Mardi, 18 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde >

La lutte antiterroriste au coeur des préoccupations mondiales

Abir Taleb, Mardi, 30 mai 2017

Deux rencontres internationales importantes ont eu lieu cette semaine, celle de l’Otan à Bruxelles et celle du G7 en Sicile. Au-delà des différends sur de nombreux sujets, la question
du terrorisme a cependant fait l’objet d’un consensus parmi les grands de ce monde.

La lutte antiterroriste au coeur des préoccupations mondiales
Les sept dirigeants du G7 ont réaffirmé leur engagement dans la lutte antiterroriste. (Photo:Reuters)

Tenu vendredi et samedi dernier en Sicile, le som­met du G7 a exposé au grand jour les diver­gences entre les grands sur plusieurs sujets importants, mais pas sur la question du terrorisme.

Ce dossier est sans doute l’une des rares questions sur lesquelles les pays du G7 (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Japo, Canada, Italie) ont facilement et rapidement trouvé un terrain d’en­tente.

En effet, dès la première journée du sommet, vendredi 26 mai, les participants au sommet ont signé une déclaration commune. Les sept dirigeants ont réaffirmé leur enga­gement dans la lutte antiterroriste, appelant également les acteurs d’In­ternet à accroître les moyens pour détecter les contenus incitant à la violence. Ils répondaient ainsi à une demande de la première ministre britannique, Theresa May, dont le pays a été touché lundi soir par un attentat à la sortie d’une salle de concert à Manchester, qui a fait 22 morts, dont de nombreux enfants.

Un attentat revendiqué par l’orga­nisation djihadiste Etat Islamique (EI). « C’est un pas en avant impor­tant. Il faut que les compagnies (Internet) reconnaissent leur res­ponsabilité envers la société », a déclaré Mme May lors d’une confé­rence de presse. Le G7 s’est égale­ment engagé à mettre en oeuvre « une approche collective » pour lut­ter contre le danger posé par les combattants étrangers de retour des zones de guerre, notamment en termes de partage de renseigne­ment.

L’Otan rejoint la coalition anti-Daech
Le terrorisme était également à l’ordre du jour au sommet de l’Al­liance atlantique nord (Otan) qui s’est tenu à Bruxelles à la veille de celui du G7. Les 28 pays membres de l’Alliance politico-militaire ont ainsi décidé de rejoindre formelle­ment la coalition internationale contre l’EI en Iraq et en Syrie. Les Etats-Unis, qui dirigent cette coali­tion, réclament depuis plus d’un an que l’Alliance atlantique en devienne membre à part entière. Le président américain Donald Trump, qui a, un temps, jugé l’Otan « obso­lète » avant de se rétracter, a ainsi profité de ce sommet pour demander à ses partenaires de l’Otan de faire davantage dans la lutte contre le terrorisme et d’augmenter leurs bud­gets militaires afin de réduire leur dépendance vis-à-vis de Washington.

En fait, chacun des 28 Etats membres de l’Otan fait déjà partie à titre individuel de cette coalition, mais l’Otan n’avait pas encore sauté le pas, préférant garder le statut d’observateur. Certains pays, dont la France, se montraient jusqu’à présent réticents, craignant notamment que cela n’écorne l’image de l’alliance, dont la parti­cipation aux frappes en Libye en 2011 a laissé de mauvais souvenirs dans le monde arabe, selon une source diplomatique.

Cet engagement dans la lutte anti­terroriste s’inscrit dans la volonté du président américain, qui, dès sa campagne électorale, a fait de la guerre contre Daech sa priorité absolue. Si, au cours de ce premier sommet de l’Otan en présence du nouveau président américain, Donald Trump s’est tenu à l’écart de ses interrogations les plus pro­vocatrices sur l’utilité de l’Otan, il a tout de même imposé ses vues en matière de lutte antiterroriste.

Or, la question est de savoir de quelle manière l’Otan participera à la coalition anti-Daech et s’il ne s’agit pas uniquement d’un geste symbolique en direction des Etats-Unis, d’autant plus que les anciennes expériences de l’alliance, notamment en Libye et en Afghanistan, n’ont pas réellement fait leurs preuves.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique