Dimanche, 14 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Sahara occidental: Une nouvelle donne?

Abir Taleb avec agences, Dimanche, 13 décembre 2020

Donald Trump a annoncé cette semaine la normalisation des relations entre le Maroc et Israël et sa reconnaissance de la souveraineté du Royaume sur le Sahara occidental. Une reconnaissance qui aura sans doute un impact sur le règlement du contentieux.

Sahara occidental  : Une nouvelle donne  ?
Les Nations-Unies n’ont jamais réussi à organiser le référendum d’autodétermination qu’elles appellent pourtant de leurs voeux.

Washington n’a pas attendu longtemps. Deux jours après la proclamation faite par le président américain sortant, Donald Trump, reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara occiden­tal — proclamation faite parallèlement à l’annonce d’une normalisation entre le Maroc et Israël —, les Etats-Unis ont adopté samedi 12 décembre une « nou­velle carte officielle » du Maroc inté­grant le territoire disputé du Sahara occidental, au cours d’une cérémonie organisée à l’ambassade américaine à Rabat. Cette carte, qui intègre l’en­semble du territoire désertique que se disputent depuis des décennies le Maroc et les indépendantistes du Front Polisario soutenus par l’Algérie, « sera présentée au roi Mohammed VI » qui, « dans sa sagesse et sa prévoyance a reconnu Israël », a déclaré l’ambassa­deur américain à Rabat, David Fischer.

Voilà donc l’un des effets immédiats de la proclamation de Donald Trump, qui a souligné : « La proposition sérieuse, crédible et réaliste d’autono­mie du Maroc est la seule base pour une solution juste visant à une paix durable et à la prospérité ». Il sera suivi d’un autre pas non moins signifi­catif: l’ouverture d’un consulat à Dakhla. Un acte majeur qui va impri­mer sa marque sur les termes de réfé­rence de la question du Sahara. Comme prévu, la décision américaine a été aussitôt rejetée par le Front Polisario qui plaide pour l’organisation d’un référendum prévu par les Nations-Unies pour régler le statut de ce « terri­toire non autonome » hérité du passé colonial du continent africain. Il estime que la décision américaine était « nulle et non avenue » en se disant prêt à poursuivre le combat « jusqu’au retrait des troupes marocaines d’occupa­tion ». Déjà, le Polisario se dit « en état de guerre de légitime défense » depuis que le Maroc a déployé le 13 novembre dernier des troupes dans une zone tampon surveillée par les forces de l’Onu à l’extrême sud du territoire, pour chasser un groupe de militants indépendantistes sahraouis qui bloquait la seule route vers la Mauritanie. Comme prévu également, Alger, prin­cipal soutien du Front Polisario, a dénoncé, samedi 12 décembre, des « manoeuvres étrangères » visant à la déstabiliser. « Le conflit du Sahara occidental est une question de décolo­nisation qui ne peut être résolue qu’à travers l’application du droit interna­tional », a réaffirmé, dans un commu­niqué, le ministère algérien des Affaires étrangères, soulignant que la décision américaine était « sans effet juri­dique ». Moscou a aussi estimé, ven­dredi 11 décembre, que c’était là « une décision unilatérale qui sort complète­ment du cadre du droit international ».

Quant à l’Onu, elle a déclaré que sa position sur le Sahara occidental restait « inchangée ». L’organisation plaide depuis des années, sans grand résultat, pour une solution politique, et les négociations sous son égide sont au point mort. Le secrétaire général de l’organisation, Antonio Guterres, s’est empressé, jeudi 10 décembre, quelques heures seulement après le « tweet » de Donald Trump, de réagir en précisant qu’« il n’y avait rien de changé et que l’organisation mondiale allait inscrire son action dans la continuité ».

Un conflit vieux de 45 ans

La question est donc désormais de savoir quel sera l’avenir du contentieux autour du Sahara occidental. Colonie espagnole jusqu’en 1976, le Sahara occidental est un territoire désertique situé à la lisière entre le Maroc, l’Algé­rie et la Mauritanie. Riche en gise­ments de phosphate et bordant un litto­ral de 1100 kilomètres d’eaux poisson­neuses, cette bande de terre est contrô­lée à 80% par le Maroc et à 20% par le Front Polisario, groupe armé issu de la population nomade sahraouie d’un demi-million d’habitants qui peuple la zone. Soutenu militairement par l’Al­gérie voisine, le Polisario milite pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. L’organisation a proclamé en 1976 la « République arabe sahraouie démocratique » et souhaite l’organisa­tion d’un référendum d’autodétermina­tion dans le but d’établir l’indépen­dance du territoire. Au contraire, Rabat considère la région comme faisant par­tie de ses frontières « historiques » et réclame un statut d’« autonomie sous contrôle ».

Vieux de 45 ans, le conflit armé a abouti à un cessez-le-feu en 1991 sous l’égide de l’Onu, qui a déployé des Casques bleus sur une zone tampon: la Mission des Nations-Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (Minurso). Mais les négociations organisées depuis entre belligérants piétinent, chaque camp refusant la moindre concession. Les Nations-Unies, qui considèrent officiellement le Sahara occidental comme un « territoire non autonome », n’ont jamais réussi à organiser le référendum qu’elles appellent de leurs voeux. Or, pendant ce temps, le Maroc est engagé dans une vaste offensive diplomatique visant à asseoir sa présence sur le terrain. Depuis un an, une quinzaine de pays africains ont ouvert des représentations diplomatiques au Sahara occidental, entérinant officiellement le contrôle marocain sur le territoire.

Affaibli, le Front Polisario a décidé de rompre le statu quo, qui lui est défa­vorable, en bloquant, le 20 octobre dernier, un groupe de routiers maro­cains au point de passage de Guerguerat, une zone tampon située à la frontière de la Mauritanie. En représailles, l’ar­mée marocaine a lancé le 11 novembre une opération militaire visant à libérer l’axe, entraînant l’annonce officielle, deux jours plus tard, de la rupture du cessez-le-feu par le Front Polisario. La situation reste tendue depuis. Une ten­sion qui ne risque pas de baisser .

Rabat rassure les Palestiniens
Parallèlement à la reconnaissance du Sahara occidental comme étant un territoire marocain, Trump a annoncé que Rabat et Tel-Aviv normalisent leurs liens diplomatiques. « C’est une percée énorme pour la paix au Moyen-Orient », s’est-il réjoui, alors que le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a salué « un accord historique », précisant que la reprise des liens entre les deux pays devrait tout d’abord inclure la remise en place de bureaux de liaison, prélude à l’établissement de relations diplomatiques directes et de vols entre les capitales. Côté marocain, dans un communiqué du palais royal, le roi du Maroc a assuré que la reconnaissance d’Israël n’affectait d’aucune manière l’engagement du Royaume à la résolution du conflit israélo-palestinien. Mohammed VI a rappelé son soutien à la solution à deux Etats, israélien et palestinien, pourtant rendue caduque par la poursuite effrénée de la colonisation en Cisjordanie, illégale en vertu du droit international

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique