Samedi, 22 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Chaos persistant en Libye

Maha Salem avec agences, Mardi, 20 septembre 2016

La prise, par le général Haftar, de quatre terminaux du Croissant pétrolier au nord-est du pays entre Benghazi et Syrte, accentue les divisions et complique davantage la situation en Libye.

Chaos persistant en Libye
Le général Haftar contrôle la zone pétrolière pour faire pression sur la communauté internationale. (Photo:AFP)

Divisée en deux, voire en plusieurs camps, la Libye ne semble pas près de sortir du chaos. Il y a d’abord les combats entre les forces du Gouvernement libyen d’union nationale (GNA) et les dji­hadistes du groupe Etat Islamique (EI) retranchés à Syrte, qui ont repris depuis dimanche dernier, après quelques semaines de calme. Cette offensive pour reprendre la ville stra­tégique de Syrte, lancée depuis quatre mois, n’a toujours pas atteint son but. Les forces gouvernemen­tales sont incapables de remporter cette bataille malgré le soutien de la communauté internationale et les raids aériens américains. Plusieurs fois annoncée comme imminente, la reprise de l’ex-bastion de l’EI en Libye se heurte à la détermination farouche des derniers djihadistes, désormais acculés dans une petite zone de la ville portuaire située à 450 km à l’est de Tripoli.

Cause de cette situation chao­tique, il y a aussi les forces du gou­vernement non reconnu de Libye qui se sont emparées, elles, des quatre terminaux du Croissant pétrolier. Les forces du général Khalifa Haftar, chef de l’armée liée aux autorités rivales du GNA basées dans l’Est, se sont en effet emparées de la zone du Croissant pétrolier Est située dans le nord-est du pays entre Benghazi et Syrte. « Nous avons pris le terminal de Brega sans com­bats grâce aux habitants et notables de Brega. Nous contrôlons désor­mais la totalité de la région du Croissant pétrolier », a affirmé à l’AFP un responsable des gardes des installations pétrolières pro-Haftar, Moftah Al-Magrif. Un coup dur pour le GNA, qui, d’un côté, perd le contrôle de ces installations cruciales pour l’économie du pays, et de l’autre, se trouve face à deux fronts. Or, les forces du GNA sem­blent incapables de combattre sur les deux fronts à la fois. Avant de prendre le contrôle du terminal de Brega, les forces du général Haftar s’étaient emparées, à l’issue de combats lancés la semaine dernière, du port de Zoueitina et des termi­naux d’Al-Sedra et de Ras Lanouf, les deux plus importants du pays. Ces sites étaient sécurisés par les gardes des installations pétrolières, une milice de l’Est qui avait prêté allégeance cet été au GNA.

Cette bataille lancée par le géné­ral Haftar pour le contrôle du Croissant pétrolier est la première à opposer les forces de l’Est à celles du GNA. Elle révèle aussi les conflits et les divergences qui pla­nent sur le pays. « Malgré la signa­ture de l’accord de paix entre les partis en conflit en Libye, son appli­cation est difficile. En fait, les deux camps rivaux ont cédé aux pres­sions et ont été obligés de signer l’accord pour satisfaire la commu­nauté internationale alors que les points de discorde existaient tou­jours. Le vrai enjeu dans la crise libyenne, ce sont les Libyens, avec à leur tête les chefs des tribus. Or, ces derniers refusent toute intervention étrangère, ils sont contre tout sou­tien ou toute aide accordés par la communauté internationale. Et, en même temps, ils ont des revendica­tions et sont déterminés à les réali­ser, par exemple, notamment en ce qui concerne le partage des richesses, des postes importants qu’ils veulent occuper, des privi­lèges qu’ils veulent obtenir, etc. Et, le conflit persistera jusqu’à la réa­lisation de leurs revendications », explique Dr Ayman Chabana, pro­fesseur à la faculté d’économie et de sciences politiques à l’Université du Caire. Selon lui, « certains Libyens estiment que le général Khalifa Haftar est la bouée de sau­vetage, d’autres pensent que n’im­porte quelle autre solution est plus acceptable qu’une intervention étrangère. Alors, ils soutiennent Haftar pour réaliser leurs revendi­cations ».

Quelle place pour Haftar ?

En effet, l’un des principaux désac­cords entre les deux gouvernements rivaux est la place de Khalifa Haftar, un général septuagénaire qui a pro­gressivement pris de l’importance depuis la révolte anti-Kadhafi. Considéré comme un obstacle majeur dans l’application de l’accord de paix, le général Haftar ne reconnaît ni le GNA ni cet accord signé fin 2015 au Maroc sous l’égide de l’Onu, selon lequel le gouvernement d’union a été créé et qui met à l’écart cette personnalité controversée. La prise des terminaux pétroliers pourrait constituer, pour Haftar, un moyen de pression sur les Nations-Unies pour qu’elles amendent, avec le GNA, l’accord de 2015 et intègrent ainsi ce général dans le jeu politique libyen.

Déjà, le général Khalifa Haftar mène depuis 2014 une opération militaire aux résultats incertains pour « libérer » Benghazi, devenue un fief de milices islamistes lourdement armées. Pour cela, il bénéficierait du soutien, non déclaré, de pays étran­gers. Pour soutenir Haftar, le prési­dent du parlement libyen, une ins­tance reconnue par la communauté internationale mais qui soutient le gouvernement basé dans l’Est, a déclaré que l’offensive sur le Croissant pétrolier visait à libérer les installations pétrolières de ceux qui entravent l’exportation du pétrole libyen. « L’armée va se retirer des champs et des terminaux et il n’y aura plus d’éléments armés à l’inté­rieur », a assuré Aguila Saleh, disant que les exportations reprendraient via la Compagnie nationale libyenne du pétrole. Une reprise des exporta­tions pétrolières, dont les recettes représentent une part importante du budget de l’Etat, est cruciale pour la Libye qui, outre la profonde instabi­lité sur le plan politique et de la sécurité, fait face à une crise des liquidités.

Quant au chef du GNA, Fayez Al-Sarraj, il a appelé toutes les parties à se réunir d’urgence autour d’une même table pour discuter d’un méca­nisme permettant de sortir de la crise. Le gouvernement dirigé par le pre­mier ministre Sarraj n’a pas réussi jusqu’à présent à faire reconnaître son autorité sur l’ensemble de la Libye, un pays plongé dans l’instabilité depuis la chute du régime de Muammar Kadhafi en 2011. « Le GNA a échoué d’assumer le contrôle du pays et de devenir représentant légitime des Libyens. Il est incapable de rassembler la force militaire suffi­sante pour sécuriser les villes, les citoyens et ses intérêts économiques. A cet égard, le gouvernement de Sarraj perd ses partisans », explique Dr Chabana. Ainsi, Sarraj apparaît affaibli par ce revers militaire et contesté au sein même du gouverne­ment d’union. Déjà, les deux vice-premiers ministres, Ali Al-Qatrani et Fathi Al-Majbari, ont proclamé leur soutien à l’offensive lancée par Haftar. Une situation compliquée qui menace le pays de retourner loin en arrière. L’incapacité de la Libye à sortir de sa crise politique inquiète particulièrement les pays européens, confrontés à l’afflux des migrants traversant la Méditerranée depuis son littoral.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique