Samedi, 18 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Mohamed Abdel-Wahed : C’est dans l’intérêt de Moscou que Wagner continue d’exister

Sabah Sabet , Vendredi, 07 juillet 2023

Mohamed Abdel-Wahed, expert sécuritaire, revient sur les conséquences de la courte rébellion du groupe paramilitaire Wagner sur la Russie, la guerre en Ukraine et les pays où Wagner est fortement implanté. Entretien.

Mohamed Abdel-Wahed

Al-Ahram Hebdo : La tentative de rébellion menée récemment par Wagner n’a pas abouti, mais a laissé ses traces …

Mohamed Abdel-Wahed : Cette tentative de rébellion est un acte aussi dangereux qu’inattendu. Cependant, c’est un résultat naturel de l’existence d’une telle organisation paramilitaire d’autant plus suite à ses succès militaires dans certaines régions d’Ukraine comme Bakhmout, contrairement à l’armée russe qui a subi des pertes à Kherson et à Kharkiv. Ces succès ont accru les ambitions du chef de Wagner, Evgueni Prigojine.

Bien sûr, cette insurrection était un grand choc pour Vladimir Poutine. Il est vrai que ce dernier savait qu’il y avait des désaccords entre Prigojine, le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et le chef d’état-major, Valeri Guerassimov, mais il ne s’attendait pas à un tel mouvement. Ces derniers tentaient toujours de minimiser le rôle de Wagner et ses réussites en Ukraine. En plus, Wagner accusait le ministre de la Défense de ne lui pas offrir ses besoins en équipements. Une trahison a sans doute eu lieu au sein de l’armée russe, sans cela, les forces de Wagner n’auraient pas pu avancer vers Moscou. D’où la nécessité pour le régime russe de prendre des mesures sérieuses après cette tentative de rébellion. Cependant, il est dans l’intérêt de Moscou que Wagner continue d’exister.

— Quel est l’impact de cette « insurrection » sur la guerre en Ukraine ?

— Moscou n’a pas manqué de réagir rapidement en affirmant que cela n’affectera « en aucun cas » l’opération militaire russe en Ukraine. Mais cela aura sans doute des effets, surtout sur le moral des soldats. Avant même ce mouvement, il y avait des soldats russes qui refusaient de poursuivre la guerre en Ukraine. Je pense alors que la Russie va cibler Kiev par de multiples frappes douloureuses pour remonter le moral de ses troupes et envoyer un message au peuple russe et à l’Occident. Par ailleurs, suite à une décision du gouvernement russe, les forces de Wagner n’ont pas quitté leurs positions en Ukraine, elles continueront à jouer un rôle dans cette guerre.

— Quel sera le sort du groupe Wagner ? Peut-il être dissous ?

— Malgré tout ce qui s’est passé, Wagner a pu réaliser des succès en Ukraine que l’armée n’a pas pu faire. Wagner défend les intérêts de la Russie, et donc, il n’y a aucun avantage à Moscou qu’il n’existe plus. Sans Wagner, la Russie va perdre de son influence en Afrique et dans d’autres régions. Et donc ce groupe doit continuer à exister, et Poutine va également le restructurer et peut-être changer seulement son nom.

— Justement, quelles sont les conséquences sur les pays où Wagner est présent ?

— C’est en Syrie que la force de Wagner est la plus forte à l’étranger. Il soutient le régime de Damas depuis 2014 et jouit d’une grande influence en Syrie. Poutine lui-même a demandé au régime de le garder sur place à travers des contrats officiels avec Damas.

En Afrique, Wagner était très actif en Centrafrique, au Mozambique ou encore au Mali, où il a pu réaliser des réussites sécuritaires. Donc, les dirigeants de ces pays vont également chercher à légaliser l’existence et le statut des forces de ce groupe de mercenaires. Ces dernières, qui bénéficient d’une certaine popularité, ont pu signer des contrats économiques dans ces pays, ce qui renforce leur existence. La présence de Wagner est ainsi bénéfique aux régimes de ces pays. Et ne va pas diminuer.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique