Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

L’aide aux Palestiniens en danger

Nada Al-Hagrassy , Mercredi, 03 avril 2024

L’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) vit une grave crise financière en raison de la suspension du financement décidé par des pays occidentaux. Décryptage.

L’aide aux Palestiniens en danger

« Le fonds dont dispose l’agence de l’UNRWA suffit à mener ses opérations jusqu’à la fin du mois de mai 2024 », se désole le commissaire général de l’Office de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, indiquant à quel point la situation financière de l’organisation est précaire. Ceci fait suite à la suspension du financement par certains pays qui ont accusé des membres du personnel de l’agence d’avoir participé à l’attaque du Hamas du 7 octobre. La position de ces pays est intervenue après les accusations portées par Israël contre 12 des 13 000 employés de l’UNRWA à Gaza d’avoir été impliqués dans l’attaque du 7 octobre. Suite à ces accusations, plusieurs pays, dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, le Canada et l’Australie, ont annoncé la suspension temporaire de leur financement à l’organisation onusienne. Les Etats-Unis ont été les premiers à le faire et ont indiqué qu’en fonction des résultats de l’enquête que mène l’ONU sur la question, les modalités d’aide pourraient être réévaluées, notamment en renforçant le contrôle des dépenses. De son côté, la France a annoncé le 28 mars la reprise de son financement à l’UNRWA, tout en soulignant qu’elle veillerait à ce que l’agence onusienne remplisse sa mission « sans encourager ni la haine ni la violence ».

Fondée en 1949, l’UNRWA fournit une aide humanitaire aux réfugiés palestiniens. Elle est chargée de la santé, de l’éducation et d’autres services pour plus de 4,7 millions de réfugiés palestiniens établis en Jordanie, au Liban, en Syrie, ainsi que dans les territoires palestiniens à Gaza et en Cisjordanie.

Le chef de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a mis en avant les conséquences de la suspension des financements en déclarant que « l’aide vitale de l’UNRWA est sur le point de prendre fin en raison des décisions des pays de réduire leur financement à l’agence. Notre opération humanitaire, sur laquelle 2 millions de personnes à Gaza comptent comme une bouée de sauvetage, est en péril. Je suis consterné que de telles décisions soient prises sur la base du comportement présumé de quelques individus, alors que les besoins s’accentuent avec la prolongation du conflit et que la menace de famine se profile. Les Palestiniens de Gaza n’avaient pas besoin de cette punition collective supplémentaire ».

Les implications de cette suspension sont graves, notamment pour la population à Gaza, mais aussi pour les Palestiniens réfugiés dans les pays voisins, à l’instar du Liban. « Des patients atteints de cancer, de jeunes élèves et leurs familles, dont 80 % vivent en dessous du seuil de pauvreté, ont perdu l’accès aux services vitaux fournis par l’UNRWA au Liban en raison de la suspension imminente du financement », a souligné la cheffe de l’UNRWA au Liban, Dorothee Klaus.

Préoccupée par les conséquences de la suspension du financement qui entrave ses missions humanitaires dans un contexte de détérioration croissante, l’UNRWA a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les accusations israéliennes. « Afin de protéger la capacité de l’agence à fournir une aide humanitaire, j’ai pris la décision de résilier immédiatement les contrats des membres du personnel accusés de complicité avec le Hamas et d’ouvrir une enquête pour établir la vérité sans délai », a déclaré Lazzarini, précisant que « tout employé de l’UNRWA impliqué dans des actes de terrorisme sera tenu pour responsable, y compris par le biais des poursuites judiciaires ». Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en place un comité chargé d’évaluer la neutralité de l’UNRWA. Son rapport final doit être rendu le 20 avril.

Les accusations d’Israël à l’encontre de l’agence onusienne s’inscrivent dans sa stratégie visant à arrêter toute aide à la population palestinienne. Un récent document israélien publié par le journal The Times of Israël indique qu’Israël cherche par tous les moyens à expulser l’agence onusienne des territoires palestiniens, dans le cadre des projets post-conflit à Gaza. « Israël espère évincer l’Office controversé de secours et de travaux des Nations-Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) hors de la bande de Gaza après la guerre », a rapporté la Douzième chaîne, citant un document classifié du ministère des Affaires étrangères.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique