Dimanche, 26 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Al-Wassat lâche les Frères

Ola Hamdi, Mardi, 02 septembre 2014

Le parti islamiste Al-Wassat se retire de l’alliance pour le soutien à la légitimité, la coalition pro-Morsi. Affaiblie, cette dernière pourrait disparaître. Une décision stratégique n’est pas à exclure.

Le parti islamiste Al-Wassat a annoncé cette semaine qu’il se retirait de l’alliance natio­nale pour le soutien à la légitimité, un groupe­ment de plusieurs partis de tendance islamiste pro-Morsi. « Nous voulons créer une plate-forme nationale pour réaliser les objectifs de la révolution du 25 janvier qui sont menacés », affirme Al-Wassat dans un communiqué. « Les priorités de cette étape et ses objectifs veulent que nous travaillions en dehors du cadre de l’alliance. Il faut former une plate-forme qui rassemble toutes les forces politiques sans exception », ajoute le communiqué sans préciser la nature de cette plate-forme.

S’agit-il d’une manoeuvre d’Al-Wassat pour sortir du « parapluie » islamiste, et de pouvoir se présenter aux élections législatives? Le pré­sident par intérim du parti Al-Wassat, Mohamad Abdellatif, le nie: « Le parti a été soumis à des secousses violentes depuis le 3 juillet 2013, et à une forte pression de l’intérieur et de l’extérieur pour nous demander de quitter l’alliance, mais nous avons refusé et insisté à y rester parce que nous étions convaincus que nous avions un rôle à accomplir au sein du mouvement révolution­naire qui s’exprimait dans la rue. Maintenant, cela n’est plus le cas. Nous avons besoin d’un changement tactique ».

Le président du parti, Aboul-Ela Madi, a été arrêté après avoir été accusé de violence et d’in­citation au meurtre. Le parti est aujourd’hui menacé de suspension avec d’autres partis isla­mistes, car la Constitution interdit les partis à caractère religieux.

En première réaction, l’alliance a annoncé avoir pris acte de ce retrait, et qu’elle respectait le choix d’Al-Wassat. « Al-Wassat restera au sein de l’opposition et continuera à s’opposer au coup d’Etat », affirme l’alliance. Pourtant, le communiqué d’Al-Wassat ne fait aucune réfé­rence au coup d’Etat.

L’alliance a été établie lors du sit-in de Rabea et d’Al-Nahda, en juin 2013, pour soutenir le président islamiste Mohamad Morsi. Elle est composée de 16 partis et mouvements, dont les partis de la Construction et du développement, et ceux d’Al-Watan, d’Al-Assala, d’Al-Wassat, de la Liberté et de la justice et du Front sala­fiste.

Des discussions ont lieu depuis deux semaines au sein de l’alliance à propos du retrait ou du gel des activités des 3 partis ayant un poids politique, à savoir : Al-Wassat, Al-Watan, et la Construction et le développe­ment. Les positions des autres partis mention­nés n’ont pas encore été dévoilées. L’histoire de ce parti remonte à 1996, lorsque 17 jeunes des Frères Musulmans (FM) âgés entre 35 et 45 ans, ont demandé la création d’un nouveau parti politique qu’ils ont baptisé Al-Wassat (le centre).

Les fondateurs reprochent aux dirigeants des FM leur manque de modernité et leurs concepts archaïques. Ils proposent l’adoption d’une vision moderniste fondée, certes, sur les acquis du passé, mais axée sur les défis du XXIe siècle. Le 13 mai 1996, les autorités ont décla­ré irrecevable leur demande de création du parti. Après la révolution du 25 janvier, Al-Wassat voit le jour et devient un parti à part entière le 19 février 2011.

Manoeuvre trouble ?

Le retrait d’Al-Wassat est-il une manoeuvre pour se présenter aux législatives et permettre aux Frères de se présenter « par la porte arrière» sur ses listes? Ou bien le parti ne trouve-t-il plus d’intérêt à rester au sein de l’alliance avec la confrérie? Hassan Nafea, professeur de sciences politique à l’Université du Caire, pense que ce retrait est dû aux diver­gences au sein de l’alliance entre la confrérie et la plupart des partis, surtout Al-Wassat. « Contrairement aux Frères, Al-Wassat ne réclame pas le retour de Morsi. Il s’oppose aussi à la poursuite des manifestations dans les rues, affirme Nafea, auteur d’une initiative de réconciliation entre le nouveau régime et les islamistes. Al-Wassat avait accepté cette ini­tiative sans réserve. Il était clair qu’il y avait des divergences entre Al-Wassat et la confrérie pour cette raison. J’avais à l’époque prédit l’échec de l’alliance ».

Aujourd’hui, le départ d’Al-Wassat pourrait accélérer la chute de l’alliance pro-Morsi. Nafea exclut qu’Al-Wassat puisse cependant faire partie d’une quelconque alliance ou de l’opposition. « Le régime ne le permettra pas. En plus, tous les partis qui sont actuellement sur la scène sont des partis libéraux avec les­quels Al-Wassat ne peut pas s’intégrer ».

Al-Wassat n’a jamais pu se positionner sur la scène politique. Avant la révolution du 25 jan­vier, ce parti était l’un des plus hostiles à la confrérie des Frères musulmans, qu’il accusait de trahison. Il a cependant rejoint la coalition des pro-Morsi. « Ce soudain retrait ne rassure pas les autres partis politiques, car les positions d’Al-Wassat ne sont pas stables. Je ne pense pas qu’il réussisse à conduire un front au sein de l’opposition », conclut Nafea. Selon certains analystes, le parti Al-Wassat cherche à exploiter les idées de la révolution afin de réaliser des gains politiques. Il a décidé de quitter les Frères musulmans après leur échec.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique