l’Ukraine et prévenir une confrontation avec Moscou « qui pourrait durer des décennies », dans un entretien samedi 10 février à la presse allemande. Le même jour, le président ukrainien a indiqué samedi avoir évoqué au téléphone avec son homologue français, Emmanuel Macron, la situation sur le front et les « besoins de l’Ukraine » en armes et munitions. La veille, le chancelier allemand Olaf Scholz a effectué une visite à Washington, où il a exhorté le Congrès américain à débloquer « très rapidement » une aide à l’Ukraine. Olaf Scholz estime que « l’incapacité du Congrès des Etats-Unis à aider l’Ukraine est presque une négligence criminelle ». Il demande depuis des mois une rallonge de 60 milliards de dollars afin de reprendre l’assistance militaire, interrompue fin décembre. Le chancelier allemand se pose en champion de l’aide à l’Ukraine : il a pratiquement doublé le budget des aides militaires, à plus de 7 milliards d’euros cette année, et ne cesse d’exhorter ses partenaires européens à accroître leur assistance, soulignant que son pays — deuxième contributeur en valeur absolue après les Etats-Unis — ne peut pas tout porter sur ses épaules.

Si le président américain, Joe Biden, et le chancelier allemand ont parlé d’une même voix pour demander au Congrès américain de débloquer enfin une nouvelle aide pour l’Ukraine, rien ne dit qu’ils seront entendus. Car au sein des Etats-Unis, Joe Biden négocie depuis des mois avec l’opposition républicaine un texte incluant une aide militaire à Kiev de quelque 60 milliards de dollars.

Reste à savoir si toutes ces aides peuvent changer le cours de la guerre. Si Kiev est à la rechercher de plus d’aides pour faire face à l’armée russe, Moscou n’entend pas perdre la guerre. Une défaite de la Russie en Ukraine est « impossible par définition », a affirmé Vladimir Poutine dans une interview à l’animateur américain Tucker Carlson, diffusée jeudi 6 février. « Il y a eu des vociférations pour infliger une défaite stratégique à la Russie sur le champ de bataille », a dit le président russe. « A mon avis, c’est impossible par définition. Ça n’arrivera jamais ».

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique