Lundi, 20 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Sommet des Etats voisins du Soudan le 13 juillet au Caire

Mardi, 11 juillet 2023

L’Egypte accueille ce jeudi 13 juillet le Sommet des Etats voisins du Soudan, une rencontre qui a pour but d’examiner les moyens visant à mettre fin au conflit actuel et à ses répercussions négatives sur les pays voisins.

Sommet des Etats voisins du Soudan le 13 juillet au Caire
(Photo : AFP)

Il est aussi question d’examiner la mise en place de mécanismes efficaces, avec la participation des pays voisins, pour régler pacifiquement la crise au Soudan, en coordination avec d’autres pistes régionales et internationales pour la résolution de la crise.

A la lumière de la crise actuelle au Soudan, l’Egypte souhaite élaborer une vision commune pour les pays directement voisins du Soudan et prendre des mesures, afin de résoudre la crise, d’arrêter l’effusion de sang du peuple soudanais et de lui épargner les effets négatifs auxquels il est exposé. En plus de préserver l’Etat soudanais et ses capacités et de limiter les graves effets persistants de la crise sur les pays voisins, ainsi que sur la sécurité et la stabilité de la région dans son ensemble.

Cette rencontre intervient quelques jours après une autre tenue par l’Igad en Ethiopie lundi 10 juillet. Ces pourparlers, proposés par des pays d’Afrique de l’Est, ont été boycottés par l’armée soudanaise qui dénonce la « partialité » du Quartet de l’Igad, composé du Kenya, de Djibouti, de l’Ethiopie et du Soudan du Sud et présidé par le chef de l’Etat kényan, William Ruto. « Notre délégation est bien arrivée à Addis-Abeba lundi matin (...) mais a été informée que la présidence du groupe des quatre n’avait pas été remplacée comme le gouvernement l’avait réclamé », a indiqué le ministère soudanais des Affaires étrangères dans un communiqué. Dans son communiqué final, le Quartet a, de son côté, déploré « l’absence regrettable de la délégation des Forces armées soudanaises (SAF) bien qu’invitée et ayant confirmé sa participation ».

Sur le terrain, les affrontements se poursuivent entre les paramilitaires des Forces de Soutien Rapide (FSR) du général Mohamed Hamdan Daglo et les troupes régulières du général Abdel-Fattah Al-Burhan. La guerre a également fait 3 millions de déplacés et de réfugiés et, alors qu’aucune initiative diplomatique n’a jusqu’ici accouché de plus que quelques heures de trêve, le Soudan est désormais, selon l’Onu, « au bord d’une guerre civile totale potentiellement déstabilisatrice pour toute la région ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique