Samedi, 13 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Kiev en difficulté

Maha Salem , (avec Agences) , Jeudi, 06 juillet 2023

Alors que l’Ukraine reconnaît une avancée russe dans l’est et peine dans sa contre-offensive lancée il y a un mois, elle mise toujours sur encore plus de soutien européen.

Kiev en difficulté
La Russie a lancé une attaque de drones sur Kiev et ses environs après une pause de 12 jours. (Photo : AP)

Au premier jour de la présidence espagnole de l’Union européenne, le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, s’est rendu samedi 1er juillet à Kiev. Cette visite exprime l’importance accordée à la guerre ukrainienne par l’Union Européenne (UE). Au cours de sa visite, Sanchez a annoncé que l’Espagne réitère son soutien à la candidature de l’Ukraine à l’UE, qui sera l’une des priorités de sa présidence, et soutient le renforcement du partenariat entre l’Otan et l’Ukraine, y compris par la création d’un conseil Otan-Ukraine. « Du point de vue de l’UE sur l’adhésion de l’Ukraine, ma présence au premier jour de cette présidence de six mois prouve un engagement politique clair et sans équivoque de la part des institutions communautaires », a assuré Sanchez lors d’une conférence de presse conjointe avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky. Ce dernier a, quant à lui, critiqué la lenteur des aides européenne accordées à son pays, ainsi que la situation de l’adhésion de son pays à l’Otan. En effet, cette visite précède un important sommet de l’Otan prévu les 11 et 12 juillet à Vilnius en Lituanie pour établir un plan de route pour les relations futures entre l’Ukraine et l’organisation militaire occidentale.

« Nous avons besoin d’un signal très clair et intelligible lors du sommet de Vilnius, selon lequel l’Ukraine peut devenir un membre à part entière de l’Otan après la guerre », a souligné à cet égard le président ukrainien, tout en ajoutant que « cette invitation à l’alliance est la première étape, très concrète, qui serait très importante pour nous ». L’Ukraine a obtenu il y a un an le statut de candidat à l’UE et espère commencer des premières négociations formelles cette année sur les mesures qu’elle devra prendre pour renforcer ses chances d’adhésion. Zelensky a aussi réitéré ses critiques envers certains « partenaires » occidentaux sur la formation d’aviateurs ukrainiens au pilotage d’avions de combat.

Ces déclarations de Zelensky interviennent aussi après la réunion des 27, 29 et 30 juin à Bruxelles. Au cours de cette réunion, les chefs d’Etat et de gouvernement européens n’ont donné plus de détails ni sur ces questions, ni sur l’aide militaire qui devrait s’inscrire dans le temps et pourrait durer après la fin de la guerre. Ils ont martelé juste que leur soutien à Kiev s’inscrit dans la durée. Sans donner plus de détails, ils ont évoqué des « engagements de sécurité qui aideront l’Ukraine à se défendre à long terme, à dissuader les actes d’agression et à résister aux efforts de déstabilisation ».

Mais selon les analystes, plusieurs raisons expliquent la lenteur des aides économiques et militaires à l’Ukraine. « Tout d’abord, la plupart des pays européens souffrent d’une crise économique sans précédent comme la France, l’Italie et l’Allemagne, et les aides accordées à l’Ukraine sont devenues un vrai fardeau pour leurs budgets. Autre raison, l’opposition de certains pays européens. Enfin, Kiev demande des armes très avancées qui nécessitent un entraînement particulier. Or, l’armée ukrainienne ne sait pas les utiliser », explique Dr Mona Soliman, politologue. Et d’ajouter : « Sans le savoir, Zelensky donne l’argument de la non-adhésion de son pays à l’Otan. Car les conditions requises ne sont pas réunies pour que l’Ukraine devienne membre de l’Otan. Par exemple, il faut que le candidat consacre 2 % de son budget à l’armement de son armée et qu’il ne soit pas en guerre. Donc, l’adhésion de l’Ukraine n’est pas pour demain ».

Lenteur dans la contre-offensive ukrainienne

Sur le terrain, 16 mois après le début de la guerre, l’Ukraine a admis dimanche 2 juillet que les forces russes avançaient dans 14 zones de la ligne de front dans l’est où ont lieu des « combats acharnés », mais a assuré que ses troupes progressaient dans le sud, un mois environ après le lancement de leur contre-offensive.

De l’autre côté, la Russie a lancé une attaque de drones sur Kiev et ses environs après une pause de 12 jours, déclenchant les systèmes de défense aérienne. « Les forces armées russes avancent dans 4 zones de la ligne de front dans l’est de l’Ukraine au cours de combats acharnés », a déclaré dimanche dernier la vice-ministre ukrainienne de la Défense, Ganna Maliar, tout en ajoutant que « la situation est assez difficile. Il y a partout des combats acharnés ». Ganna Maliar a également précisé que les forces ukrainiennes avançaient, pour leur part, avec « un succès partiel » sur le flanc sud de la ville de Bakhmout, dans l’est, ainsi que près de Berdiansk et de Melitopol dans la zone sud du front.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique