Vendredi, 23 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Gaza  : Des aides après la trêve durable

Maha Salem, Mardi, 19 août 2014

Sous forte pression de la communauté internationale, les négociateurs israéliens et palestiniens ont repris dimanche au Caire des discussions pour une trêve durable dans la bande de Gaza. Une fois la trêve conclue, les donateurs se réuniront.

Campant toujours sur leurs exigences, Israéliens et Palestiniens ont repris leurs discussions très indécises sur le maintien d’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, à quelques heures seulement de l’expiration d’un cessez-le-feu provisoire. Avant de commencer un nouveau round de négociations, les deux côtés se sont montrés intransigeants. « Nous n’accepterons d’accord sur un cessez-le-feu que s’il y a une réponse concrète à nos besoins sécuritaires», a déclaré dimanche dernier le premier ministre israélien Benyamin Netanyahu. Dans l’autre camp, le porte-parole du Hamas, Sami Abou-Zouhri, a lui aussi insisté : « Pour obtenir la sécurité, il faut avant toute chose lever le blocus imposé à Gaza depuis 2006 ».

Malgré ces déclarations, les négociations indi­rectes qui se déroulent au Caire revêtent certains objectifs que les médiateurs insistent à concréti­ser. L’objectif essentiel est de parvenir à un accord pour une trêve durable après les énormes dégâts causés par l’offensive « Bordure protec­trice » déclenchée par Israël, le 8 juillet dernier, pour neutraliser les capacités militaires du Hamas qui contrôle la bande de Gaza. Les dis­cussions ont repris au Caire après 3 jours d’in­terruption, mais les analystes croient que la plus grande incertitude règne sur la faculté des délé­gués palestiniens et israéliens à trouver un accord, surtout sur les questions de la levée du blocus israélien ou la démilitarisation de la bande de Gaza. « Il s’agit des deux raisons pour qu’Israël accepte la signature d’un accord. Tout d’abord, l’Etat hébreu doit réaliser un but essentiel: détruire les tunnels de Gaza et leur infrastructure. Deuxième raison, la communau­té internationale doit exercer une forte pression sur l’Etat hébreu pour qu’il accepte de signer une trêve durable», explique Mohamad Gomaa, analyste au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram au Caire.

Pour encourager le camp palestinien, les dona­teurs internationaux pour la Palestine se réuni­ront au Caire, en vue de financer la reconstruc­tion de Gaza dès qu’un accord de cessez-le-feu durable aura été conclu, a annoncé lundi la Norvège. Les bombardements israéliens ont provoqué plusieurs milliards de dollars de dégâts dans un territoire à l’économie déjà exsangue. Les fonds collectés sous l’égide de l’Egypte et de la Norvège seront versés au pré­sident de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a précisé le chef de la diplomatie norvé­gienne, Boerge Brende, excluant ainsi qu’ils puissent profiter au Hamas.

Sécurité des populations

Oslo exige de nouvelles conditions. « On ne peut attendre de la communauté internationale qu’elle finance encore une fois la reconstruc­tion sans conditions préalables », a affirmé Brende dans un communiqué, tout en appelant à lever le blocus sur Gaza et à assurer la sécu­rité des populations civiles des deux côtés de la frontière. « Maintenir une population enfer­mée, et à la limite de la famine, n’assurera pas la sécurité des voisins de Gaza », a expliqué Brende. « Bien sûr, l’Occident encourage les deux camps à sa façon. Souvent, les dons et les aides présentés à l’Etat hébreu sont tacites car la communauté internationale évite les compa­raisons entre les deux camps. Si l’Occident a annoncé la reconstruction de l’infrastructure de Gaza, cela veut dire qu’il présentera le double de cette somme à Israël», explique Dr Gomaa.

La guerre entre le Hamas et Israël, qui a débuté le 8 juillet, a provoqué la mort de plus de 2 000 Palestiniens et de 64 soldats israéliens en plus de 10196 blessés, et quelque 365000 Palestiniens ont dû fuir leur domicile. Au moins 16792 maisons ont été totalement ou quasi tota­lement détruites, ainsi quelque 100000 Gazaouis devront être relogés. Selon des estimations pro­visoires palestiniennes, la guerre a causé entre 4 et 6 milliards de dollars de dégâts, au minimum, dans la bande de Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique