Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Lutte d’influence au Caucase

Ines Eissa , (avec Agences) , Vendredi, 21 juillet 2023

Alors que la Russie s’engouffre dans la guerre en Ukraine, l’Union européenne et les Etats-Unis s’impliquent de plus en plus dans le dossier du Haut-Karabakh, un conflit qui oppose l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Lutte d’influence au Caucase

Des pourparlers entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie sur le Haut-Karabakh ont eu lieu samedi 15 juillet à Bruxelles. Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, et le premier ministre arménien, Nikol Pachinian, se sont retrouvés à Bruxelles pour de nouvelles négociations sur une solution pérenne à des décennies de conflit. Lancés sous l’égide de l’Union européenne, ces pourparlers sont organisés sous les auspices du président du Conseil européen, Charles Michel. Les Etats-Unis avaient déjà accueilli des rencontres au niveau des ministres des Affaires étrangères début mai et fin juin entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan visant à trouver un règlement du conflit. La semaine dernière, Washington avait appelé au rétablissement de la libre circulation sur le corridor de Latchine, le seul axe routier reliant l’Arménie à l’enclave du Nagorny- Karabakh — fermé la semaine dernière par l’Azerbaïdjan — et avait appelé Bakou et Erevan à poursuivre leur dialogue. Région majoritairement peuplée d’Arméniens, mais reconnue internationalement comme partie de l’Azerbaïdjan, le Haut-Karabakh est au coeur d’un conflit territorial entre Bakou et Erevan. Mais au-delà de l’aspect bilatéral du bras de fer, la question représente aussi un enjeu régional, impliquant de grandes puissances. Ainsi, dans un effort pour reprendre la main sur ce processus, Moscou a offert d’accueillir une rencontre au niveau des ministres des Affaires étrangères, tout en suggérant que le futur traité de paix pourrait être signé à Moscou. La Russie est prête « à organiser une rencontre trilatérale des ministres des Affaires étrangères à Moscou dans l’avenir proche », a souligné le ministère russe des Affaires étrangères.

Moscou tente de reprendre la main

 En effet, si l’implication dans la région des pays occidentaux est croissante, le traditionnel gendarme du Caucase, la Russie, embourbée dans son invasion de l’Ukraine, ne semble vouloir se laisser aller. Moscou propose également d’accueillir le moment venu « un sommet Russie-Azerbaïdjan- Arménie, afin de signer le traité (de paix) pertinent ».

« Depuis la fin de la guerre de 2020, la Russie avait monopolisé la médiation entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie en se basant sur la présence de ses troupes interposées dans la région du Haut-Karabakh. Mais suite à la guerre en Ukraine, la Russie semble d’autant plus distraite que l’Europe et les Etats-Unis ont trouvé un vide à combler dans le processus de l’après-guerre entre les deux pays », explique un diplomate qui a requis l’anonymat. En ajoutant que « la perte de confiance des Arméniens et des Azerbaïdjanais deux ex-Républiques soviétiques à l’égard des intentions du médiateur russe les a poussés à recourir à l’Europe et aux Etats-Unis ».

Le conflit territorial entre Bakou et Erevan autour du Nagorny-Karabakh a débouché sur deux conflits. Le dernier, en 2020, a vu la défaite des forces arméniennes et des gains territoriaux importants pour l’Azerbaïdjan. C’est depuis cette date que les liaisons entre le Nagorny-Karabakh et l’Arménie ne sont possibles que par un axe routier, le corridor de Latchine. Celui-ci a été fermé la semaine dernière par l’Azerbaïdjan au motif d’actes de contrebande menés par la branche arménienne de la Croix-Rouge, qui a néanmoins pu reprendre vendredi les évacuations médicales du Nagorny-Karabakh. Mais la semaine dernière, la tension est montée d’un cran : d’une part, l’Azerbaïdjan a accusé la Russie de ne pas avoir respecté ses obligations dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu de 2020 et de n’avoir rien fait pour empêcher l’Arménie de livrer des équipements militaires aux forces séparatistes dans l’enclave. D’autre part, les Arméniens se plaignent de la décision de Bakou d’interdire la libre circulation sur le corridor de Latchine.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique