Lundi, 26 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Violences meurtrières à Bagdad

Mercredi, 31 août 2022

Les combats entre partisans de forces rivales ont repris mardi à Bagdad, où 23 partisans du leader chiite Moqtada Sadr ont été tués par balles depuis lundi.

Violences meurtrières à Bagdad

 Au moins 380 personnes ont été blessées dans les violences dans la Zone verte, un périmètre ultrasécurisé de la capitale iraqienne. Après une nuit calme, les combats entre les partisans de Moqtada Sadr, d’un côté, et l’armée, ainsi que des hommes du Hachd Al-Chaabi, ex-paramilitaires pro-Iran intégrés aux forces régulières, de l’autre, ont repris de plus belle mardi matin. Le gouvernement iraqien a annoncé le couvre-feu en vigueur depuis lundi soir dans tout le pays. Ecoles, administrations et commerces sont fermées. Quelques rares voitures s’aventurent dans les rues de Bagdad, où l’armée et la police s’assurent que le couvre-feu soit respecté.

La Zone verte, où se trouvent ambassades et institutions gouvernementales, a sombré dans le chaos lundi après que le très influent Moqtada Sadr ait annoncé son « retrait définitif » de la politique. Plusieurs milliers de ses partisans ont alors envahi la Zone verte et le palais de la République où siège le Conseil des ministres. Les forces de l’ordre les ont dispersés à coups de gaz lacrymogène et de matraques. Dans l’après-midi, les premiers coups de feu se sont fait entendre avant que la situation ne s’envenime et que des combats à l’arme lourde ne mettent aux prises les partisans de Moqtada Sadr et l’armée, ainsi que le Hachd Al-Chaabi. Dans la soirée, le Cadre de coordination a condamné l’attaque contre les institutions de l’Etat, tout en appelant les Sadristes au dialogue. Pour sa part, Moqtada Sadr a annoncé une grève de la faim, jusqu’à la fin des violences, a indiqué un responsable du courant sadriste sur les réseaux sociaux. La crise politique en Iraq dure depuis les législatives d’octobre 2021. Les forces politiques chiites, notamment celle de Moqtada Sadr, n’arrivent pas à se mettre d’accord sur un nouveau premier ministre et un nouveau gouvernement.

Soutien de l’Egypte

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a affirmé le plein soutien de l’Egypte à l’Iraq dans les circonstances actuelles. Lors d’un appel téléphonique effectué lundi soir au président iraqien, Barham Salih, Sissi a jugé nécessaire de respecter le dialogue et la compréhension et de faire prévaloir l’intérêt national de l’Iraq avant toute considération afin de préserver la sécurité, la stabilité et la souveraineté du pays. L’Egypte et les pays arabes sont prêts à contribuer à tout effort commun visant à mettre fin à l’escalade et aux affrontements, a assuré le président Sissi.

Barham Salih a exprimé sa profonde appréciation pour le soutien constant de l’Egypte à l’Iraq, valorisant les relations privilégiées entre les deux parties et les liens historiques liant les deux pays et les deux peuples, a déclaré le porteparole de la présidence, Bassam Radi.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique