Mercredi, 22 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Tourmente politique en Tunisie

Abir Taleb avec agences, Lundi, 20 juillet 2020

Le bras de fer entre le parti islamiste Ennahda et ses adversaires est de nouveau engagé en Tunisie. Tandis que le pre­mier ministre a démission­né sous la pression des islamistes, ceux-ci sont visés par les partis laïcs, qui réclament le départ du chef du parlement.

Tourmente politique en Tunisie

Le chef du gouvernement tunisien sortant, Elyes Fakhfakh, ne sera finale­ment resté aux com­mandes que cinq mois, l’un des mandats les plus courts depuis la Révolution de 2011. La même période qu’il avait fallu pour for­mer un gouvernement, après les élections législatives d’octobre 2019. La fragilité de l’exécutif, tout comme l’instabilité politique, étaient en effet prévisibles. D’abord, à cause du parlement né des dernières législatives, un parle­ment fortement hétéroclite quoique dominé par le parti islamiste Ennahda, ensuite et surtout à cause du bras de fer qui oppose les isla­mistes d’Ennahda aux partis laïcs, et ce, depuis 2011. Il n’a pas fallu longtemps pour que ce bras de fer éclate à nouveau. C’est en effet Ennahda qui est derrière la démis­sion du premier ministre, une mesure qu’il a annoncée mercredi 15 juillet et qu’il a prise dans « l’intérêt national et pour épar­gner au pays plus de difficultés », selon ses propos. Après plusieurs jours de tensions, le parti islamiste, qui compte six ministres au sein du gouvernement sortant et qui est majoritaire au parlement, avait auparavant annoncé son intention de retirer sa confiance à Fakhfakh, invoquant des soupçons de corrup­tion pesant sur lui. Ancien cadre d’une filiale de Total, Elyes Fakhfakh est en effet sous le coup d’une enquête parlementaire pour ne pas avoir cédé la gestion de ses parts dans des sociétés d’assainis­sement qui ont remporté d’impor­tants marchés publics ces derniers mois.

Mais au-delà de cette affaire de corruption présumée, depuis la for­mation de ce gouvernement, la ten­sion était palpable. Déjà, sa forma­tion n’était pas une mince affaire. Fakhfakh avait été désigné après que la première tentative menée par le candidat d’Ennahda, Habib Jemli, eut échoué. Le chef de l’Etat avait alors opté pour ce social-démocrate sans socle électoral. Une coalition hétéroclite avait accepté de gouverner ensemble : le parti de l’ancien chef de gouverne­ment Youssef Chahed retrouvait son allié Ennahda aux côtés du Courant démocratique (centre-gauche, anti-corruption) peu com­patibles avec les deux précédents. Un attelage qui fonctionnait avec difficultés. Aussi, certains blocs parlementaires participant au gou­vernement aux côtés d’Ennahda se sont retournés contre ce parti, votant des textes qui mettent en difficulté la formation et son chef Rached Ghannouchi, président du parlement.

Pour Ennahda donc, il s’agit aussi et surtout de reconfigurer une coalition gouvernementale dans laquelle ce parti se sentait margina­lisé, une coalition revendiquant les valeurs de la révolution et peu encline aux compromis partisans chers à Ennahda. Car bien que majoritaire au parlement, le parti islamiste n’avait remporté que 54 sièges sur 217 lors des législatives d’octobre 2019, son plus faible score depuis 2011. Il n’avait donc pas réussi à réunir une majorité autour du chef de gouvernement de son choix, après des mois de négo­ciations ardues.

Possible destitution de Ghannouchi

La crise politique tunisienne dépasse donc la simple crise gou­vernementale. Parallèlement aux démarches entreprises par Ennahda et ayant conduit à la démission du premier ministre, différentes mou­vances politiques ont demandé la destitution du président du parle­ment, lui-même d’Ennahda. Rached Ghannouchi est accusé par plusieurs députés de « mauvaise gestion » de l’institution législative et d’avoir « commis plusieurs dépassements ». Ces députés ont déposé, jeudi 16 juillet, une motion de censure visant Ghannouchi et ses deux vice-présidents, avec les 73 signatures nécessaires pour sou­mettre cette motion. Il s’agit de signatures de députés du Bloc Démocratique, de la réforme natio­nale de Tahya Tounès, quelques députés du Bloc national et des indépendants. Selon le règlement intérieur de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP, parlement), pour retirer la confiance à son président, un tiers des dépu­tés peuvent solliciter un vote pour ce faire, et si une majorité de 109 est obtenue, le président du parle­ment est destitué.

Cette double crise n’est donc qu’un nouvel épisode dans le bras de fer entre les islamistes d’Enna­hda et les partis dits laïcs. Une polarisation au coeur de la vie poli­tique tunisienne depuis 2011 et qui donne lieu à un climat politique délétère et instable. Face à cette situation, le seul espoir est de trou­ver une personne consensuelle qui puisse diriger un gouvernement, lequel à son tour pourra sortir le pays de la crise. Un scénario trop beau pour être vrai ? Tout porte à croire que oui, d’autant plus que le parlement est balkanisé et que le consensus fait défaut.

Tous les regards sont désormais tournés vers le président Kais Saied. La démission du gouverne­ment le place au centre du jeu politique : selon la Constitution, il est désormais chargé de désigner un nouveau premier ministre dans un délai de dix jours à partir de la date de la démission, soit jusqu’au 25 juillet. Selon la Constitution, le président doit faire son choix après « consultations avec les partis poli­tiques, les coalitions et les groupes parlementaires ». Cette personne aura elle-même un mois afin de convaincre la majorité absolue des députés d’approuver son équipe. Et depuis cette démission, les spécula­tions vont bon train sur le nom du futur chef de l’exécutif. Selon la presse tunisienne, plusieurs person­nalités sont évoquées, dont Hakim Ben Hammouda, un économiste de renom présenté comme l’homme capable d’apporter une solution à la crise économique, Mongi Marzouk, un homme politique ayant occupé plusieurs postes de haut niveau, ou encore Marouane Abassi, le gouverneur de la Banque Centrale, dont le nom circule comme souvent en cas de crise politique.

Quoi qu’il en soit, le futur chef du gouvernement aura une lourde tâche. Outre l’instabilité politique, le pays traverse une grave crise économique marquée par des manifestations régulières des jeunes demandeurs d’emploi, notamment dans le sud du pays, en proie à un mouvement de protesta­tion depuis plus d’un mois.

En présentant sa démission, Elyes Fakhfakh a affirmé qu’il ouvrait ainsi « une nouvelle voie pour une sortie de crise ». Pas si sûr.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique