Jeudi, 25 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

Election embrouillée en Tunisie

Sabah Sabet avec agences, Lundi, 02 septembre 2019

La campagne électorale pour l’élection présidentielle tunisienne du 15 septembre a été lancée cette semaine. Si la diversité des candida­tures témoigne de la vitalité démocratique du pays, le paysage politique risque de présenter une élection complexe.

Election embrouillée en Tunisie
A gauche, le premier ministre sortant, Youssef Chahed, chef du parti Tahya Tounès, à droite, Abdelfattah Mourou, président du parlement par intérim et représentant du parti islamiste Ennahda, deux figures importantes de la présidentielle du 15 septembre.

Vingt-six candidats sont en lice pour l’élection présidentielle en Tunisie— la deuxième depuis la chute de Ben Ali en 2011— dont le premier tour est prévu le 15 septembre. La campagne électorale a été lancée samedi 31 août à l’étranger et lundi 2 sep­tembre en Tunisie, elle se poursuivra jusqu’au 11 septembre 2019, a annoncé une source de l’Instance Supérieure Indépendante Electorale (ISIE). Le scrutin, initialement pro­grammé pour la mi-novembre, a été avancé à la suite du décès, le 25 juillet, du chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi. C’est la première fois que la présidentielle se déroulera avant les élections législatives, prévues, elles, le 6 octobre.

En fait, le concours présidentiel cette fois est différent de celui de 2014 avec la présence de candidats de plusieurs mouvements politiques.Lors de la dernière élection prési­dentielle, en novembre 2014, il y avait déjà une opposition entre un camp considéré comme moderniste progressiste incarné par la candida­ture de l’ancien président Béji Caïd Essebsi, et de son parti Nidaa Tounès, et un camp considéré comme étant plutôt conservateur incarné par Moncef Marzouki. Mais cette année, l’échiquier politique est beaucoup plus éclaté. « L’une des caractéristiques de cette élection, c’est la division de ce fameux camp progressiste moderniste, avec plu­sieurs candidatures qui ne sont pas validées par le parti du prési­dent— puisqu’il n’y en a qu’une— , mais qui sont dans la tendance pré­sidentielle et qui incarnent cet héri­tage du président Béji Caïd Essebsi », explique à RFI le cher­cheur Vincent Geisser.

En fait, plusieurs poids lourds se sont présentés à la course présiden­tielle, à leur tête, le premier ministre sortant, Youssef Chahed. Ce dernier a annoncé sa candidature lors du Conseil national de son parti, Tahya Tounès, le 8 août, en insistant sur le fait qu’il ne démissionnerait pas de ses fonctions. Il mise sur son expé­rience du pouvoir pendant trois ans et sur son jeune parti, qui revendique 80000 adhérents. Mais certains par­tis lui reprochent déjà une possible utilisation des ressources de l’Etat et de sa fonction à des fins électorales. Il devra aussi faire face à un rival de taille, le candidat du parti dont il était issu, Nidaa Tounès, qui a choisi un fidèle de M. Essebsi devenu en quelques semaines un phénomène médiatique: l’actuel ministre de la Défense, Abdelkrim Zbidi. Ce der­nier est considéré comme la deu­xième candidature de poids, d’au­tant plus qu’il est le candidat offi­ciel du parti du président défunt Béji Caïd Essebsi. Le point central de cette présidentielle est donc, selon les analystes, que l’on risque d’être plus dans une guerre de per­sonnes que dans une guerre de programmes ou d’idées.

Figure aussi le célèbre homme d’affaires Nabil Karoui, proprié­taire de la fameuse chaîne interma­ghrébine Nessma TV, aussi candi­dat de l’ex-parti du président Béji Caïd Essebsi. Bien que sa chaîne soit dans sa mouvance, et ait fait beaucoup pour son élection, sa chance est affaiblie après sa déten­tion en prison pour blanchiment d’argent et corruption. La femme s’est présentée aussi avec la candi­dature de l’avocate populiste Abir Moussi, candidate du Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD, parti de l’ex-président Ben Ali, dissous après la révolution).

Retour d’Ennahda ?

Quant au parti islamiste modéré Ennahda, premier parti à l’Assem­blée, il présente pour la première fois un candidat à la présidentielle. Abdelfattah Mourou, président du parlement par intérim et vice-pré­sident du parti, portera les couleurs de son parti lors du scrutin du 15 septembre. Les prises de position libérales d’Abdelfattah Mourou, son humour et ses tenues vesti­mentaires, toujours très fidèle à l’habit traditionnel tunisien, en font un candidat idéal, mais qui n’a pas forcément toutes ses chances. « Il est clair que beau­coup de Tunisiens ne sont pas prêts à ce que le pays ait un prési­dent nahdhaoui (membre d’Enna­hda) », explique un cadre du parti, cité par RFI, montrant la peur de l’image d’Ennahda comme un parti islamiste. « C’est pourquoi nous avons voulu présenter quelqu’un qui ne représente pas le clivage identi­taire des dernières élections », pré­cise-t-il.

Pourtant, selon les analystes, le clivage islamistes contre progres­sistes va sans doute réapparaître. Or, la situation diffère de celle de 2014, lorsque le président Essebsi avait rassemblé les Tunisiens autour d’un vote contre les isla­mistes.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique