Dimanche, 19 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Ahmad Ban : Après Raqqa, Daech risque d'élargir son action à d’autres pays

Sabah Sabet, Mercredi, 14 juin 2017

3 questions à Ahmad Ban, spécialiste des mouvements islamistes, sur la position actuelle de Daech et sur ses capacités de nuisance dans la période à venir.

Al-ahram hebdo : Alors que l’étau se resserre autour de Daech dans la région, l’organisation a une nouvelle fois menacé l’Europe en précisant huit pays cibles de ses prochaines attaques. Cette menace doit-elle être prise au sérieux ?

Ahmad Ban : Les menaces de Daech contre certains pays interviennent à chaque fois que ce groupe subit un revers et perd une partie des terres qu’il contrôlait, que ce soit en Iraq ou en Syrie.

Certainement, l’Etat Islamique (EI) pourra mettre en exécution ses menaces d’autant plus qu’il change toujours ses stratégies et ses plans d’attaque. Outre que les bombes, les ceintures explosives, l’or­ganisation a eu recours à des attaques avec des véhicules piégés, sur le mode opéra­toire des camions qui fonçaient dans la foule dans certains pays européens. Récemment le recours aux femmes et aux enfants — « les lionceaux du califat » comme il les nomme — pour mener des attaques est considéré comme un nouveau moyen qui risque de faciliter leur mission. Il y a aussi les « loups solitaires », qui ont déjà mené de nombreuses attaques terro­ristes en Europe. Ces menaces doivent donc être bien sûr prises au sérieux.

— Qu’en est-il de la bataille de la ville syrienne de Raqqa ? Peut-on dire qu’elle sera bientôt libérée ?

— La bataille de Raqqa n’est pas du tout facile, c’est le dernier et le plus important bastion de Daech. D’où l’importance de cette bataille. Car l’EI va lutter pour défendre la ville jusqu’au dernier souffle. Après Raqqa, Daech va élargir son action à d’autres pays.

— Malgré la mobilisation internatio­nale contre ce groupe, il résiste toujours. Comment voyez-vous donc son avenir ?

— C’est vrai que le contrôle de l’organi­sation sur le territoire qu’elle avait aupara­vant conquis a diminué de manière signi­ficative et sa capacité de préserver des terres sous son contrôle s’amenuise, mais Daech cherche toujours à propager ses menaces dans différents pays du monde, en ayant recours à de nouvelles stratégies. On a déjà vu que l’EI avait recours aux femmes et aux enfants dans les attaques terroristes, comme ce qui se passe en Afrique. Or, pour les différents services de sécurité, ce sont des personnes non fichées et inconnues. Il existe aussi les cellules dormantes présentes dans plusieurs pays, qui appartiennent à l’idéologie de Daech en secret, et peuvent être activées et répondre aux ordres des leaders de Daech à n’importe quel moment. De même, Daech a également encore la capacité de recruter et de mobiliser de nouveaux élé­ments pour remplacer ceux qui sont morts ou ceux qui ont été arrêtés dans les com­bats en Syrie et en Iraq. Pour l’EI, c’est une affaire facile pour Daech : les membres de ce groupe ont la capacité d’attirer et de gagner la sympathie de nouveaux membres à travers les réseaux sociaux. C’est pour cela qu’il est impératif de prendre conscience que la confrontation sécuri­taire n’est pas la seule solution.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique