Dimanche, 03 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Tournant diplomatique

Samar Al-Gamal , Mercredi, 27 septembre 2023

Une rencontre inédite a réuni à New York le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, et son homologue iranien, Hossein Amir Abdollahian. Focus.

Tournant diplomatique

Les deux ministres se sont retrouvés en marge des réunions de l’Assemblée générale de l’Onu, marquant un tournant significatif dans les relations, traditionnellement tendues. « Les deux ministres ont exploré les paramètres et les contraintes qui régissent les relations entre nos deux pays, dans le but de les développer au profit des peuples égyptien et iranien, en se basant sur les principes du respect mutuel, de la bonne entente et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des pays », a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Le ministre iranien a, de son côté, exprimé son désir de « ramener les relations à leur cours naturel, en s’appuyant sur l’héritage historique et culturel des deux pays ».

Les discussions ont également porté sur la stabilité régionale, avec une reconnaissance mutuelle de l’impact des crises régionales sur la vie des populations locales.

Malgré la réticence initiale du Caire à confirmer des pourparlers visant à normaliser les relations avec Téhéran, rompues il y a plus de 4 décennies, des signes de détente ont été observés ces derniers mois. En mars, Le Caire a assoupli ses exigences en matière de visa touristique pour les ressortissants iraniens, permettant aux citoyens iraniens souhaitant visiter le Sud-Sinaï par l’intermédiaire d’agences de voyage d’obtenir un visa à leur arrivée.

L’Egypte a néanmoins maintenu sa position prudente, insistant sur la nécessité de préparer minutieusement toutes éventuelles discussions, à l’instar de ses précédentes négociations avec la Turquie.

Dans des déclarations à la presse plus tard, Sameh Choukri a déclaré que le dialogue avec Téhéran était « direct et transparent, basé sur une volonté commune de tourner la page du passé ». Il a souligné que Le Caire était ouvert à tout effort visant à mettre fin aux conflits dans la région.

Cette réunion a été qualifiée par le président iranien, Ebrahim Raïssi, de « pas vers le développement des relations ». Raïssi a également souligné que l’Iran était ouvert à l’idée d’établir des relations plus étroites avec l’Egypte.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique