Jeudi, 23 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Ultime tentative de contenir la guerre au Soudan

Samar Al-Gamal , Jeudi, 13 juillet 2023

En invitant au Caire les pays voisins du Soudan, l'Egypte mène une nouvelle tentative de mettre fin au conflit dans ce pays.

Soudan
Les dirigeants africains se sont réunis au Caire le jeudi. Photo: AFP

 

Les dirigeants des sept pays voisins du Soudan ont annoncé la création d'un mécanisme dirigé par leurs ministres des Affaires étrangères pour trouver une solution à la crise, selon le communiqué final lu par le président Abdel Fattah Al-Sissi, hôte du sommet.

La première réunion de ce mécanisme se tiendra au Tchad, où un plan d'action exécutif sera élaboré.

« Ce mécanisme vise à prendre des mesures concrètes pour mettre fin aux combats », explique une source africaine. « C’est l’absence d’un tel mécanisme qui avait fait échoué les précédentes initiatives », ajoute la source.

Le mécanisme ministériel discutera également de la distribution de l'aide humanitaire aux Soudanais.

Les ministres présenteront leurs recommandations lors du prochain Sommet des pays voisins du Soudan. Aucune date n'a pourtant été annoncée pour cette réunion.

Le Sommet a réuni l'Egypte, l'Ethiopie, l'Erythrée, la Libye, le Tchad, la Centrafrique et le Soudan du Sud. Il était l’occasion pour les chefs d’Etat et de gouvernement de souligner les répercussions du conflit au Soudan sur leurs Etats respectifs et d’appeler les parties en conflit à s'engager dans un cessez-le-feu.

Sissi a ainsi réitéré la position du Caire appelant « à l'unité » à « l'intégrité territoriale du Soudan » et à la « non ingérence » dans les affaires du pays, considérant le confit comme « un problème interne ».

Le président tchadien, Idriss Déby, a lui souligné « la nécessité d'une interaction et d'un soutien aux initiatives internationales pour résoudre la crise, en particulier par le biais de l'Union africaine et en mettant en place un mécanisme élargi sur le Soudan par l'intermédiaire de la Ligue arabe ».

Une approche reprise par le Premier ministre éthiopien, Abiye Ahmed, qui a appelé à aligner « les résultats du sommet sur les mécanismes et les initiatives existantes menées par l'Union africaine, qui peuvent fournir des canaux pour réussir le processus de règlement », faisant allusion à l’initiative de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

Son pays vient d’accueillir il ya deux jours une réunion, de ce bloc de pays d'Afrique de l'Est, pour tenter de décrocher un accord de cessez-le-feu aux deux parties en conflit.

L'armée soudanaise a pourtant boycotté la rencontre estimant qu’elle était alignée sur la position des rebelles. En effet Abiy Ahmed a implicitement critiqué le pouvoir en place à Khartoum et a dit au Caire, espérer « qu'il y aura une autorité au Soudan qui prenne les rênes de la situation ».

Le conflit entre l'armée soudanaise et les forces paramilitaires de soutien rapide a éclaté il y a 12 semaines à Khartoum et a vite toucher le Darfour et le Kordofan.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique