Dimanche, 26 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Libye : Moscou entre en jeu

Maha Salem avec agences, Vendredi, 31 mars 2017

Profitant de son influence auprès des dirigeants libyens, la Russie essaye de jouer un rôle important pour régler la crise libyenne

Libye : Moscou entre en jeu
Selon Washington, la Russie tente d’exercer son influence en Libye par des moyens militaires et des transactions de pétrole ou d’armes. (Photo : Reuters)

Après la Syrie, la Libye. C’est semble-t-il la poli­tique que Moscou tente aujourd’hui de mettre en pratique. Au point que de nombreux analystes estiment que le règlement de la crise libyenne est désormais entre les mains des Russes et que Moscou possède les moyens de for­cer les Libyens d’accepter les solu­tions politiques.

Au-delà des expectatives, le chef des forces militaires américaines en Afrique, le général Tom Waldhauser, a déclaré que la Russie tente d’exer­cer son influence en Libye par des moyens militaires et des transactions de pétrole ou d’armes. « Les Russes ont la volonté d’exercer leur influence à l’intérieur de la Libye. Ils sont sur le terrain. Nous regar­dons ce qu’ils font avec une grande inquiétude. En plus de leur activité militaire, nous avons vu de récentes activités commerciales, qu’il s’agisse de pétrole ou d’armes », a déclaré le général Waldhauser lors d’un point presse au Pentagone. Et pour contrer l’influence russe, les Etats-Unis ont annoncé qu’ils main­tiendraient un petit nombre de sol­dats des forces spéciales militaires sur place, à des fins principalement de renseignement. Ces derniers opè­rent également des vols de drones de reconnaissance sur la Libye depuis une base aérienne tunisienne. « Nous allons maintenir une force qui a la capacité de produire du renseigne­ment, de travailler avec les différents groupes en cas de besoin pour pou­voir aider le Gouvernement d’union nationale (GNA) à attaquer des cibles du groupe Etat islamique », a déclaré le général Waldhauser.

Discrétion

De leur côté, les Russes restent beaucoup plus discrets sur leur intention en Libye. En fait, la Russie était souvent considérée comme la seule et l’ancienne alliée de Tripoli. Toutes les armes, tous les équipe­ments, les entraînements et les manoeuvres militaires libyens à l’époque de l’ex-président Muammar Kadhafi étaient fournis par la Russie. Idem pour les aides financières et le soutien politique. Selon un analyste qui a requis l’anonymat, « les diri­geants russes ont toujours eu des liens étroits avec leurs homologues libyens. Après la chute de Kadhafi, ce rôle s’était limité. Mais même si les Libyens commençaient à entrete­nir davantage de liens avec les Américains, leur confiance va plutôt aux Russes. Conscients de cela, plu­sieurs pays arabes et même euro­péens ont commencé à exhorter la Russie à reprendre son rôle en Libye, d’autant plus que Moscou entretient de bonnes relations avec les voisins de la Libye, notamment l’Egypte et l’Algérie. Et ces deux pays sont sou­vent considérés comme les plus influents sur la scène libyenne », explique notre analyste.

Sur le terrain, l’homme fort de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, s’est récemment ouvertement rap­proché de la Russie, se rendant début janvier sur un porte-avions russe en transit au large du pays. A son tour, le chef du GNA, Fayez Al-Sarraj, s’est rendu à Moscou le 2 mars dernier. Avec ces deux visites, les autorités russes veulent montrer qu’elles ne soutiennent aucune fac­tion particulière dans le conflit libyen et qu’elles discutent avec tout le monde. A cet égard, quatre milliards de dinars libyens ont été imprimés en Russie et transférés à la Banque Centrale de Benghazi, rivale de celle de Tripoli, en mai 2016 (soit deux mois après l’instal­lation dans la capitale du premier ministre Al-Sarraj). Les livraisons militaires à destination de la Libye, sous embargo de l’Onu jusqu’au printemps dernier, n’ont depuis été autorisées qu’au profit du « gouver­nement d’union nationale ». Mais Haftar a été reçu à Moscou à deux reprises en quelques mois, en juin et en novembre 2016, soit peu avant et juste après la conquête du « crois­sant pétrolier ». Déjà, le maréchal a obtenu que des centaines de ses combattants soient soignés en Russie. Il espère aussi de Moscou, outre les pièces de rechange de son armement de fabrication russe, un soutien militaire plus déterminé. Le Kremlin ne semble pas encore prêt à prendre cette décision. Moscou reste aussi évasif sur ses intentions. « L’unité du peuple libyen et l’inté­grité territoriale de la Libye ont été violées. Et bien sûr, en tant que vieux amis de votre pays, nous sou­haitons vous aider à surmonter ces difficultés. Nous allons ardemment défendre la nécessité de créer les conditions pour que les Libyens puissent eux-mêmes résoudre leurs problèmes », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. A chacun de l’inter­préter comme il veut.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique