Jeudi, 18 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Frappes iraniennes contre le Kurdistan iraqien

Mardi, 16 janvier 2024

Le ministère iraqien des Affaires étrangères a condamné, mardi 16 janvier, les tirs de missiles meurtriers menés par Téhéran sur le Kurdistan autonome dans le nord du pays, y voyant une « agression visant la souveraineté de l’Iraq et la sécurité de son peuple ».

Frappes iraniennes contre le Kurdistan iraqien
(Photo : AFP)

Après ces frappes, les autorités iraqiennes « prendront toutes les mesures légales » nécessaires, y compris « une plainte au Conseil de sécurité » de l’Onu, selon un communiqué de la diplomatie iraqienne qui annonce la formation d’une commission d’enquête pour prouver « à l’opinion publique iraqienne et internationale la fausseté des allégations de ceux qui sont responsables de ces actes condamnables ». De leur côté, les Etats-Unis ont condamné les attaques menées par l’Iran au Kurdistan iraqien et ont indiqué qu’ils étaient « opposés » à ces « frappes irresponsables de missiles » qui « sapent la stabilité de l’Iraq », selon un communiqué du Département d’Etat. Les Gardiens de la Révolution iraniens ont annoncé tôt mardi avoir lancé plusieurs salves de missiles balistiques sur des cibles « terroristes » à Erbil, capitale du Kurdistan iraqien. Ces frappes ont tué au moins « quatre civils » dans cette région autonome du nord de l’Iraq, selon les autorités locales.

Les frappes menées par l’Iran dans la nuit de lundi à mardi interviennent dans un contexte régional tendu, sur fond de guerre à Gaza entre Israël et le Hamas palestinien qui fait craindre un embrasement régional. Dans la périphérie d’Erbil, capitale du Kurdistan autonome dans le nord de l’Iraq, les Gardiens de la Révolution iraniens ont assuré avoir visé et détruit « un quartier général d’espionnage » qu’ils ont attribué à Israël — tout comme a été ciblé « un rassemblement de groupes terroristes anti-iraniens », selon l’agence de presse officielle IRNA.

Par ailleurs, le Corps des Gardiens a annoncé sur son site Internet Sepah News avoir identifié en Syrie « les lieux de rassemblement des commandants et des principaux éléments liés aux récentes opérations terroristes, en particulier Daech » et les avoir « détruits en tirant un certain nombre de missiles balistiques ». Il a expliqué que cette attaque s’était faite en « réponse aux récents crimes de groupes terroristes qui ont injustement martyrisé un certain nombre de nos chers compatriotes à Kerman et Rask ».

Le 3 janvier, des assaillants ont perpétré un attentat suicide contre la foule rassemblée à Kerman, dans le sud de l’Iran, lors d’une cérémonie commémorative près de la tombe du général Qassem Soleimani, ex-architecte des opérations militaires iraniennes au Moyen-Orient, tué en janvier 2020 par une frappe américaine en Iraq. L’attaque, revendiquée par Daech, a fait environ 90 morts et de nombreux blessés.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique