Jeudi, 30 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Monde Arabe >

Daraya évacuée des combattants ... et de ses habitants

Inès Eissa avec agences, Lundi, 29 août 2016

Les événements en Syrie ne cessent d'évoluer dans une direction qui s'éloigne de plus en plus du processus politique.

Daraya évacuée des combattants ... et de ses habitants
4 000 civils et 700 rebelles ont été évacués de Daraya. (Photo : AFP)

L’évacuation de la ville de Daraya marque une nou­velle phase dans la guerre qui sévit depuis des années en Syrie.

Le régime syrien a repris samedi le contrôle de Daraya, ex-fief rebelle près de Damas, après la sortie de l’ensemble des habitants, insurgés et civils, de la ville sou­mise à un siège depuis 4 ans.

« L’armée syrienne contrôle totalement Daraya et est entrée dans toute la ville. Il n’y a plus un seul homme armé », a affirmé une source militaire sous couvert de l’anonymat. « Le deuxième et der­nier convoi de rebelles et de civils est sorti aujourd’hui de Daraya », a indiqué de son côté Rami Abdel-Rahmane, directeur de l’Observa­toire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH). Le nombre total des personnes évacuées n’est pas connu.

Un responsable rebelle dans la ville a confirmé qu’il y avait un accord « pour vider la ville en faisant sortir les civils et les com­battants dès vendredi ». « Les civils iront dans des régions sous contrôle du régime autour de Damas, alors que les rebelles devront se rendre dans la province d’Idleb ou trouver un arrange­ment avec le régime », a-t-il ajou­té. Outre les 700 rebelles qui ont déjà quitté, d’autres devront quit­ter la ville dans les prochains jours, selon ce responsable.

Les rebelles qui contrôlaient la ville appartenaient à deux groupes islamistes locaux : Ajnad Al-Sham et les Martyrs de l’islam.

Fief rebelle très symbolique, Daraya a été l’une des premières villes à se soulever contre le régime en 2012, et l’une des pre­mières aussi à être assiégée.

L’OSDH et des militants anti-régime ont dénoncé un « déplace­ment forcé » des habitants de cette ville située à une dizaine de km au sud-ouest de la capitale, souffrant de faim et soumis presque quoti­diennement à un bombardement des forces du régime.

Il s’agit de la deuxième évacua­tion du genre après celle de Homs, la « capitale de la révolution », où le régime a utilisé la même tac­tique de siège et de bombarde­ments intenses avant que les insur­gés ne se voient obligés d’accepter de quitter leur fief dans la vieille ville en 2014.

Déclenché en mars 2011 par la répression de manifestations en faveur de la démocratie, le conflit en Syrie est devenu complexe avec les interventions étrangères et la montée en puissance des dji­hadistes. La guerre a fait plus de 290 000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

« Toutes les parties impliquées dans la guerre en Syrie ont vrai­semblablement opté pour des arrangements isolés sans attendre une solution globale. Ceci a été le cas à Daraya où le régime et l’op­position ont conclu un accord qui a permis la levée du siège et l’éva­cuation des combattants », explique un diplomate égyptien qui a requis l’anonymat. « Depuis le début de la guerre, le régime a toujours préféré conclure des accords et des arran­gements locaux qui lui permettent la récupération de territoires en échange de l’amnistie des combat­tants », estime le diplomate. Selon lui, ce type d’arrangements assure au régime de contrôler certains ter­ritoires en envoyant les combat­tants islamistes vers d’autres zones considérées moins stratégiques. « A mon avis, ce genre d’arrangement ouvre la voie à un partage de la Syrie sur le long terme », craint-il.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique