Jeudi, 18 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Les Egyptiens ralentissent leur croissance démographique

May Atta , Mercredi, 10 janvier 2024

Le dernier rapport de la CAPMAS fait état d’une baisse de 8 % du taux de croissance démographique. Un fait dû, selon les experts, à la multiplication des initiatives sociales et aux campagnes de sensibilisation. Explications.

Les Egyptiens ralentissent leur croissance

« L’Egypte a enregistré une baisse de 8 % de son taux de croissance démographique en 2023 par rapport à 2022 », a déclaré le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel-Ghaffar, dans un communiqué publié le 5 janvier.

Selon le dernier rapport du compteur démographique de l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques (CAPMAS), l’Egypte comptait 105,8 millions d’habitants en 2023, contre 104,4 millions en 2022 et 102,8 millions en 2021. Le taux de croissance démographique a diminué de 8 % en 2023 par rapport à 2022. Il y a eu 149 000 naissances en moins en 2023 par rapport à 2022, comme le montre l’évolution du nombre de naissances et de décès au cours de la période 2019-2023.

Selon le rapport, les gouvernorats de la Haute-Egypte, comme Assiout, Sohag, Qéna, Minya et Louqsor, ont enregistré les taux de natalité les plus élevés en 2023. D’autre part, les gouvernorats de Port-Saïd, de Damiette, de Daqahlia, de Suez et de Gharbiya ont enregistré les taux de natalité les plus bas durant la même année.

La CAPMAS avait précédemment annoncé que l’Egypte compterait 192 millions d’habitants en 2052 si les taux de croissance actuels se maintenaient. Mais cette croissance peut être réduite à 143 millions d’habitants si les efforts du gouvernement pour réduire les taux de fécondité se poursuivent au même rythme. « Le taux de fécondité a diminué au cours des cinq dernières années, passant de 3,5 naissances par femme en 2014 à 2,85 naissances par femme en 2021, ce qui montre que les efforts du gouvernement pour faire face à la croissance démographique ont porté leurs fruits », assure Abdel-Hamid Charafeddine, conseiller à la CAPMAS. Et d’ajouter : « Le gouvernement a déployé beaucoup d’efforts afin de fournir gratuitement les moyens de contraception aux centres médicaux où des consultations de suivi sont effectuées durant la première année d’accès à la contraception. Il y a aussi les campagnes de sensibilisation ».

Un avis partagé par Saboura Al-Sayyed, membre du Conseil des députés, qui assure que « la baisse des taux de croissance démographique permettra à l’Etat d’augmenter les services publics fournis aux citoyens et de réduire le fardeau financier sur le budget général de l’Etat ».

L’Egypte a récemment lancé plusieurs campagnes et programmes pour freiner la croissance démographique. L’Egypte veut réduire encore le taux de fécondité à 1,6 naissance par femme.

L’Etat a lancé notamment la Stratégie nationale en matière de population et de développement 2023-2030 en septembre dernier.

En mars 2023, le pays a également lancé le Projet national pour le développement de la famille égyptienne afin de lutter contre la surpopulation dans le cadre d’une vision globale. En vertu de celui-ci, une récompense financière de 1 000 L.E. est accordée aux femmes qui se contentent de deux enfants. En plus de ces efforts, certains experts estiment que le Covid-19 et les mauvaises conditions économiques ont également joué un rôle dans la baisse du taux de croissance démographique en Egypte.

L’Egypte est le 14e pays le plus peuplé au monde. Selon les dernières estimations des Nations-Unies, plus de la moitié de la hausse de la population mondiale, prévue d’ici 2050, sera concentrée dans 8 pays dont l’Egypte. Malgré la baisse du taux de croissance démographique, le nombre actuel de naissances — plus de 2 millions de naissances par an — épuise les ressources de l’Etat et engloutit les efforts de développement.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique