Mardi, 23 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

L’ONU dénonce une situation « catastrophique » à Gaza

Mardi, 19 mars 2024

Un habitant sur deux dans la bande de Gaza connaît une situation alimentaire catastrophique, en particulier dans le nord où la famine sévira d’ici le mois de mai en l’absence de mesures « urgentes », ont prévenu lundi les agences spécialisées de l’ONU.

L’ONU dénonce une situation « catastrophique » à Gaza
(Photo : AP)

Plus de 1,1 million de Gazaouis sont confrontés à une « situation de faim catastrophique », proche de la famine, affirme un rapport du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC) publié lundi 18 mars. « La communauté internationale devrait avoir honte de ne pas réussir à stopper la famine imminente », s’est indigné sur X le chef des Affaires humanitaires de l’ONU, Martin Griffiths.

Dans le dernier rapport de l’IPC publié en décembre, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) considéraient la famine comme probable d’ici la fin mai dans le nord de la bande de Gaza. « Sans changements dans l’accès à l’aide humanitaire, la famine arrive dans le nord », confirme la directrice générale adjointe de la FAO, Beth Bechdol, dans un entretien à l’AFP. « Il est possible qu’elle sévisse déjà dans le nord, mais nous n’avons toujours pas été en mesure de le vérifier », faute d’accès aux territoires concernés.

Dans un communiqué, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a souligné les conséquences néfastes de la malnutrition, particulièrement sur les enfants, avertissant que « la situation actuelle aura des effets de long terme sur la vie et la santé de milliers de personnes ». « Cela compromet la santé et le bien-être de toute une génération à venir », a ajouté l’OMS.

La guerre à Gaza a été déclenchée le 7 octobre. En représailles à une attaque du Hamas dans le sud d’Israël, l’armée israélienne a lancé une campagne aérienne massive suivie le 27 octobre d’une offensive terrestre qui ont fait jusqu’à présent 31 726 morts à Gaza, en majorité des civils, selon le ministère de la Santé de Gaza. Les destructions sont massives dans la bande de Gaza et l’aide humanitaire n’y entre qu’au compte-gouttes.

Un cessez-le-feu humanitaire immédiat et rapide permettrait de faire entrer suffisamment de nourriture, de médicaments et d’eau potable pour éviter une famine, affirme Beth Bechdol, mais un arrêt des hostilités ne semble pas probable dans les jours à venir.

Selon le PAM, pour assurer les besoins alimentaires de base, il faudrait faire entrer à Gaza au moins 300 camions par jour, particulièrement dans le nord, où il n’a pu acheminer que neuf convois d’aide depuis le début de l’année. Les 18 derniers camions d’aide alimentaire ont été livrés dimanche soir à la ville de Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique