Dimanche, 14 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Motos : halte à l’import

Howeida Salah, Mardi, 18 février 2014

L'interdiction d'importer motos et tok-tok pendant un an est une nécessité pour lutter contre le terrorisme, dit le gouvernement. Mais elle provoquera bien des dégâts. Explication.

Toktok

Le Conseil des ministres a chargé le ministère des Finances d’interdire l’exportation des motocyclettes et des tok-tok pour une durée d’un an ainsi que leurs accessoires pendant trois mois. Il a aussi appelé le ministère de l’Intérieur à renforcer les critères d’achat ou de délivrance des permis de nouvelles motos, en accordant un délai de deux semaines aux propriétaires actuels de ces engins, pour régulariser leur statut. A aussi été décidée l’interdiction au motocycliste de transporter d’autres personnes avec lui. Objectif : lutter contre les attentats terroristes perpétrés en utilisant ces motos. Cette semaine, 5 policiers ont été tués par des inconnus en moto, une scène qui se répète depuis des semaines. Selon le général Medhat Koraitem, du service de la circulation, cette mesure vise à permettre aux autorités de régulariser le statut des motos et tok-tok dont un grand nombre n’ont ni documents officiels, ni plaques d’immatriculation.

Le nombre de motos est passé de 55 000 en 2003 à 1 million d’engins en 2012. Si certains approuvent cette décision, afin de mettre de l’ordre dans ce secteur, d’autres s’insurgent.

Les importateurs de motos et les fabricants de tok-tok seraient gravement touchés, comme l’affirme Mohamad Al-Saqqa, responsable à la Chambre de commerce. « Les dégâts s’élèveront à des millions de L.E. pour les importateurs et les magasins de vente. De même, les ateliers de fabrication des tok-tok seront affectés par cette décision. Des milliers d’ouvriers seront réduits au chômage », souligne-t-il. Apparu la première fois dans la région du Delta, le tok-tok s’est rapidement répandu dans la plupart des gouvernorats. C’est surtout dans les quartiers pauvres qu’il représente le moyen de transport le plus pratique et le moins cher. Les anciennes décisions gouvernementales concernant l’interdiction des tok-tok n’ont pas empêché des milliers de personnes de les utiliser sans documents réglementaires.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique